1
min

cette nuit la !

5 lectures

0

Dans l’obscurité je voie ton ombre ce promener près du lit. Mais que prépare tu je n’entends rien tu ma mit des écouteurs aux oreilles et pris bien soins de me ligoter .je suis couché sur le ventre au milieu de ce grand lit. Les fesses bien en évidence juste assez cambré je suis placé à ton gout. Je sens la chaleur de ton corps quand tu t’approches je te sens me caresser juste assez pour me donner envie puis arrêter un jeu qui me tiens le souffle couper... mais quelle punition me faire languir comme ça. Mais tu as bien pris la peine de me bâillonner, je ne peux parler.

**allez prend moi **Que je pense sans arrêt
et puis je le sens s’approche m’enlever un écouteur et me chuchoter a l’oreille.

- tu veux la sentir, tu veux te rappeler comme elle te remplit bien.
Je ne bouge pas.
-bonne soumise, tu as compris, tu ne sembles pas désobéissante ce soir. Voyons combien de temps cela va durer.

Je sens la cravache descendre le long de mon dos contourner mes fesse rebondis allez sur mes seins. Je me sens tourner sur le coter mon corps est maintenant ton terrain de jeux.

Un coup sur les mamelons. Un sur chaque fesses tout en la laissant bien descendre entre chaque coup je la sens me parcourir le corps et glisser sur mon ventre.

Quand d’une main je me trouve à nouveau sur le ventre je sens le cordage se tirer vers l’arrière et en même temps je la sens elle est si grosse, je gémi et je sens un coup retentir avec force sur une de mes fesse et je sens sa mains m’empoigner un sein avec férocité

-Tu n’a pas intérêt à bouger ! Ta nuit seras longue demoiselle.

Je me suis réveiller semi attacher encore !

Cette nuit a été longue et bonne mon maitre a été si féroce avec moi je repense a tout cela et j’en frémi toujours de désir.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Et un jour qu’elles désiraient s’enlacer dans ses bras, Qu’elles pensaient ne jamais se lasser dans ses draps, Alors que les corps caressaient du bout des doigts, Que les peaux et ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

La chaleur pèse un camion rempli de déménageurs ; lourde, humide et fiévreuse. Passé midi, je ne tiens plus sur mon siège en faux cuir. La fonte de ma culotte Petit Bateau, dans mon jean ...