Comme un Murakami

il y a
1 min
618
lectures
46
Finaliste
Jury
Recommandé

Voici mon par-cours : Scieur de long, au long cours ; dans le pays de ma mère les villages ont des noms à rallonge mais se terminant souvent par -cour. Je suis contre la chasse à courre à cor et  [+]

Image de Printemps 2014

Disponible en :

La jeune Kiyohime se sentait irrésistiblement attirée par le gai murmure de la rivière Hidaka.
Vêtue de ses habits les plus simples, comme il sied au matin, elle descendait la colline en pente douce, les pieds nus sur le sol d'argile.
Quelques buissons épars se muaient en bonzaïs sans qu'un souffle de vent ne vienne les caresser ; seul le passage feutré de Kiyohime aurait pu les faire frémir comme des sensitives effleurées d'un doigt.

Dans la rivière vivait un silure centenaire, qui consentait parfois à apparaître à ceux qui venaient avec assez d'humilité.
C'est pourquoi Kiyohime venait chaque jour s'immerger à moitié, jusqu'à humecter sa ceinture rose pâle.
Elle désirait plus que tout trouver un compagnon pour partager ses jours et sa couche.

Lorsqu'un oiseau chantait, elle remontait lentement sur la berge, accompagnée d'une aura de vapeurs subtiles.
Le soleil s'élevait dans le ciel.
Tous les matins, elle retournait vers la rivière. Le vénérable poisson la guettait, un peu plus bas, se demandant comment il pourrait se découvrir sans l'effrayer, elle qui ressemblait tant à un passereau craintif.

Jadis, ce vieux moustachu avait entendu un colporteur utiliser le terme de poisson-chat à son égard. Ainsi, c'est sous la forme d'un beau chat gris comme le matin qu'il sortit de l'eau et s'approcha de Kiyohime, tel un fantôme de rosée.

Il s'arrêta, à quelques pas de chat, puis se posa sur son séant, la queue bien à plat, comme pour signaler une direction ou une ponctuation.

Kiyohime s'approcha et s'agenouilla en un mouvement fluide, fruit d'une longue pratique. Elle tendit la main, sans le toucher.

Il ne ronronna pas.

Recommandé
46

Un petit mot pour l'auteur ? 11 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Liam Azerio
Liam Azerio · il y a
Étrange et voyageur :)
Image de Nihal R.
Nihal R. · il y a
J'ai découvert votre œuvre, il n'y a pas très longtemps, grâce à un distributeur d'histoires courtes !
Je l'ai tellement aimé que j'ai eu envie de la relire sur votre page et de vous remercier pour ce partage magique !
Voilà, votre jeune Kiyohime a éveillé en moi quelque chose de magique !!!

Image de Storia
Storia · il y a
Bravo! Des paysages et décors bien décris...
Je vous invite à voir mon TTC, en compet': http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/la-voisine-du-quatrieme

Image de Arlo G
Arlo G · il y a
J'étais passé à coté de votre excellent TTC et je vote avec un peu de retard. A L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie 2017. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne soirée. Cordialement, Arlo
Image de prijgany prijgany
prijgany prijgany · il y a
Excellent texte aux odeurs très chatoyantes ; bravo Philippe +1.
Image de Etoile
Etoile · il y a
excellent. la chut est géniale !
si vous le souhaitez, venez découvrir ces deux là : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/les-deux-hommes-1?all-comments=true#js-collapse-thread-post-76141

Image de Consult
Consult · il y a
j'ai même cru sentir les odeurs...
Image de REY
REY · il y a
belle ambiance, feutrée et subtile et on termine par une négation qui ouvre les possibles !
Image de Hugo
Hugo · il y a
On pourrait presque le transformer en haïku !
Image de Philippe Ribaud
Philippe Ribaud · il y a
oui, mais un haîku court, c'est un peu court.
Image de Yanik
Yanik · il y a
Hello...
Bonne route sur le chemin le plus battu...

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La vie de Vincent

Philippe Ribaud

Vous comprenez, tout a commencé sur une route, quelque part au nord de la Bourgogne, une nuit d’automne. Je ne roulais pas très vite parce qu’il y avait du brouillard et parce que mon père... [+]