3
min

Cette chanson

Image de Alain Cirier

Alain Cirier

35 lectures

35

Assis face à son écran, Thomas se nettoie les ongles en se demandant ce qu’il va bien pouvoir faire de sa journée.
Cela fait maintenant un an, six mois, quatre jours, deux heures et cinquante-trois minutes qu’il commence ses journées par le même rituel : se réveiller naturellement, sans heure fixe, se lever, soulager sa vessie, enfiler un sweat, un pantalon de jogging, ses espadrilles, sortir de son appartement situé au rez-de-chaussée d’une ancienne grande maison bourgeoise, parcourir les douze mètres qui séparent sa porte d’entrée de celle de la boulangerie voisine, retourner chez lui pour ce premier repas de la journée, puis allumer son ordinateur, à la recherche d’une nouvelle idée, celle qui le fera décoller, animera sa journée ou une nouvelle partie de sa vie.
C’est dans cet état d’esprit qu’il s’était pris à écrire une chanson deux ans auparavant, sans rien n’y connaitre, avant de la publier sur sa page Facebook, en accès libre par les 2 milliards de membres. Et, quelques heures après, il avait été contacté par une maison de disque pour relancer une star vieillissante de la chanson française qui tentait un retour. Deux mois plus tard, le titre était sorti et rencontra rapidement un succès incroyable à l’échelle de Thomas, et anecdotique à celle du chanteur. En percevant son premier cachet de dix mille six cent vingt trois euros, Thomas avait pris cette décision de démarrer chacune de ces journées selon ce même rituel, à la recherche de la prochaine idée.
Il avait investi une partie de la somme dans un ordinateur puissant et moderne, au grand écran tactile, avec des haut-parleur fournis par un spécialiste de la hifi, une qualité d’image exceptionnelle, une caméra haute résolution, et un double micro pour enregistrer en stéréo. A côté de l’objectif, un voyant de la taille d’une tête d’épingle s’allumait lorsque la caméra était activée.
Ses ongles propres, son regard se releva sur son écran dans lequel il se perdit quelques instants face au mur d’actualité de la page internet qui était affichée, sans remarquer que le voyant de la caméra était allumé.
De l’autre côté, Suzette avait enfin réussi à activer à distance la caméra de l’ordinateur de Thomas. Elle était tombée sous le charme d’une chanson au texte mélancolique dont elle avait recherché l’auteur jusqu’à trouver l’adresse IP publique de sa connexion internet. Malgré cette prouesse, elle ne savait pas encore à quoi il pouvait ressembler. Cela faisait déjà quelques jours qu’elle avait pu activer les micros de l’ordinateur, captant des sons sans image. Il vivait visiblement seul, lui arrivait de s’énerver, de rigoler, et écoutait régulièrement un morceau qu’elle avait pu retrouver sur internet : Territory de The Blaze. Elle l’imaginait bouger sur cette musique comme le jeune homme dans le clip et se demandait si Thomas était algérien ou était originaire de ce pays, de l’autre côté de la mer, en face de Palma de Majorque, où elle s’était installée, seule, depuis la fin de ses études. Elle travaillait à distance, en indépendante, pour de grandes sociétés internationales spécialisées dans les logiciels de sécurité informatique.
Elle découvrait enfin le visage de cet homme, les cheveux ébouriffés, le regard perdu, la barbe naissante. Il était affalé dans le fauteuil face à son ordinateur, portait un tee shirt blanc « Les Insus » avec un gros point d’interrogation rouge, ses yeux étaient marrons clairs comme ses cheveux, ses cils fins et courts, comme son nez, ses lèvres et son cou qui surplombait de larges épaules. Derrière lui, une grande affiche représentait deux mains qui s’enlacent. En dessous, un meuble servait de bibliothèque avec quelques objets décoratifs posés dessus, ainsi que des objets de son quotidien : un trousseau de clé, un mug, un reflex, une boîte de cigarettes, quelques journaux entassés les uns sur les autres avec un guide touristique sur le haut de la pile. Elle devina un billet d’avion qui en dépassait et essaya de déchiffrer le titre du guide et le trajet du vol. Après quelques secondes d’hésitation, elle était persuadée qu’il s’agissait d’un guide sur sa ville, Palma, et d’un billet pour s’y rendre.
Suzette apprécia la qualité de la caméra et en profita pour agrandir l’image jusqu’à déceler le grain de la peau de son visage, les poils de sa barbe, chaque cheveu, cil, sourcil, les détails de sa pupille, la texture de ses lèvres. Elle était attendrie par ce visage, avait envie d’y poser sa main, de le caresser de ses doigts, d’y poser ses lèvres, de sentir le goût de sa peau.
Elle avait l’air de cette chanson entendue quelques semaines plus tôt qui revenait jusqu’à elle. Et, devant elle, elle avait enfin son auteur.
Suzette hésita quelques secondes avant d’appuyer sur la touche « entrée » de son clavier et valider ainsi une nouvelle commande qu’elle venait d’écrire. Elle permettait l’ouverture d’un logiciel de communication vidéo sur l’écran de Thomas qui verrait alors Suzette et pourrait dialoguer avec elle.
Elle repassa la main dans ses cheveux, referma un bouton de son chemisier, se redressa sur sa chaise et appuya sur la touche de son clavier avec l’effet escompté, ce qui sortit immédiatement Thomas de son état végétatif. En se redressant brusquement il fit tomber sa chaise, ainsi que lui, et se releva immédiatement, face à son écran, et regarda cette jeune femme qui lui parlait, tentait de le rassurer sur le fait qu’elle n’était pas malveillante, qu’elle avait simplement chercher à entrer en contact avec l’auteur de cette chanson.
Thomas l’interrompait sans cesse puis, progressivement, reprenait ses esprits, releva sa chaise pour reprendre sa position face à l’écran, et petit à petit, une discussion plus apaisée et curieuse s’installa.
Elle le questionna alors sur le guide touristique qu’elle avait aperçu et ils finirent par s’accorder sur l’idée de se rencontrer sur place, la meilleure façon de passer de l’autre côté.

PRIX

Image de 5ème édition

Thèmes

Image de Très très courts
35

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Vianney Roche-Bruyn
Vianney Roche-Bruyn · il y a
Une histoire trop improbable pour pour être vraie! Dommage!
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un joli texte, mes voix. Pour ma part, sans contrepartie, j'ai commis deux textes, L'invitation http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/linvitation?all-comments=true&update_notif=1509982263#js-collapse-thread-577892 et Reflets http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/reflets-6 si le cœur vous en dit, et beaucoup d'autres choses aussi
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
Très belle découverte de l'autre coté d'un concours. Vous avez les votes d'Arlo qui vous invite à découvrir son poème de la matinale "j'avais l'soleil au fond des yeux". Bonne chance à vous. http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/javais-lsoleil-au-fond-des-yeux
·
Image de Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Passer de l'autre côté ... une belle lecture mes 5 votes ! Fenêtre ouverte est aussi en cavale belle journée
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur