3
min

Cher ami

Image de Lalou

Lalou

369 lectures

170

FINALISTE
Sélection Public

Cher ami

Bonjour mon ami, je t'écris cette lettre pour que nous nous remémorions le temps passé. Tant d'années sans se voir étaient pour moi un supplice. C'est depuis un train que je t'écris, à Saint Nizier. Nous sommes en hiver, moi et la vie, qui va bientôt s'éteindre.

Cher ami, sais tu que depuis six ans je t'ai perdu. Je l'ignore tant bien que mal. Je ne voulais pas te perdre moi, mais la voiture qui roulait vite était vieille, mal enretenue. Nous avions hésité à y aller. Fichue soirée. Et dire que là nous aurions pu rigoler du temps passé... Mais... Non. Ce match de foot avait l'air bien, Paris, sa ligue 1 contre son ennemie, Marseille. Toi, qui voulait y aller et moi qui ai refusé. Que j'étais bête à l'époque. Mais je te vois venir à me dire que nous n'en savions rien, nous, du futur. A vrai dire ça m'a fait mal d'avouer que je n'étais pas responsable de notre accident. Mais cette pensée est trop forte. J'ai comme une voix dans ma tête qui me dit que c'est ma faute .

Cher ami, moi je pense à cet accident qu'on aurait pu éviter si la Twingo était plus grosse et plus solide, tandis que toi tu es là à te battre contre la mort! Oh mon ami, j'aimerais tant t'aider! J'ai de la haine contre moi, contre cette soirée, contre cette vie de chien.. Cette vie, qui nous fait rire, chanter mais aussi pleurer.

Cher ami, je te promets d'aller prier pour toi et pour que tu te sentes aimé. Tu nous a bien fait rire à cette soirée. IL y a déjà si longtemps....

Cher ami, six ans à pleurer, à chanter pour toi. Car mon ami, nous nous sommes connus à nos deux ans! Tu ne mérites pas ce sale coma! Mais nous le savons toi et moi, il y a des hauts et des bas dans la vie. J'aimerais tant te tirer vers le haut! Moi, dans cette voiture, j'ai perdu plus qu'un ami. J'ai perdu quelqu'un qui était plutôt un frère pour moi. Nous fûmes projetés, tu t'en souviens? Quant à moi j'ai perdu un de mes bras.

Cher ami si tu te réveilles, car je ne perds pas espoir, tu ne pourras plus te servir de ton cerveau. Tu seras comme un bébé qui naît et qui doit tout apprendre. Lui viendra de s'attacher à la vie, tandis que toi, tu décrocheras. Je ne voudrais pas dire cela, mais les médecins me l'ont dit. Moi, j'essayais de croire l'inverse mais je sais dur comme fer que le choc fut trop violent. J'ai regardé dans la voiture le paysage qui défilait, ce qu’il était beau. C'était aussi en hiver, une saison magnifique. Mes phares éclairaient la route, les montagnes enneigées. Je regardais de petits sapins, posés par millier. Quelle beauté inouïe, la vie.

Cher ami, c'était à ça que je pensais. C'est alors que j'ai foncé dans un fossé. Nous étions vraiment bourrés, tous. Tu avais une bouteille de vodka dans la main et moi une bouteille de Tequila . Nous avions vingt ans! Et aujourd'hui, vingt six... Tu sais, je pense souvent à toi.

Cher ami, je vais te décrire le paysage tel que je le vois: ici une ville enneigée, que je ne vois pas passer en raison de la vitesse. On dirait une attraction de Disney Land. Oui, la ville recule extrêmement vite! Oh, la ville s'approche de moi! Non! C'est le train qui a un problème, il déraille!

Cher ami je ne suis plus en mesure de parler mais mon âme, elle, pense toujours. Un arbre est jusque à coté de moi, et les immeubles montent, descendent. Plus rien. Trou noir. Le train ressort d'un seul coup et je vois les nuages défiler...

Cher ami, j'arrive près toi, dans ton univers. Le train retombe, mais moi, justement je suis encore là-haut. Jamais je ne redescendrai, c'est fini. Oh ! C'est toi là-bas! Coincé entre les nuages et la vie.

Cher ami, redescends si tu le peux, la vie est bien trop importante et trop belle pour en finir. Nous sommes jeunes et nous avons encore beaucoup de temps devant nous. Enfin toi, car moi je ne suis plus de ce monde. Tu sais, en bas, tout le monde t'attend et t'aime. Tu t'es trompé, on a besoin de toi sur terre.
Tu te souviens, je t'ai dit que les médecins savaient que tu ne te servirais plus de ton cerveau si tu revenais. Moi je sentais que c'était faux. D'ici je vois tout et sais tout. Par une chance extraordinaire, tu peux t'en sortir et redevenir pompier, à sauver des vies, importantes les unes comme les autres. C'est extraordinaire, n'est-ce pas? Alors va-t'en sur terre et sauve des vies! Nous avons besoin de toi en bas! Non, ne montes pas avec moi, tu ne le dois pas! Non ! Descends!

Cher ami , nous sommes deux désormais. Deux jeunes insouciants, deux amis, deux morts qui vivent dans le cœur de leurs proches. Deux amis qui ne seront pas oubliés, mais aimés.

Cher ami, j'ai fini.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Collégiens
170

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Gisny
Gisny · il y a
Envie de pleurer de tristesse et de joie à l'idée que rien ne se termine, seul le corps nous échappe. Une renaissance vers d'autres aventures est inévitable. Alors, bonne chance aux deux amis.
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Mes sincères félicitations Lalou pour ce coup de coeur du Jury bien mérité pour ton beau texte.
·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Félicitation, Lalou. Une récompense méritée pou l'originalité.
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Félicitations Lalou ! Bonne journée :-)
·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Félicitations Lalou !
·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Bravo !
·
Image de Bertrand Gille
Bertrand Gille · il y a
Félicitations Lalou !
·
Image de Huppefasciée
Huppefasciée · il y a
Bravo Lalou.
·
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
Bravo Lalou :)
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Félicitations, Lalou !
·