Chronique d'une famille ordinaire (6)

il y a
3 min
684
lectures
16
Qualifié

Mère (Presque) parfaite. Disons que j’ai la trentaine (ou plutôt dans ma tête, car j’ai finalement 42 ans). J’ai un métier que j’aime et qui me permet de m’épanouir comme il faut. Il ne  [+]

Ma fille, Georges Clooney et moi -
Attention, la grippe est de retour. Ceux qui ne l'ont pas eu l'année dernière, la version 2011 fait son come-back et mes 2 poulettes n'y ont pas résisté (enfin soyons précis, elles ne sont pas mortes, juste malades, très malades). Et moi je dis, c'est vraiment pas de chance :

— En 2010, on ne parlait que de ça : de la grippe, et avoir la grippe en 2010, c'était tendance à mort. Tu avais la grippe, tu étais dans le coup, tu pouvais passer à la télé, on t'interviewait sur RTL, c'était la « it » maladie. Alors que la « it » maladie 2011, c’est la valvulopathie du médiator, beurk, trop nul ! Donc, à un an près, mes filles étaient non seulement tendances mais en plus des stars, des héroïnes nationales ayant survécu au fléau de l’année. En plus c'était tout bénef car la grippe version 2010, c’était une grippette de pacotille, 38°C pendant 2 jours, et hop, tu passes à la télé. Alors que cette année...

— En 2011 : plus un bruit sur la grippe, aucune onde de radio, aucune chaîne de télé ne fait état du fléau qui s’abat sur la France entière depuis quelques jours (en tout cas sur mes filles) : une putain de grippe qui décime grands et petits, vaccinés ou non. Et moi, je regarde, impuissante, mes filles se battre sans merci à coup de Doliprane avec « Grippor » qui se poile bien : surtout celui de petite chérie, il est même mort de rire devant les giclées de Doliprane rose qu’il se prend dans la figure, alors qu’il est armé jusqu’aux dents, le salaud. Quand je pense que l’année dernière on traitait le moindre rhume à coup de Tamiflu... En plus d’être méga teigneux, le Grippor de petite chérie, il a des pouvoirs surnaturels : il a transformé la chair de ma chair, toute rose, toute belle, toute mimi, toute douce en ... DARK VADOR. Je vous jure, elle parle comme Dark Vador, c’est effrayant.

Donc cette grippe : 1) nous a rappelé que malgré tous nos efforts pour être dans le coup, on est complètement has been, pas « fraîcheur » du tout, de vrais « bulots » (là j’ai un gros doute sur le terme employé par mes nièces hyper dans le coup pour décrire les nullos... bon bulot, fera l’affaire, hein ?) et 2) m’a valu la découverte, hier soir, des urgences de Trousseau.

Alors, les urgences pédiatriques de Trousseau... vous ne vous imaginez pas tous les trucs incroyables qu’on peut y vivre. Par exemple, cette visite aux urgences, nous a permis de réviser, petite chérie et moi, nos fondamentaux en physique. Nous avons en effet revu la théorie de la relativité. Celle du temps.... Je crois même qu’elle a très bien saisi le concept (à 4 ans, notez la prouesse, mais elle n’est pas la seule, Einstein, Mozart eux aussi avaient commencé jeunes) : 3h à attendre au milieu de mouflets braillards, c’est beaucoup plus long que 3h à regarder Dora (ou le spectacle de Florence Foresti, les bonus compris).

Donc Petite chérie a eu son premier cours de physique, quant à moi, j’y ai vécu une expérience limite humiliante, en tout cas une des plus grosses hontes de ma vie. La scène : comme je m’ennuyais ferme, entre 2 révisions de physique, j’ai raconté un peu n’importe quoi à ma fille. A un moment, elle me demande si le docteur ce sera un monsieur ou une dame.

Moi : ben, je sais pas, ma chérie. Tu préfères quoi, toi ? (c’était pour meubler cette question, je savais d’avance la réponse mais, il fallait bien passer le temps)

Elle : une dame

Moi : Et ben moi, je préfèrerais que ce soit un monsieur, surtout si il est beau. (pareil, là je disais n’importe quoi, à ce stade de l’attente, je m’en foutais complètement que l’interne il soit beau ou pas. Mais bon, j’avoue qu’on m’aurait promis que George Clooney tout droit sorti des urgences du « Chicago General Hospital » nous recevrait ...). Et bien, figurez vous que 3 longues heures après cette conversation anodine qui me paraissait sans conséquence, nous sortons de la salle d’examen, avec le « monsieur » qui se tenait à peu près à 2 cm derrière nous et qui nous raccompagnait gentiment vers la sortie, quand Dark Vador me dit :

— Alors, maman, tu l’as trouvé beau le docteur ?

PS: Pendant la nuit, Dark Vador a quitté le corps de petite chérie et j'ai l'impression qu'il essaie d'entrer dans le mien. Les urgences de trousseau, ça marche aussi pour les adultes?

16
16

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !