3
min

Cinquante centimètres

Image de André Page

André Page

357 lectures

45

Qualifié

Il leur avait dit qu'il ne se coiffait jamais, qu'il attendait que le vent se lève et qu'il s'en charge à sa place. Mais le vent s'était levé et leur guide était toujours aussi hirsute. Ses longs cheveux noirs bouclés semblaient prendre un malin plaisir à se rabattre devant ses yeux bleus qui ressortaient étrangement sur son visage bronzé, de même que ses dents blanches. Il était mal rasé, ce qui lui donnait un air encore plus proche du monde sauvage qu'il parcourait tous les jours. Il était le plus grand de tous et ils avaient vu depuis le matin qu'il faisait des efforts pour raccourcir son pas naturel, pour marcher lentement, à un rythme régulier. Il s'arrêtait aussi très souvent pour leur donner de multiples explications et leur permettre de se reposer.
Malgré cela, les sept personnes qui l'avaient suivi toute la journée s'étaient rapidement fatiguées. Il avait alors été obligé de sortir son arme secrète, et pour les motiver un peu, leur avait fait avec un grand sourire cette étrange proposition :
— Si vous arrivez au sommet, vous aurez droit à cinquante centimètres de randonnée gratuite !
Alors, peu à peu, ils avaient fini par atteindre cette longue crête étroite où les herbes, soumises à des vents venant de toutes les directions avaient pris différents penchants qui n'étaient pas leur penchant naturel, et l'avaient suivie jusqu'au cairn sommital. Ils s'étaient arrêtés l'un après l'autre, harassés. Ils avaient tous attendu ce moment avec impatience. Le grand diable dégingandé qui les avait entraînés là-haut accueillit sans se démonter leur regard de défi. Il leur dit d'un faux air contrarié :
— Chose promise chose due, je n'ai qu'une parole, hélas...
Ils le virent alors poser un genou à terre et scruter attentivement le sol : comme eux, des herbes et des fleurs étaient venues jusque-là... Il ramassa un beau caillou blanc qu'il déposa délicatement sur un petit replat.
— Nous sommes ici, leur dit-il, c'est notre vrai départ, ce que nous avons fait jusqu'à maintenant ne compte pas !
Il sortit un lacet rouge de la poche de son pantalon, en plaça une extrémité contre le caillou blanc, le tendit bien droit dans l'herbe dans l'axe de la crête et se releva enfin.
— Voilà, ça fait cinquante deux-centimètres gratuits, ne soyons pas mesquin !
Il se baissa brusquement et fit avancer le caillou d'un centimètre le long du lacet, à côté d'une grosse fourmi.
— C'est une fourmi rousse, une fourmi des bois, qui a été emportée là par la tempête d'hier, dit-il, et il se mit à parler de ces fourmis pendant plusieurs minutes.
Un nouveau monde se révélait à eux. Ils écoutaient attentivement, certains s'étaient agenouillés pour mieux voir. Il fit bouger le caillou de deux centimètres et atteignit une pâquerette.
— Regardez, on pourrait croire que ce n'est qu'une fleur, mais en réalité chaque petit point jaune, au centre, est une fleur. Il n'y a que celles qui sont disposées à l'extérieur qui ont un pétale chacune. La pâquerette est de la famille des composées, ces fleurs qui sont composées de plusieurs fleurs donc, comme les pissenlits ou la chicorée sauvage ! Et en plus elle est comestible ! fit-il en la croquant d'un air gourmand devant leurs yeux ébahis.
Le caillou bougea d'un petit centimètre et toucha cette fois une herbe de grande taille. Il leur expliqua qu'on l'appelait « aubiscou » en béarnais autrefois, que le nom du Col d'Aubisque venait du nom de cette plante, qui servait dans le temps à faire de petits balais pour nettoyer les cheminées.
— Il y a deux autres cols routiers principaux en Vallée d'Ossau, le Pourtalet signifie « la petite porte », « le petit portail » pour passer en Espagne, et le Col de Marie Blanque qui lui vient du nom d'une pleureuse renommée qui s'appelait Marie et qui était très pâle. Elle venait pleurer, chanter des chansons funèbres et dire des poèmes aux enterrements dans cette vallée, depuis la Vallée d'Aspe en passant par le col, comme le fait maintenant souvent le Tour de France !

Chaque explication en appelait d'autres, de multiples domaines étaient abordés. Le long du lacet se trouvait également une alchémille « dont le nom venait du fait que les alchimistes recueillaient des gouttelettes produites par de petites glandes de cette plante pour tenter de fabriquer de l'or », mais aussi du fait que « quand le soleil se levait, les gouttes de rosée brillaient dans sa lumière sur l'alchémille comme de petites perles d'or » !
Un peu plus loin se trouvait une fleur en forme de clochette.
— C'est une campanule, la campanule fluette. Le nom vient du latin campana qui veut dire « cloche ». Il y a au niveau de la frontière espagnole un sommet qui s'appelle le Campana d'Anéou, ça veut dire la « cloche des neiges » !
Deux heures plus tard, une belle blonde, usant de son plus beau sourire, se dévoua pour le reste du groupe et se risqua à oser l'interrompre, car il fallait qu'ils rentrent : pendant tout ce temps ils n'avaient fait que trente-deux centimètres de randonnée gratuite !
Ils étaient tous aussi décoiffés que lui et que les herbes et les fleurs, quand ils quittèrent enfin la crête exposée aux courants d'air chaud tourbillonnant, qui venaient d'emmener jusque-là plusieurs vautours fauves qui passèrent un à un devant eux comme à la parade, et se mirent à tournoyer majestueusement dans le grand ciel bleu et or, sans donner un seul coup d'ailes.

PRIX

Image de Automne 2015
45

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Quelle jolie randonnée avec ce jeune homme ébouriffé!
Image de Stéphane Sogsine
Stéphane Sogsine · il y a
Superbe...
Image de Leina Cooning
Leina Cooning · il y a
d'accord. Toujours la même, à coté de la piste. Alors ajustement, André si tu désirais nous partager des informations concernant cette région, alors c'est aussi réussi. De toute manière, tu as mon vote:-)
Image de Leina Cooning
Leina Cooning · il y a
on pourrait le voir de cette manière, hommage aux plantes et autres insectes de cette jolie contrée et randonnée oubliée. Jolie satyre du truc qui ne démarre jamais. Quant on pense qu'il s'agissait d'une randonnée gratuite. Et voilà que les alchimistes de temps immémoriaux sont pris en ridicule : «pour tenter de fabriquer de l'or », mais aussi du fait que « quand le soleil se levait, les gouttes de rosée brillaient dans sa lumière sur l'alchémille comme de petites perles d'or » ! À mourir de rire ! Donc oui on apprend des tas de trucs, désolée, un tantinet inutile pour ces randonneurs. Jolie courbette aux alchimistes, plutôt (nonos). Allez, appuyons sur l'accélérateur pour un décollage rapide et voir ce qu’est cette randonnée. Mais deuil, pour les randonneurs, choux blanc. Pour le lecteur, ici, oui intéressant toute cette botanique (et plein air), mais si on le regardait comme un pied de nez aux randonneurs, justement. Une petite phrase : «— Chose promise chose due, je n'ai qu'une parole, (hélas...)» Due... bien là débute la non-randonette. Avoir été dans le groupe, je ..... .... .... Bien écrit André. Soutenu à souhait. Si tel était ton intention, alors très réussi. Il faut tout de même se rappeler qu'internet existe :-) mv +++
Image de André Page
André Page · il y a
Merci Léina, oui l'intérêt d'une telle randonnée en montagne est justement d'être loin d'internet, de regarder les choses dans leur vérité nue... et de faire pour une fois attention à ce qui nous entoure...
Image de Leina Cooning
Leina Cooning · il y a
Je m'incline. Pourtant, André, internet, là où nous puisons nos infos... Oui, vrai, une drogue, la béquille et une vie qui se "pixelise" Alors "go" pour une redécouverte du monde : «La randonnée des anciens, celle d'antan, découverte de cette magie du savoir» Merci de m'avoir répondu André... :-))
Image de Sandra Dullin
Sandra Dullin · il y a
Je découvre ce texte qui m'avait échappé ! Un très bel hymne à la nature. J'aime beaucoup +1
Image de André Page
André Page · il y a
Merci beaucoup Sandra d'être venue te promener un peu dans les fleurs et les vents des Pyrénées Atlantiques!
Image de Nadou
Nadou · il y a
Une histoire qui en dit long en cinquante centimètres ... Comme quoi nous allons presque toujours chercher bien loin ce que nous avons sous les yeux...je te félicite c'est une belle leçon de vie. Merci pour cet excellent partage ! J'espère qu'il seras sélectionné ! Mon vote ! (38)
Image de André Page
André Page · il y a
Parfois il suffit de faire un simple pas pour voir de belles choses... merci pour ta gentillesse Nadou.
Image de Maud Garnier
Maud Garnier · il y a
Décidemment ça bug, en ce moment c'est pas la première fois que mon vote n'a pas été enregistré , damned je corrige ça tout de suite !.... :-)
Image de André Page
André Page · il y a
Merci Maud, je n'avais pas fait attention, c'est vrai que je l'ai constaté plusieurs fois quand je vote moi aussi.
Image de Maud Garnier
Maud Garnier · il y a
n'hésite pas la prochaine fois à me prévenir, on pense avoir laissé un vote et ça fait déjà 3 fois que ça se reproduit c'est pénible !.... enfin 3 fois ou je m'en suis rendue compte peut-être plus !?
Image de Brigitte Prados
Brigitte Prados · il y a
Cette communion avec la Nature est revigorante, ressourçante... et enrichissante. Nous devrions être plus attentifs à tout ce qui nous entoure... même de l'herbe folle sur un talus mérite notre curiosité et notre admiration. Bravo ! J'ai apprécié cette belle randonnée... +1
Image de André Page
André Page · il y a
Oui c'est vrai beaucoup de choses mériteraient plus d'attention de notre part, et c'est bien de savoir prendre parfois un moment pour le faire... merci beaucoup Pradoline!
Image de Cpetitleu
Cpetitleu · il y a
Simplicité des éléments. Je jalouse ces randonneurs.
Image de André Page
André Page · il y a
Merci Cpetitleu! oui souvent quand on est loin de toutes les choses qui font notre confort habituel,on se rend compte qu'il ne nous manque rien...
Image de Cpetitleu
Cpetitleu · il y a
Voilà.

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème