Cette Autre Forme D'Acrophobie...

il y a
1 min
67
lectures
17
Fort longtemps, j’ai dû chercher ma position dans l’espace en vue de conserver l’équilibre. Dans mon environnement proche, à l’instar d’inaltérables édifices, à partir d’individus voisins et familiers, je dressais mes repères visuels, cela afin d’assurer ma propre stabilité...

Mais, il demeure une peur comparable à une forme autre de l’acrophobie... Celle du vide existentiel !

C’est un peu comme approcher tout au bord de ses gouffres intimes sur des jambes qui flageolent. Cela revient à sonder ses tréfonds du regard avec un sentiment absolu d’oppression. C’est cette incapacité totale à bouger, à se secouer, à évoluer quand tant d’autres semblent se mouvoir avec aisance...

Certainement, dans ce dangereux rapport à autrui, on peut s’étourdir de l’échec personnel. Attiré par le vide, céder pour de bon à l’inanité des choses...

Plus souvent qu’à mon tour donc, j’ai dragué des montagnes, toujours un œil sur l’abîme. Maintes fois, observé le bonheur alentour, dans une sudation excessive. Lors, à trop vouloir satisfaire mon ego, je me suis retrouvé le souffle court, au bord du précipice...

Peut-être au fond, était-ce là un appel salutaire du vide. La tentation légitime de plonger dans l’antre pour affronter mes propres démons et de fait, redorer mon blason. Chacun possédant en lui sa méthode exclusive à rebondir et la Victoire se défendant du moindre immobilisme !

A tout dire, il est un effet pervers à la métonymie sociale. Le verre n’est pas le liquide. En réalité, les gens sont bien plus fragiles et perdus qu’il n’y paraît... Leur cheminement personnel ne se fait pas nécessairement au milieu d’herbes plus grasses et plus vertes...

Seulement à tort, on se l’imagine pour finalement s’en convaincre...

En définitive, toute comparaison est une main assassine en ceci qu’à lorgner l’autre on passe à côté de soi. On ne peut s’épuiser dans la réflexion du désir permanent, ressasser les réussites à la ronde et se vouloir continuellement à la hauteur de toute chose.

Les yeux savent renvoyer de multiples reflets mais ne sont pas pour autant des miroirs. Il faut réapprendre à s’aimer par-delà la réfraction attenante... Entreprendre loin de garde-fous illusoires, ce retour à l'estime de soi...

Et s’il doit être un vertige auquel s’abandonner, alors qu’il soit celui de la Vie...
17
17

Un petit mot pour l'auteur ? 30 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Le vide quel horreur ! Moi , je saute ! Belle composition à relire !
Image de Fredo la douleur
Fredo la douleur · il y a
Effectivement, remplir sa Vie vaille que vaille. Merci beaucoup de votre lecture, Françoise ^^
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Texte bien troussé, bien loin des écrits pesants de pseudo-psychologie. Je ne supporte pas le « développement personnel » mais cela, je l’ai lu d’un trait !
« toute comparaison est une main assassine » : très joli et cela marche dans les deux sens, hé hé...

Image de Fredo la douleur
Fredo la douleur · il y a
Touché par votre commentaire. Merci à vous, Fred ^^
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Un texte très '' profond''. Qui donne à réfléchir..
Image de Fredo la douleur
Fredo la douleur · il y a
Merci beaucoup, Lange ^^
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
La sensation du vide est une conséquence murale, l'air et l'envie de rien est un besoin essentiel.
Image de Fredo la douleur
Fredo la douleur · il y a
Merci beaucoup d'être venu découvrir ce texte, Daniel ^^
Image de SEKOUBA DOUKOURE
SEKOUBA DOUKOURE · il y a
Bravo pour ce beau texte ! Vous avez mes 3 voix. ET
Merci de passer faire un tour chez moi et soutenir mon texte si vous avez le temps. 🙏🙏
*Le lien du vote*
👇👇👇👇.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-village-doukourela

Image de Fredo la douleur
Fredo la douleur · il y a
Merci SEKOUBA ! Je passe vous lire sous peu ^^
Image de Jo Kummer
Jo Kummer · il y a
Fort longtemps, Fredo a dû chercher sa position dans l’espace en vue de conserver l’équilibre. complexe situation!
Image de Fredo la douleur
Fredo la douleur · il y a
Effectivement :-) Merci d'être passé lire ce texte ^^
Image de Dranem
Dranem · il y a
Comment combler son vide existentiel ? ... s’enivrer de tout comme l'a si bien dit Baudelaire . Un texte très intéressant Fredo !
Image de Fredo la douleur
Fredo la douleur · il y a
Merci beaucoup, Dranem ^^
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
des réflexions fortes qui vertiginisent parce que fortes justement .... jusqu'à trouver la vie dans un bel abandon ... Joli travail d'écriture, Fredo !
Image de Fredo la douleur
Fredo la douleur · il y a
Un grand merci à toi, Viviane ^^
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Et le vertige de l'amour, Fredo ! ;)
Image de Fredo la douleur
Fredo la douleur · il y a
C'est vrai je l'avais oublié celui-ci ! Merci pour le rappel et surtout merci d'être passée me lire, Marie ^^
Image de Sylvie Detain
Sylvie Detain · il y a
S’aimer pour aimer l’autre 😉
Image de Fredo la douleur
Fredo la douleur · il y a
Il y a de cela ! Merci de votre venue, Sylvie ^^

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Nzálé

Sandra Dullin

Nzálé, c’est comme ça qu’on le nomme. Buffle, en lingala. C’est l’homme qui l’a choisi, le géant, le chef. Son vrai prénom, celui d’avant, il ne s’en souvient pas.
Ils sont plus... [+]