Coco, perroquet trop joli cœur

il y a
1 min
368
lectures
272
Qualifié

"Quoi qu il arrive, crois en la vie, crois en demain, crois en tout ce que tu fais, mais surtout, crois en toi" C'est mon crédo  [+]

Image de 2018
Océan Atlantique, en pleine mer, 1718

James Campbell, célèbre corsaire de sa gracieuse majesté, Marie de Modène, croise au large des côtes françaises à bord du «Pearl of the sea», magnifique trois mâts. Sur son épaule, Coco, perroquet bleu à poitrail rouge, son fidèle compagnon.

L’intelligence de ce dernier est aussi développée que son pouvoir de séduction, tant sur la gente féminine de son espèce que sur les conquêtes de son maître. C’est un vrai phénomène, il n’y en a pas deux comme lui.

James n’a qu’un seul défaut, il a les pirates français en horreur et plus particulièrement Jacques de Morlaix qui le nargue à chaque rencontre sur ces eaux profondes.

C’est justement le pavillon de «L’écumeur des mers» qui se profile à l’horizon, superbe trois mâts de  Jacques  qui observe son rival à la lorgnette. Sur celle-ci est perchée Jade, magnifique cacatoès rouge au poitrail bleu et aux sublimes yeux verts (très rare pour son espèce).

Les deux navires voguent l’un vers l’autre. Les équipages sont sur le qui-vive, prêts à en découdre. Les lois qui régissent la piraterie obligent les capitaines à se rencontrer pour tâcher de trouver une entente.

Coco ne manque pas de repérer Jade qui  lui fait les yeux doux. Alors que l’on semble parvenir à un accord concernant une éventuelle trêve, Coco fou d’amour pour la belle s’écrie :

« A l’abordage!» et se précipite sur la belle.

Il n’en fallait pas moins pour échauffer les esprits déjà tendus… Ce fut un carnage. Seuls les deux oiseaux restèrent en vie.

 

272

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,