Chambre 77

il y a
1 min
304
lectures
19
Qualifié

Écrire un jour. Toujours. Avec une Imagination Crépusculaire, Electrique, où l'Ordinaire est subjugué par l'Extraordinaire  [+]

Image de Printemps 2013
Liz entre dans la luxueuse chambre à coucher.
La pièce est plongée dans la pénombre, et seul l’éclat diaphane de la lune qui perce la grande baie vitrée nimbe l’endroit de noir et blanc.
Elle aperçoit le lit, magnifique, trônant au centre de toute chose.
James Dean est là.
Étendu sur les draps en satin blanc, il l’observe sans dire un mot.
La gorge de Liz se serre.
L'acteur ne porte rien, et sa peau nue scintille dans l'obscurité.
Les traits d’adolescents, le regard sombre et tourmenté, les cheveux décoiffés et cette attitude charismatique : c’est lui ! Aucun doute !
Il tire une bouffée sur sa cigarette, avant de recracher la fumée sous la forme d’un cœur éthéré.
Elle frissonne.
Au pied du lit, sur la moquette en lie de vin, une bouteille de champagne et deux coupes en cristal patientent prés d'un bouquet de roses carminées.
Tremblante, Liz dénoue la ceinture du long manteau en fourrure qui l’enveloppe.
D’un geste d’épaule provocateur, elle le fait tomber au sol.
À l’exception des escarpins noirs à ses pieds, elle est nue.
Elle avance.
Dans son esprit, des pensées brûlantes d'érotisme et de passion défilent comme des nuages un jour de grand vent.
« James Dean, se dit-elle. Je connais l'amour et il se nomme James Dean... »
Lorsqu’elle atteint le lit, James l’enlace et l'étend sur leur rêve de satin.
Une chaleur évanescente inonde son bas ventre quand l’acteur colle son corps au sien.
Ils font l’amour, lentement, avec tendresse.
Bientôt, la luxueuse chambre d’hôtel et le monde tout entier ne sont plus que des mirages flous ou le temps n’a aucune prise.
Ils échangent leurs orgasmes en chœur.
Toujours en elle, James Dean noie ses yeux dans les siens.
« Je t’aime », lui souffle-la-légende.
L’univers de Liz explose en prismes de bonheur.

« – Hey ! Si tu veux tes 40 $, il va falloir cesser de rêvasser ! »
Arrachée à sa torpeur, Liz revient à l’amertume froide et implacable de la réalité.
Devant elle, sur le lit étroit, un routier nu et bedonnant s’impatiente.
L’éclairage de la chambre 77 du motel est d’un jaune terne et crade.
Interdite, Liz fixe avec déréliction le portrait écorné de James Dean accroché au mur.
La main velue de l’homme tapote l’oreiller vacant.
Elle a envie de hurler, mais s’efforce de sourire.
Le radio-réveil sur la petite commode indique qu'il est seulement 23 h.

19

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jeanne Maye
Jeanne Maye · il y a
excellent!

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Avant la nuit

Thibaut78

Juste avant la nuit, j'ai voulu voir une dernière fois les quais de Saône. Savourer la beauté des derniers rayons de soleil qui se noient en éclats dorés au-dessus des eaux glauques, colorant... [+]

Très très courts

Billy

JB Correges

Dylan en fond sonore, je me réveille enfin, murs miteux pour lit miteux, hôtel deux-étoiles qu’il disait. Odeur de tabac froid et lumière verdâtre, je sors du lit avec un mal de tête à... [+]