Cinq fruits et légumes...

il y a
3 min
3 228
lectures
1090
Finaliste
Public
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Mort aux fibres ! Un Très très court qui déborde d'humour ! On se laisse séduire par le rythme et l'énergie qui se dégagent de l'écriture

Lire la suite

"Je coupe. Une mèche après l’autre. L'eau oxygénée maintenant. Blond platine au final. Jean Seberg dans « A bout de souffle ». J’aimerais être aussi belle. J’ai juste les cheveux courts"  [+]

Image de Hiver 2019

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

— Pffffff !
Je sors de table, je suis démoralisé. Depuis que ma mère a vu la pub télé « Manger cinq fruits et légumes par jour », elle s’est mise en tête de soigner notre alimentation.
— Pffffff !
Y a pas quinze jours, elle balançait trois Captain Iglo dans une piscine d’huile bouillante, un bol d’eau tiède sur un sachet Mousseline, une poignée de Chocapic en dessert et zou galinette !
Chez Picard, ils connaissaient son numéro de carte bancaire par cœur et lui disaient « Bonjour Madame » en lui tenant ouverte la porte du magasin. C’était encore le bonheur. À table à midi et au terrain de foot à midi dix. Maintenant, c’est un vrai cauchemar, elle a acheté toutes les fiches cuisines de « Marie-Claire », j’suis sûr qu’elle voit un nutritionniste en cachette. Elle passe des plombes devant sa cuisinière et nous oblige à tout goûter ! Un vrai cauchemar j’vous dis. Cerise sur le gâteau, elle s’est mise au Bio. Elle cuisine des trucs dont elle ne connaissait même pas l'existence le mois dernier. Et puis, sa manie pourrie d’écrire les menus et de nous les réciter en apportant les plats. Tenez, hier, elle arrive avec un tas d’épluchures noyé sous une vinaigrette saumâtre et elle annonce :
— Carpaccio de végétaux et ses oméga 3 !
Un cauchemar !! J’ai eu moins peur pendant Massacre à la tronçonneuse, que j’ai vu en cachette avec mon frangin pendant qu’elle était à la chorale. Il a fallu becter toutes ses épluchures. Merde, on n’est pas des vaches !
Et pendant qu’on broute, elle nous regarde avec un sourire niais, genre : « Je suis une bonne mère, je prends soin de mes petits. Après l’entrée, elle a fait très fort, elle a posé une grosse gamelle fumante sur la table, elle s’est reculée tout en s’essuyant les mains dans le tablier de cuisine – qui ne la quitte plus – et visiblement très contente, elle nous a balancé :
— Bombine de salsifis et d’épinards.
On s’est regardé avec mon frangin, on était blêmes, pas le temps d’entamer les négociations. Splash ! Splash ! Une louche chacun.
— Allez mes chéris, régalez-vous !
On n’osait pas commencer, on se jetait des coups d’œil inquiets. Pendant ce temps, elle avait déjà fini la moitié de son assiette. J’ai pensé un instant à prévenir le 119, mon frère s’est levé, a attrapé un bout de papier et un crayon et s’est mis à griffonner des trucs. Maman, qui avait fini sa purée verdâtre, lui a demandé :
— On peut savoir ce que tu fais ?
— Mon testament.
— Très drôle ! Pour la peine, tu as droit à une louche de plus.
Re-Splash !
— Maman, je te rappelle que dans notre pays la double peine est illégale.
— T’as qu’à prévenir Amnesty International si t’es pas content. En attendant, tu manges !
Mon frangin, excédé, s’est mis à crier :
— Ras le bol ! Y en a vraiment marre ! J’te rappelle qu’on est des omnivores, pas des ruminants. Depuis qu’tu fais les recettes préférées de Shrek et Fiona j’ai perdu deux kilos ! J’ai une haleine de hyène et quand je vais aux toilettes je reconnais plus mes crottes ! T’achètes plus de chips et t’as refilé le stock de Nutella aux enfants de la concierge. J’en peux plus de tes conneries Bio, ça me ballonne, ça me désespère le colon et ça me donne un tonus d’endive. Je fais attention à pas me couper, je suis sûr de saigner vert !
— Mais c’est pour ton bien ! Tu verras, tu me remercieras plus tard.
— Je m’en fous du plus tard ! Ce qui me défrise, c’est ton bifidus actif, c’est tes oligo-éléments. Tous tes trucs bio pourris, tu sais où tu peux te les mettre...
— Attention Benjamin, tu vas trop loin !
Sur le coup, mon frangin a échappé de justesse à la torgnole, il a à peine eu le temps de se baisser et d’éviter la baffe qui lui était destinée. Il s’est taillé en criant :
— J’me barre, j’suis sûr que j’serais mieux traité en Syrie. Mort aux fibres !
Puis Maman s’est assise et a pleuré. Après cet épisode, avec mon frangin, on a organisé la résistance. Avec le pognon qu’on piquait dans son porte monnaie, on achetait des Mars, des Bounty et des chips. Pendant les repas, on ne râlait plus, mais on s’arrangeait pour créer des diversions et balancer le contenu de nos assiettes dans la gamelle de Bouboule. Bouboule, c’est notre chat, 15 kg, un vrai tube digestif. Depuis qu’il a été castré, il bouffe, il dort et il recommence. Quand on a vu la gueule du greffier après 15 jours, on a décidé d’arrêter. Vous avez déjà vu un chat dépressif ? Bouboule, après s’être fait enlever les coucougnettes, il était déjà pas youplaboum, mais avec le régime de Maman, il avait le poil gras, la moustache tombante et il s’est mis à péter : 200 cc de « gaz moutarde » à chaque fois ! Trop cruel ! Pendant ce temps, Maman était toujours à fond. Sur sa table de chevet Mille recettes facile avec le Quinoa a remplacé Fifty Shades of Grey. Alors, on a décidé de passer à la vitesse supérieure. Elle voulait la guerre, elle allait l’avoir. On a demandé à tous nos potes de récupérer les boîtes de laxatif qui traînaient dans les armoires à pharmacie de leurs parents. Puis, on a amélioré ses recettes à notre façon. Une fois tous les comprimés réduits en poudre, on a régulièrement saupoudré son assiette, pareil dans son thé vert du Vietnam qu’on lui préparait avec amour. Le résultat ne s’est pas fait attendre, les toilettes sont très vite devenues sa résidence secondaire. Dans le même temps, on a commencé à se plaindre de mots de ventre réguliers avec mon frangin, puis carrément de coliques quasiment continues. On a rien dit de plus, on voulait une victoire totale.
Elle a capitulé quelques jours plus tard, en invoquant un surdosage en fibres. Benjamin et moi, on lui a acheté le deuxième tome de Fifty Shades of Grey et depuis notre famille a retrouvé une harmonie alimentaire à base de plats cuisinés hyper salés, remplis de conservateurs chimiques et saturés en colorants. Vive le micro-onde et les lasagnes au cheval !

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Mort aux fibres ! Un Très très court qui déborde d'humour ! On se laisse séduire par le rythme et l'énergie qui se dégagent de l'écriture

Lire la suite
1090

Un petit mot pour l'auteur ? 5 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Brigitte Bardou
Brigitte Bardou · il y a
J’ai bien ri, merci !
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Moi aussi en l'écrivant 😊
Merci pour cette lecture.

Image de Juliette Gallier
Juliette Gallier · il y a
Très drôle! cette femme manque de nuances (grises ou pas)
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Une jeune Bobo sans doute ,😊
Image de Ray dit Kourgarou
Ray dit Kourgarou · il y a
Hahahaha ! Mince (grâce aux fibres) j'avais pas lu çui-là, un délice ; l'histoire hein, pas la gamelle.
Il est certain qu'y'en a marre de toute cette foire autour du père quinoa (son chagrin dans l'eau d'source), salsifi ces conneries.

J'avais un temps écrit ça :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/viande-oncques-diner-a-la-maison

On est un peu du même avis je pense.
👍😋

Vous aimerez aussi !