Cher Monsieur Mus Araser,

il y a
1 min
4
lectures
0

Les mots jalonnent mon existence depuis un paquet de décennies déjà. Ceux des autres comme les miens... Ma devise est fort simple, vivons heureux en attendant la mort. Et peu m'importe les ratures  [+]

Ce n'est pas tant que le sujet abordé de la jeune fille en fleur soit en soi ma foi ennuyeux mais il faut raison garder. Car exposer ainsi de la chair fraîche et mineure de surcroît sous l'oeil faussement impassible du vieux cochon qui sommeille ici sous des dehors pépères n'est pas en vérité une excellente idée, admettez-le...
Pire, cela pourrait éveiller l'instinct bassement libidineux d'un individu encore inconnu de nos services que nous qualifierons de pervers ordinaire. Ou plus sournoisement, de mettre à mal ce qui lui sert de prothèse paraplégique qu'il paie à crédit depuis cinq ans sans compter les fourbes intérêts...

Aussi, je vous demanderais à l'avenir de plutôt privilégier vos romans photos à l'eau de tomates cerises regorgeant de pesticides que la morale sanitaire ne peut aucunement réprouver. Voire de renouer les liens profonds mais impénétrables avec vos groupies black blocs qui ont la décence eux de voiler à la fois leur face mais aussi leurs attributs sales. Ou au pire, exposer à la vindicte opulente qui règne ici quelques jeunes animaux s'ébrouant dans les bras d'une maîtresse septuagénaire dont les lolos flapis tombent allègrement sous le museau du pauvre chiot sidéré et affolé que nous nommerons Zobi le toutou. Car la zoophilie est autorisée en tant que thérapie cognitive de croupe pour les croulants esseulés tandis que la pédophilie la fout mâle, surtout après les scandales "oculméniques" répétés au sein du Vatican, au pied du mamelon levé...

Veuillez agréer dans ces conditions, cher MusAraser, l'expression de mes sentiments mitigés.

《 Les personnages lubriques et les situations abracadabrantesques de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ambiguës ou des situations existantes scabreuses ou ayant existé dans votre imaginaire ne saurait être que fortuite 》.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Mon chat est Mon Chien

Mathieu Jaegert

— Docteur, je vous amène Mon Chien.
— Je ne comprends pas, c'est un chat.
— Oui, c'est un chat.
— Et ?
— Je n’aime pas les chats.
— C'est pour ça que vous venez ?
— Non, bien... [+]