Clair-obscur

il y a
2 min
30
lectures
6

Lire, écrire, marcher, me rendre utile, faire bonne chère... J'ai publié L’œil du loup (un recueil de fragments), Les sept chiens de l’Avent (un recueil de nouvelles), CXXIII éphémères  [+]

La lumière de cet après-midi de novembre mille-six-cent-soixante-quatre était d’une brûlante netteté. Le vent de noroît avait chassé les nuages vers le sud du plat pays, rendant au ciel sa pureté originelle. Il en résultait une belle clarté dans la pièce qui nous servait de cuisine, de salle à manger et de salon.
Je travaillais dans l’un des plus célèbres ateliers de peinture de la ville et j’habitais, avec ma mie, dans une petite maison près du port. Mon maître m’avait accordé, comme tous les ans à la Saint Martin, un congé.
J’ai tiré une chaise entre la fenêtre et la grande table en chêne. J’ai posé, sur la table, une coupe en porcelaine blanche, en forme de coquille Saint Jacques. C’était un lot gagné à la tombola de la paroisse. J’ai installé mon chevalet et mes pinceaux, j’ai minutieusement réglé la position de la chaise, pour que la lumière tombe sur son visage. Puis, je suis allé la chercher.
Elle somnolait, allongée sur le lit. Son ventre, qui portait notre enfant, tendait sa robe noire comme une grand-voile gonflée par le vent. J’avais envie de la croquer dans sa maternité.
« Viens mon amour, je vais peindre ton portrait avec notre enfant.
- S’il te plaît, laisse-moi me reposer.
- La lumière est magnifique ce tantôt.
- Non, je ne veux pas ; je ne veux pas que tu fasses mon portrait ; je me trouve trop laide avec toutes ces taches de grossesse sur mon visage. On dirait que je porte un masque !
- Tu es très belle et j’ai envie de te dessiner et de te peindre... Et je crois que j’ai envie de toi.
- Non, il n’en est pas question ! »
Je l’imaginais, assise en majesté dans l’incomparable lumière de l’automne, et voilà qu’elle refusait tout net. J’ai réfléchi un instant.
« Accepterais-tu que je fasse ton portrait de dos ?
- De dos ? Mais ça n’a aucun sens, ce n’est plus un portrait !
- Si, je t’assure, ce sera un beau portrait, un magnifique portrait de dos.
- Bon, puisque tu insistes, j’accepte, mais je ne veux pas qu’on voit un seul trait de mon visage, sinon je brûlerai le tableau ! »
Elle s’est levée, puis, en un geste lent, a refait son chignon. Je l’ai entraînée par la main dans la salle commune.
J’ai retourné la chaise. Elle s’est assise, de dos, dans la lumière. Je baignais dans la tiédeur de son parfum sucré. Un rai de soleil tombait sur sa nuque pâle. Elle se tenait légèrement en avant et de côté. Depuis que son ventre s’arrondissait, elle ne pouvait plus se caler au fond du siège. J’entendais sa respiration régulière.
C’est là que le tableau s’est formé dans ma tête : une femme de dos, les cheveux relevés en un chignon porté bas, assise sur une solide chaise en bois. Lui faisant face, un mur brun, nu. Sur le côté, une table avec une coupe en porcelaine blanche. Le dénuement mat du décor ferait ressortir la tendre pâleur de sa nuque en pleine lumière.
J’ai travaillé le plus vite que j’ai pu, pour abréger la séance de pose. De temps à autres, je me levais et je posais délicatement mes lèvres sur la peau douce de son cou.
« Arrête, tu me donnes la chair de poule. Dépêche-toi grand dadais !
- Tu es si belle, je ne peux résister »
Ce jour-là, c’est dans la courbe de sa nuque que j’ai concentré toute sa beauté, tout mon amour, toute ma tendresse. Ce fût un jour de grâce.
En fin d’après-midi, la première version du tableau était bien avancée.
La lumière baissa brutalement. De sombres nuages violine avaient obscurci le ciel. Je l’aidais à regagner la chambre. Elle s’allongea sur le lit pendant que j’allumais quelques chandelles.
C’est en revenant dans la salle commune que je vis, posé sur le rebord de la fenêtre, l’oiseau de malheur. Un grand corbeau, portant dans son bec un morceau sanguinolent de chair corrompue, me fixait de ses yeux plus ronds et brillants que des billes d’obsidienne.
6

Un petit mot pour l'auteur ? 9 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Flore A.
Flore A. · il y a
La chute trouble ce clair-obscur si beau, d'une maman qui porte un enfant. Un mauvais signe ?. Si le tableau est aussi réussi que le texte...sûrement un chef-d'oeuvre. Bravo Jean-Pierre.
Image de Jean Pierre SIMONET
Jean Pierre SIMONET · il y a
Merci pour votre commentaire. J'ai situé ce texte dans la période précédant l'épidémie de peste noire qui a ravagé l'Europe à la fin du XVIIème siècle. Merci d'avoir apprécié mon texte.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Troublant alors que le récit était plongé dans une douce clarté .
Une lumière se dégage des mots que la chute implacable éteint .

Image de Jean Pierre SIMONET
Jean Pierre SIMONET · il y a
Merci pour votre commentaire. J'ai voulu montrer la fragilité de ces instants de grâce en terminant sur un sombre présage.
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Un texte superbe et troublant. Si bien écrit qu'il me semble assister à ces instants. Merci Jean Pierre.
Image de Jean Pierre SIMONET
Jean Pierre SIMONET · il y a
Merci de votre commentaire. J'ai longuement travaillé ce texte pour que le lecteur soit "dans le tableau".
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Eh bien, ça valait la peine. Réussite totale.
Image de Vrac
Vrac · il y a
Bravo pour ce tableau
Image de Jean Pierre SIMONET
Jean Pierre SIMONET · il y a
Merci pour votre commentaire. Mon texte s'inspire d'un tableau de Vilhelm Hammershøi peint au Danemark en 1905 et exposé au musée d'Orsay.