2
min

Chaque jour qui passe

Image de Isdanitov

Isdanitov

1584 lectures

388

Qualifié

Quelque part au milieu d'un dédale de rues grises et sans joie, ici ou là-bas, sous la pluie de novembre, deux vieux amants habitent depuis toujours. Leur maison n'est pas un château, qu'importe, elle abrite leur amour.

En cette fin d'après-midi elle s'assied enfin, tricote ou se lance dans quelque ouvrage. Sur la table, un album de photos d'un autre âge dont, ensemble, ils ont tourné les pages.

Lui, lit.

Dans un confort douillet, dans un air quiet, ils attendent la mort et ne le disent pas. En parlent-ils ? Il semble qu'ils ne la redoutent même pas. Pas pour eux-même, en tous les cas. Pour celui qui restera.

Seul.

Mais, le chat.

Car, ce qui compte, c'est de vieillir, de vieillir ensemble. Après, on verra. Jusqu'à la vie du dehors qu'ils ne comprennent pas. Trop rapide, elle ne les intéresse pas.

Tandis qu'il assouplit ses pinceaux, prépare ses fusains et ses tubes comme s'il s'attendait à ce qu'elle pose pour lui une fois encore, une tarte cuit au four et le repas du soir mijote à feu doux. Le chat ronronne.

Et pourtant, la journée avait mal commencé. La faute à un robinet mal refermé. Ils l'entendent encore.

Ploc !... Ploc !...

À chaque fois, le silence revenu s'étire au rythme de la formation de la prochaine goutte. À chaque fois, dans la semi-obscurité, on peut la deviner, suspendue un ultime instant au robinet, se détachant enfin avant de se fracasser sur la faïence de l'évier.

Ploc !...

Encore...

Impossible de dire ce qui est le plus énervant. Le son de la goutte qui se fracasse lamentablement ? L'attente de la suivante ? La vision mentale de la goutte supendue au robinet et s'étirant à l'infini ?

A moins que ce n'en soit le souvenir ?

Et dans ce monde qui se recroqueville sur l'instant présent, et avant que le temps ne se fige à jamais, elle égrène au piano, de ses doigts qui ne veulent pas, quelques mesures d'une valse dont elle ne compte plus les temps. Alors, elle s'arrête et fredonne gaiement.

Ils s'asseyent, chacun dans leur fauteuil, prennent leur temps, se font des grâces, soulignent leurs efforts et s'aident mutuellement.

Il songe au temps où elle était belle, elle songe au temps où il était fort.

Il place une bûche dans l'âtre tandis qu'elle leur sert une tasse de thé. Elle lui serre la main, le couve d'un regard câlin auquel il répond du sien. Car, malgré leurs âges et les orages, ces deux-là s'aiment encore, ces vieux-là s'aiment tendrement depuis la nuit des temps et ils s'aimeront par-delà la mort.

Comme chaque jour, en cette fin d'après-midi, il s'endort paisiblement dans son fauteuil et ronfle doucement. Comme tous les jours, elle se lève alors et, à pas menus, pendant que son homme dort, trotte jusqu'à l'horloge qu'elle retarde de quelques minutes encore.

PRIX

Image de Printemps 2018
388

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Marie
Marie · il y a
Très beau texte, sur le temps qui passe. Je regrette de n'avoir pu voter.
Si vous souhaitez découvrir l'un de mes textes un peu sur le même thème https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/loin-des-yeux-loin-du-coeur

·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Beaucoup de tendresse dans ce texte,...c'est beau.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Isdanitov ! Je relis avec plaisir votre TTC "qui dit oui, qui dit non, et puis qui les attend" comme chantait Brel !
Vous avez soutenu mon sonnet Mumba et je vous en remercie. Il est désormais en finale. Le soutiendrez-vous de nouveau ? https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba Bonne journée à vous !

·
Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
Une vie qui s'écoule à deux ,et le chat. J'aime ces deux vieux qui prennent soin l'un de l'autre. l'amour est présent à chaque instant et le temps qui passe...L'horloge n'a pas d'état d'âme elle avance , même si de la retarder de quelques minutes, elle a l'impression de gagner du temps... C'est joliment retranscris cette fin de vie sereine, alors que tout se déchire ,tout va trop vite. J'ai vraiment l'impression qu'effectivement le temps juste pour eux, s'attarde. Bravo Isdanitov, de ne pas avoir rajouté des maladies, le charme aurait été rompu.+5
·
Image de Bertrand
Bertrand · il y a
une fin de vie
en douceur
fruit d'un amour
qui ronronne
au rythme
de l'horloge^^+5

·
Image de Jenny Guillaume
Jenny Guillaume · il y a
J'aime beaucoup votre écriture tout en retenue, bravo et à bientôt
·
Image de Anne Marie Menras
Anne Marie Menras · il y a
Je vous donne mes trois voix et vous invite à lire mon petit poème intitulé Mes vieux... (les miens n'avaient même plus la force de retarder l'horloge) !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mes-vieux-1

·
Image de Antoine Finck
Antoine Finck · il y a
Il va refaire une sieste alors !
·
Image de Isdanitov
Isdanitov · il y a
Ah, ah ! Bien vu!
·
Image de Siparazar
Siparazar · il y a
C'est délicieux !
·
Image de Maryse
Maryse · il y a
Quel beau texte ...
·