Champagne avec Alice et Rose...

il y a
1 min
160
lectures
7
Qualifié

Ecrire, jouer des mots, s'en-jouer, s'en-jouir, en jouir en délire et sens (sans déliquescence -si possible ! )...Bref, la langue est belle et jouable/jouante, en joute et en joue, et en commun  [+]

Voici venu le temps de boire champagne
et autres bulles réconfortantes,
j'ai donc mis mon plus beau pagne
pour aller voir mes jeunes tantes.

Tante Alice, qui venait de la campagne,
ayant vécu l'été, tant et tante,
ne fut surprise qu'à moitié, du demi-pagne;
elle en a vu tant...étant enfante.

Tante Rose, qui venait de la montagne,
menant, l'hiver, des bêtes sur ses pentes
fut un tantinet étonnée que ce pagne
ne soit fourré, surtout aux fentes.

Il faut que je vous dise que jeune, étant au bagne,
j'avais eu connaissance de ces nouvelles tantes :
Grand-Mère, procréant derechef, eût la gagne
de deux jumelles : soeurs de ma mère donc, et tardivement-e.
Oui, elle procréa seule, dedans sa hargne !
C'était il y a vingt ans et j'en avais quarante.
Lassée des hommes, elle fit comme une épargne
parthénogénétique et auto-parturiente.

Bref, libéré de mes soucis de cocaïnomane
je me présente un jour sous forme(s) bien apparente(s),
bien qu'un peu cavalière, soit, mais en aéroplane
blindé comme un hussard ; j' arrive à mes parentes :

Alice et Rose étaient donque compagnes
d'un même logis, comme une entente
entre-elles, mais pas en caravane
où chacun peut passer ; m’étaient bien différentes :
l'une, de la plaine, corpulente, aime la campagne -arde/
/...ardemment. L'autre, frêle petite charpente,
apprécie les sommets, le blanc et la montagne...hard/..
/...hardiment. Ce sont d'autant plus bonnes vivantes.

Or, me voici de retour de Cayenne (Guyane) en pagne,
devant mes tantes ; elles deux, très déférentes.
L'une me dit : « N'oublie pas ton passe-montagne ! »
L'autre contrepèta : « Pourvu que ton pagne montasse ! »,
-ou montât,...donc- mais c'était une fervente...

Elles me semblaient comme belles courtisanes,
en fait toutes deux étaient concupiscentes ;
qu'elles soient de la montagne, en quarantaine, ou de campagne
elles aiment et nous aimons, je crois, qu'on les fréquente.

Envoi/ Morale / Contre-moralité ?/...admettons - et à mes tantes :

Alice et Rose, si vous saviez que si souvent
j'ai tant osé...osé rêver de ces moments.
J'ai, crapuleusement, songé à un instant,
qui peut-être jamais -le saurai-je vraiment ?-
est, ou non, advenu
- et puis, qui l'aurait crû ? -,
pour vous voir de si près et voir de si beaux...tourments.

7

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,