Clac, clac, clac

il y a
1 min
185
lectures
19
Qualifié
Image de Eté 2016
La poupée de chiffon est au fond du sac, le doudou par-dessus. Les couches, le biberon et le bébé. Ne pas oublier le bébé.
Clac, clac, clac, les sandales rouges à talons claquent sur le carrelage de l’appartement. Une minijupe coquelicot, un tee-shirt fleuri. Un coup d’œil dans le miroir de l’entrée, le rimmel a coulé et laissé une traînée noire sur la paupière cernée.
Toc, toc, toc, la voisine toque au plafond. Se boucher les oreilles.
La poussette, la couverture, les petits pots, le lait en poudre et un pyjama.
Clac, clac, clac... Toc, toc, toc... Les bruits se répondent en cadence.
— Mettez donc des chaussons! Crie la voisine.
Le lapin en peluche, les chaussettes, le gobelet en plastique et la bouteille d’eau.
Dring, dring, dring, le réveil sonne dans le vide. Réveil inutile depuis que bébé est là, plus ponctuel que toutes les horloges du monde. Il est 5H30, j’ai faim biberon.
Faim, crac, crac, crac, deux biscottes partent en éclats. Des miettes, une dans l’œil, le rimmel coule.
Clac, clac, clac... Toc, toc, toc... Dring, dring, dring... Ouin, ouin, ouin...
Bébé hurle. Rot, couche mouillée, coliques ou mauvais caractère.
Poussette canne coincée, biberon renversé. Alarme, temps raccourci. Clac, cheville tordue, clac, poussette bloquée.
Voisine vielle fille sans enfant crie.
— Moins de bruit, un peu de respect s’il vous plait !
Sandales rouges à talons célibataire avec bébé cherche désespérément ticket de métro entre doudou et petits pots.
La voisine gueule, bébé aussi.
Grande inspiration, yoga, lâcher prise, gestion des émotions. Téléphone nounou, retard imprévu. Allo taxi, téléphone bureau, patron irascible, cris et larmes.
Liniment, pommade au zinc, lait de toilette, shampoing, vêtements de bébé en vrac dans la valise. Boites de lait de riz, de chèvre, de vache et de jument, des couches, des couches, des couches, pas oublier gigoteuse.
Un grand coup de pied dans la poussette qui se déplie en couinant.
Ne pas oublier bébé.
Clac, clac, clac, sandales rouges à talons dévale l’escalier en courant, bébé grimaçant sous le bras.
Dring, dring, dring, vielle fille sans enfant, éberluée, la tête hérissée de bigoudis rose bonbon, le balai bien en main s’exclame.
— Oh ! Qu’il est mignon !
— Parfait, vous allez le garder, je remonte me coucher et silence ou je toque du balai.
Rétorque sandales rouges à talons.

19

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La Soupière

Chris B

Je rentre.
Je lui ai dit que je rentrais à sept heures et demie comme chaque jour.
Elle sait qu’il faut une demi-heure, depuis le quai aux fleurs.
Elle sait que ce n’est pas toujours que... [+]

Très très courts

À Clairmont

Maryse Battistuzzi

Amandine était souvent interrogée par ses hôtes, au petit déjeuner, qui s’étonnaient de la voir immanquablement laisser une petite flaque de thé au fond de la tasse. Que pouvait-elle... [+]