Compter les étoiles dans un sablier

il y a
1 min
2 420
lectures
733
Lauréat
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Un texte de science-fiction crépusculaire à l’écriture magnifiquement poétique. On se laisse porter par cette plume qui glisse sans retenue, pa

Lire la suite

Mes salutations vulpines ! :) Compiégnois de 26 ans, je scribouille pour faire voyager à moindre frais. J'aime la nature, les films des studios Ghibli, et prendre le temps de faire ce qui me  [+]

Image de Été 2019

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Des poussières de temps dans la nuit noire. Comme des rêves envolés, qui collent au visage, qui s’accrochent dans ma barbe poivre et sel. J’aime bien le vent du désert, il me rappelle que je suis libre de fuir l’inévitable.

Le temps en poussières. Celui qui s’évade des dunes alentour, celui des vitres brisées retournant à leur néant, en grains de folie. Se sculptent des figures mouvantes, au trente-cinquième étage de l’écorche-ciel. En creusant, je trouverai peut-être des diamants de sang, ou des billets sales pour y écrire des mots pas beaux.

Mais je n’ai pas le temps, le matin viendra trop vite.

J’emprunte des escaliers squelettiques, je slalome parmi les appartements ouverts aux vents hurlants. L’obscurité dehors, elle est d’un noir parfait, ma lampe-torche n’entaille pas cette étoffe-là. Les rafales font claquer mes mille foulards, keffiehs, carrés d’Hermès, mouchoirs à pleurer. Il fait si froid la nuit, à Dubaï. Mais ça apaise mes coups de soleil, mon blues qui s’ensable de larmes, salées comme les loyers de cette tour, avant.

Je débouche enfin sur le dehors, les derniers mètres se font en équilibre sur le dos de cette grande baleine échouée. Vertige. Pas celui de l’amour, ça fait longtemps que je ne connais plus celui-là. Mes raquettes s’enfoncent lourdement dans la carcasse sans odeur. Le sable crisse, moi je chique, les bourrasques font s’évaporer l’amer. Quelques pas... et me voilà sur l’ultime plateforme, frontière oxydable entre la ville abandonnée et les cieux esseulés.

Presque mille mètres de haut, autrefois, la Burj Khalifa. Vautrée sur le sol, désormais, elle n’en fait même pas le dixième.

J’ai oublié le pourquoi de sa construction. Peut-être s’éloigner un peu des feux de la civilisation. Revoir les étoiles.

Ils sont tous dans le ciel mes amis. Je suis le dernier homme sur Terre. Ça me va bien. Les étoiles constellent mon sourire incertain.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Un texte de science-fiction crépusculaire à l’écriture magnifiquement poétique. On se laisse porter par cette plume qui glisse sans retenue, pa

Lire la suite
733

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Bruno R
Bruno R · il y a
Une alchimie des mots qui rend esthétique le chaos et de désolation.
Image de Brigitte Bardou
Brigitte Bardou · il y a
"L'écorche-ciel" entre autres... Que c'est beau !
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Re... Bonne journée, Liam.
Image de Liam Azerio
Liam Azerio · il y a
Merci Joëlle :)
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
L'apocalypse est tombée sur les trop hautes tours...ça dû faire du bruit quand même . (Cette remarque ironique pour ne pas répéter encore l'extrême poésie. )
Image de Liam Azerio
Liam Azerio · il y a
Un bruit aussi assourdissant qu'un désert.
Merci pour ta visite, Mireille :)

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Papy

Vin Yl

Rien ne mord. Des heures que nous sommes ici et rien ne mord. Le temps est pourtant clément, d'un bleu infini qui s'étend sous nos yeux, sur l'océan comme dans le ciel. Ce miroir idyllique est la... [+]