3
min

Comme un arrière goût de reviens-y

Image de Andrew Clarkev

Andrew Clarkev

8 lectures

0

- Sil te plaît mon ami, cet après-midi viens goûter à ma dernière décoction infusion à base de plantes hyper bonne pour la santé !
- Hou la la ta proposition tombe vraiment mal car aujourd'hui je suis dans tous mes états, je sors tout juste de chez le docteur, je me sens amoindri. Pourtant tu sais combien j'aime toute tes préparations habituellement.
- Et bien justement ma tisane va te revigorer c'est certain !
- J'hésite tu sais.
- Qu'est-ce qui t'arrive mon gars ?
- Il y a qu'hier soir je suis allé boire un thé chez une amie. Je l'ai rencontrée dans un grand magasin pendant les soldes et elle a fait des pieds et des mains pour m'inviter dans la soirée à venir déguster sa dernière trouvaille sur Internet.
- Et alors ?
- Et bien je n'ai pas pu décliner son invitation.
- Oui.
- Je suis arrivé chez elle à l'heure dite, les tasses étaient déjà disposées sur la table basse du salon et dans la cuisine la bouilloire laissait entendre son sifflotement.
- Et alors ?
- Elle commença à me mettre l'eau à la bouche en me vantant la bonne aubaine de son affaire. Comme quoi elle avait reçu en cadeau un sachet de thé mauve pour l'achat d'un porte-clef en plastique dont elle fait la collection et qu'elle n'avait pas encore ; qu'elle s'en était déjà désaltérée ; qu'il était sensationnel et qu'il ne fallait absolument pas passer à côté d'un tel délice. Je ne devais louper sous aucun prétexte une telle chance de connaître ce nouveau raffinement exotique.
- Et alors ?
- Elle insista tellement je ne pus dire non. Elle avait allumé des bâtonnets d'encens afin de parfaire l'ambiance. Pour un peu on se serait comme cru en plein milieu du bout du monde d'un coin d'Asie du sud-est en lieu et place de son modeste deux pièces du dix-huitième arrondissement parisien.
- Et alors où est le problème ? Je ne comprends pas pourquoi tu te sens si mal en point aujourd'hui ?
- Attends, je finis de te raconter. On a discuté. On a évoqué d'avec rires les bons moments partagés à la faculté tout en buvant le précieux nectar. Et justement, depuis mon départ de chez elle, je me sens un peu patraque.
- Comment ça ? Le thé ne te convint guère ? Ton habitude à préférer des nectars anisés et fort en alcool a mis à mal ton organisme pas assez préparé ? Ou bien c'est l'encens qui t'est monté à la tête tu n'es peut-être pas habitué ?
- Je ne sais pas exactement. Comment t'expliquer, j'ai eu l'impression qu'on a normalement après l'absorption d'un café un peu trop pas assez fort.
- C'était du jus de chaussettes ?
- Oui c'est ça, mais en encore plus prononcé, comme du pur jus de chaussettes vraiment puantes, je ne saurais pas mieux te le décrire.
- Je vois très bien ce que tu cherches à me décrire car moi aussi j'ai une amie chez qui je suis passé l'autre jour pour y tester une de ses nouvelles préparations ; et où après l'avoir goûter j'eus d'étranges vapeurs au cerveau, un peu comme toi, sans pour autant qu'elles me motivent à consulter mon médecin ; ça n'avait rien à voir d'avec du jus de chaussettes, qu'elles fussent ou non horriblement puantes ; il m'a fallu plusieurs jours pour bien en appréhender le goût et y mettre des mots.
- Je ne suis pas œnologue, alors le vocabulaire je laisse ça au dictionnaire ; à part le jus de chaussettes ou la pisse d'âne je suis nul pour définir les boissons. Quand c'est du vin j'arrive à peu près à faire la différence entre un honnête vin de table et de la sale piquette mais quand même il m'arrive de me tromper. Ce que j'ai bu hier, ce thé, ne ressemblait à rien de tout ce que je connaissais tellement c'était mauvais.
- Dans un cas pareil dorénavant j'utilise la formule de fond de culotte, un jus de chaussettes puantes limite intoxicant.
- Ah oui, bien vu, ça définit assez bien ce que mes papilles gustatives ont envoyé comme message à mes hémisphères cérébraux ; et à l'état nauséeux dans lequel je me suis retrouvé tout le reste de la nuit.
- Écoutes-moi donc, tu n'as pas trop à t'en faire, l'impression est juste passagère ; c'est l'histoire de deux ou trois jours et puis après tout sera oublié dans ta mémoire.
- Si tu le dis je veux bien te croire. Même le docteur ne m'a rien trouvé de particulier par rapport à l'ordinaire. Pourtant il m'a quand même recommandé de me méfier des appellations un peu trop originales. Du thé mauve pour lui n'augure rien de bon.
- Très bien aussi, maintenant qu'on a mis les mots sur ta mésaventure d'hier, tu viens goûter à mon dernier breuvage ? J'y ai mis de l'artichaut, du cassis, de la guimauve, de la mélisse, du bouleau et des racines de pissenlit et de la vigne rouge. Ça n'aura rien à voir d'avec un douze ans d'âge cependant je peux te certifier d'une chose, je porte uniquement des slips et ils ne me servent jamais de filtre.

Thèmes

Image de Très très courts
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,