Chasseur d'appart'

il y a
2 min
706
lectures
79

De la lecture à l'écriture, il y a un pas que j'ai osé. Je me suis beaucoup amusé en écrivant cette première brève. Je recommencerai c'est sûr. Parole de Sammy  [+]

Allo, bonjour Bernard. Stéphane Pla....

- Encore vous Plaza ? Je vous avais demandé de ne plus rappeler. Ma femme est très déçue. Nous ne voulons plus traiter avec vous.

Tiens, il se souvient de moi ? Etait-ce le son de ma voix nasillarde et mon côté décontracté en toutes circonstances ? Je comprenais à moitié sa colère. A sa décharge, j'avoue que nous nous étions quittés un mois plus tôt et quelques noms d’oiseaux me concernant avaient fusé. Lui et son épouse recherchaient un bien d’exception et je pense qu’en choisissant de leur faire visiter cette villa, je venais de griller une cartouche. Je me devais de déminer le terrain et reprendre les négociations.

- Oui Bernard, mais attendez, je comprends, ce bien est atypique, mais vous admettrez qu’il correspond en tous points aux critères que votre épouse et vous-même aviez exigés. C’est une des villas les mieux situées sur ce trait de côte, spacieuse, avec vue imprenable sur la mer Méditerranée. Je sais que le prix n’était pas le critère qui pourrait vous faire changer d’avis, mais vous m’accorderez qu’à ce tarif c’est un très bon investissement.

- Vous délirez Plaza, après la visite, ma femme était horrifiée, sans voix. Nos vêtements s’en souviennent encore. Ma veste et ma chemise blanche étaient couvertes de poussière.

- Allons, il ne faut pas s’arrêter à cette fausse première impression. Au début ça peut choquer. Le style est nouveau. vous ne trouverez pas cela en France. Pourquoi faudrait-il que cela soit cher pour être beau ?

- Nous n’allons pas philosopher pendant des heures, ma réponse est NON, n’insistez plus !

La négociation s’annonçait difficile. Mais je ne suis pas le meilleur agent immobilier de France pour rien alors je tentais une nouvelle salve d’arguments ; je savais que ce genre de clientèle ose tordre le nez à la moindre petite anomalie et je comptais bien bousculer ce couple jusque dans ses derniers retranchements pour qu’il abdique et signe.

- J’espère que vous aviez remarqué les efforts des anciens propriétaires ravis de vous voir revenir ici »

..... Touute...Touute....Touute.............Avons-nous été coupés , ou m'a t'il raccroché au nez ?

Ha ! Ha ! Il ne sait pas quel agent immobilier je suis, je pourrais vendre du sable dans le désert, je ne le lâcherais pas, s'il ne veut plus argumenter au téléphone qu’à cela ne tienne nous poursuivrons cette négociation par mail. J’en prends l’initiative.

FM : Tak ataka tak Immobilier
TO : B.H.L
OBJET : Votre Villa vue mer

Cher Bernard,

Suite à notre conversation téléphonique qui a été interrompue sans ultimatum, je souhaite reprendre l'initiative.

Je voulais revenir sur ce bien immobilier qui mériterait, selon mon état-major, une contre-visite.

Ce n’est pas à vous que je vais apprendre que dans la vie, il faut savoir passer outre les petits détails qui pourraient choquer et ne pas se fier aux apparences. Prenons un peu de hauteur voulez-vous ? Je veux parler du bouquet de tiges de bienvenue sans les fleurs ; ne le considérez pas comme une agression. Certes, il était posé en évidence dans l’entrée mais je l’ai fait enlever.
Pour la piscine, remplie d’hémoglobine, je l’ai fait vider.
Quant aux murs des chambres tagués, les baies vitrées pulvérisées et les obus non-explosés dans le jardin, c’est devenu la norme de Tripoli à Tobrouk en passant par Syrt et Misratah. Ici, la simple évocation de votre nom rassemble des foules immenses. Rendez-vous compte, la population locale appelle cela le style «Henry-Levy » ; Un philosophe qui laisse une trace aussi forte de son vivant n’est pas commun vous en conviendrez.
Depuis votre annonce de vouloir quitter la France, la population libyenne est enthousiaste ; je crois qu’elle vous attend... Avec impatience...

Je reste sur le pied de guerre pour vous aider à trouver un bunker non loin du Golfe de Syrt bien insonorisé pour que Madame puisse y chanter à tue-tête.


S. PLAZA
79

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Vertigo

Samuel Lhâa

Après une enfance douce et heureuse à tout point de vue, il me fallait trouver un travail. L’école m’ennuyait. Les jobs se faisaient rares en Dordogne. Ma chance, c’était d’avoir été... [+]