Cette femme...

il y a
1 min
27
lectures
1
Je vais vous raconter l'histoire d'une femme. Une pauvre femme.
Cette femme, née dans la première moitié du dix neuvième siècle, s'est marié à un homme comme beaucoup à cette époque, et lui devait obéissance. C'était un homme violent, souvent ivre. Il était fonctionnaire, aimait l'ordre. Ensemble, ils eurent trois enfants, tous morts tôt. L'homme frappait les mômes, et sa bien-aimée. Un jour peut-être, alors qu'elle portait un enfant, l'a-t-il battu, et tombant à terre, elle fit une fausse couche.
Il violait des femmes servantes, ou esclaves, élevait ses bâtards à coups de poings.
Alors que la pauvre femme eu après quelques violents ébats et neuf mois de souffrance mis au monde un dernier enfant, le dernier qu'elle aurait peu-être le temps d'élever, elle se rendit chez la sage femme pour accoucher.
L'enfant grandit dans une famille emplie de mal-être. Il était bon à l'école pendant un temps puis voulu devenir artiste peintre. Mais son père refusa. Il serait fonctionnaire, ou rien. Il serait battu, pour apprendre.
Petit garçon devint ordonné, bien qu'il jouait au cow-boys et aux indiens, l'image de l'autorité déteint sur lui. Mais il n'aimait pas son père. Et lorsque celui-ci décéda, l'on dit que ce fut pour lui comme un déclic, un soulagement, une liberté.

Alors que la pauvre femme eu de violents ébats, avec son mari, pour mettre cet enfant au monde, lorsqu'elle fut probablement violée, comme ses servantes, qu'elle souffrait, pleurait, et acceptait par soumission son triste sort, qu'elle pensait peut-être «Aurais-je peut-être la chance d'élever cet enfant qui naîtra ou mourra-t-il comme tous les autres... ? », lorsqu'il sécréta la semence, qu'il se retira, neuf mois plus tard, la sage femme demanda alors à Madame :
« Comment voulez-vous l'appeler ce petit bonhomme ?
- Adolf. Adolf Hitler. » répondit-elle.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,