Chasse à l'homme dans les dédalles d'une favela

il y a
2 min
4
lectures
0

Scénariste et écrivain né en 1976 à Trappes, Boël Souleymane bascule dans le monde littéraire après un long passé dans le milieu associatif, où il œuvre pour le développement éducatif et  [+]

Thiago s'approcha d’un petit dealer maigrelet en sortant la photo qu’il avait ramassé prés du cadavre de son homme de main.Le dealer le regarda d’un air méfiant en voyant la plaie ouverte sur son visage.
- «Excuse-moi mais je cherche le frère de ce gamin sais tu ou est-ce que je peux le trouver?»
- « Cela ne me dit rien du tout mais si tu commençais par me dire ce que tu lui veux tu ne penses pas que ça m’aiderais à vouloir t’aider?»
- «Juste m’entretenir avec lui pour qu’il m’explique certaines choses.
Pourquoi j’ai retrouvé la photo de son frère juste à coté du cadavre de mon associé et que l’argent qu’il devait me remettre à disparu ?
J’aimerai savoir ce qu’il faisait las-bas ,comment est il rentré et comment mon fric a pu se volatiliser ?»
Le ton de la discussion entre les deux hommes s’envenima et se durcit comme le muscle d’un sportif en plein effort physique. L’atmosphère était tendue laissant prévoir qu’il allait se passer quelque chose de gore.
-« Hé l’ami chacun ses problèmes tu poses trop de questions auxquelles je n’ai aucun intérêt de te répondre.
Je suis un dealer pas un agent de service des renseignements.
Trace ton chemin et va faire ton enquête plus loin et arrête de me casser les cous-les. »
Thiago s’énerva et brusquement saisit l’homme qui était devant lui par le lobe de son oreille et dégaina son flingue pour le poser contre le pavillon de son oreille et tira une balle en faisant exploser son cartilage.
Un bout d’oreille gicla en l’air et l’homme hurla de douleur avant de se mettre à courir pour tenter de sauver sa peau.
Une course-poursuite s'engagea entre Thiago et l’homme sur lesquels il venait de tirer courant en zig zag dans les ruelles étroites de la favella:
«Reviens! Et dis-moi où est-ce que je peux trouver ce petit bâtard qui m’a volé mon fric?»
Des échanges de coups de feu résonnèrent pour s’entremêler frénétiquement aux bruits des pas du fuyard qui résonnaient sur le sol des dédales des allées d’un vaste bidonville. Des tirs répétés, des essoufflements saccadés, des cris d'habitants affolés, et des aboiements de chiens surexcités par le sont des balles qui fusaient et ricochaient sur des murs boueux.
Thiago ne lésinait pas sur ses balles dont un tir finit par toucher une seconde fois l’homme en traversant la paume de sa main.
L’homme en fuite la peur au ventre continuait de courir de toutes ses forces pour tenter d’échapper à la mort. Puis en regardant sa main il se rendit qu’elle était trouée au point qu’il puisse voir à travers elle.
Thiago continua à tirer en hurlant jusqu’à ce que l’homme parvienne au bout d'une impasse.L’homme stimulé par la peur de mourir s’agrippa à un muret pour grimper sur la toiture d’une maison dans l’espoir de poursuivre sa course.
«Reviens! Ou sinon je te transforme en écumoire.»
Thiago arriva à seulement quelques mètres du fuyard en réalisant qu’il n’avait plus aucune balle dans son chargeur.
L’homme continua à s’enfuir par les toits courant à un rythme effrénée conservé par la frousse.Un léger vent jouait avec ses vêtements pendant qu’il sautait entre l’espace des maisons jusqu’à finir par traverser la toiture d’une baraque pour faire une chute de deux mètres et atterrir sur la table d’un repas de famille.
En atterrissant l’homme posa sa main trouée sur ses yeux qui laissa apparaître un œil stupéfait.Devant une famille hurlant de panique.

Extrait du livre « l’estomac des favélas »

Auteur: Boël Souleymane
Sortie prévue 2018 inchaa’
Allah
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,