2
min

« C'est vrai qu'elle est belle »

Image de Xavier Reusser

Xavier Reusser

899 lectures

86

Qualifié

Il n'a pas encore commandé. Personne n'est venu non plus, depuis dix minutes qu'il est assis là, à se ronger les ongles. En se penchant légèrement en avant pour contourner le pilier, il peut la voir sans être vu. Elle boit tranquillement son café en tripotant son téléphone. Elle traîne encore sur Facebook. Il la suit à la trace, grâce au logiciel espion qu'il a implanté dans son portable la nuit dernière. Elle laisse un message de soutien à une amie qui a perdu sa mère, aime deux statuts de poufs qui ont mangé du riz ou fait une heure de sport la veille, souhaite un bon anniversaire à Éric... Éric ? Quel Éric ? Pas celui du bureau en tout cas... Plus jeune, plus beau... plus dangereux ? Elle termine son message par "xo"... Un goût de bile envahit sa bouche, il aurait bien besoin de quelque chose de fort.

— Elle est belle, hein ?
Il n'avait pas remarqué le vieux qui s'était assis en face de lui.
— Oui, c'est vrai... Vous la connaissez ?
— Non, elle me rappelle juste une ancienne amie. Mais vous, vous la connaissez, non ?
— Peut-être, je le croyais en tout cas... Mais qu'est-ce que ça peut bien vous faire ?
— Rien, rien... Vous permettez que je partage votre table, la terrasse est bondée...
Le vieux lève la main droite pour attirer l'attention du garçon, une main à trois doigts, tordue comme un cep de vigne, avec des plaies purulentes sur le dos. Captant son regard, le vieux dit en souriant :
— Jacob Aufsaugen, on ne se serre pas la main ?
Il prend son haleine de plein fouet. Une haleine tellement lourde qu'elle a mis plusieurs secondes à franchir la table qui les sépare. La vue des rares dents jaunes qui peuplent sa bouche confirme l'odeur. La peau de sa joue gauche est tendue, figée, comme sur ces images de visages cicatrisés après une brûlure à l'acide. Lorsqu'il parle, son œil droit cligne irrégulièrement, peut-être pour mieux s'imprégner de l'improbabilité de son proche environnement.
— Tu m'es sympathique, tu sais... Je peux te tutoyer ? Tu vois, cette fille que tu regardais tout à l'heure, si tu continues à la suivre comme ça, que tu la questionnes comme toujours, ce soir en rentrant, que tu l'enfermes, et toi avec, dans ce manège, elle va souffrir, et toi aussi !
— Pas du tout... Et d'abord, je ne vois pas...
— Vous allez souffrir tous les deux, sauf qu'elle, un jour, elle partira. Et là, tu continueras de souffrir tout seul ! Tu sais la jalousie c'est très insidieux, tu crois tout contrôler et tu finis maniaque et solitaire.
Une violente quinte de toux l'interrompt, il sort un mouchoir, qui se teinte de rouge.
— Ça va aller, Monsieur ? Vous voulez que je...
— Moi, encore aujourd'hui, je reste jaloux. Bon, c'est plus facile maintenant qu'elle n'est plus qu'un souvenir, mais tout de même, ne pas savoir où elle est, ni avec qui... Depuis qu'elle est partie, je suis jaloux tout seul dans mon coin, et ça fait deux ans que ça dure.
— Deux ans ? C'était il y a deux ans seulement ? Vous auriez pu grandir un peu, non ? C'est pas raisonnable d'être encore jaloux à votre âge !
— J'ai l'air vieux, mais pas tant... Tu me regardes, là, et tu vois juste à quoi tu ressembleras dans quelques mois, ça va vite, tu sais... C'est vrai qu'elle est belle !
— Arrêtez de la regarder !
— Tu vois, ça c'est intéressant ! Tu en arrives à être jaloux d'un vieux maniaque inoffensif. Au fond, tu ne veux pas être le seul qu'elle aime, mais tu veux être le seul à l'aimer. C'est moche !
— Mais ferme ta gueule, maintenant !
Il a crié malgré lui. Les touristes aux tables alentour se retournent. Elle n'a pas entendu l'éclat, trop absorbée par son téléphone. Le vieux se remet à tousser dans son mouchoir.
— Désolé, je me suis emporté... Je vais vous chercher un verre d'eau.
Quand il revient avec la carafe, le siège du vieux est vide. Il se rassoit, reprend son rognage de doigts. Elle est toujours penchée sur son mobile, toujours avec Éric. Il étouffe un cri de surprise quand un ongle entier lui reste entre les dents. Autour de son doigt, il presse son mouchoir, qui se teinte de rouge.

PRIX

Image de Hiver 2019
86

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de L'Ecclésiaste
L'Ecclésiaste · il y a
Pas mal, j'ai apprécié le concept de la jalousie qui se transforme en cancer. Jalousie manque de confiance en soi et en l'autre, qui tue et tuera encore.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un beau texte qui évoque bien le sentiment maladif de la jalousie !
Mes voix ! Une invitation à découvrir “Le Vortex” qui est en FINALE
pour la Matinale en Cavale 2019! Merci d’avance et bonne soirée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-vortex-1

·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
La jalousie , une morsure qui est dangereuse .
·
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Il n'y a rien dans la jalousie. Texte bien prenant. Mes ***. Je.vous invite.
·
Image de Dva2tlse
Image de JACB
JACB · il y a
Un bon génie que ce vieil homme à la chair putride qui met en garde mais la jalousie n'a pas d'oreilles, il faut qu'elle voit pour prendre peur. C'est un conte très habile qui se dédouane de toute morale, les images se suffisent. Bien joué!*****
Un poème et un TTC cavalent en finale sur ma page, bienvenue Xavier.

·
Image de Keita L'optimiste
Keita L'optimiste · il y a
J'ai l'honneur de vous informer que mon oeuvre a été sélectionnée Pour la finale.pour ce faire je vous invite incessamment à me soutenir en renouvelant votre vote sur https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/apparait-maintenant ok merci.
·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Un texte très bien mené, oppressant. La jalousie maladive qui conduit aux portes de la folie...bravo!
·
Image de Xavier Reusser
Xavier Reusser · il y a
Merci beaucoup Abi !
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Terrible jalousie destructive. Belle analyse de ce sentiment.
·
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
On a un sentiment de malaise diffus en lisant votre texte. Il provient de vos mots et de votre ecriture qui savent si bien etre derangeants et tortueux...en fait vous parvenez a nous faire vivre ce sentiment de jalousie a l aide de vos mots...bravo. La chute n est pas claire je ne devine pas qui etait cette apparition en fin de compte. C est peut etre mieux ainsi chacun pourra se faire son opignon. En tout cas chapeau et mes voix.
Je suis en lice pour le grand prix du moment.
Si vous le voulez vous pouvez venir lire mon texte et a la condition qu il vous plaise le soutenir.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/a-vos-risques-et-perils
Tres cordialement.

·
Image de Xavier Reusser
Xavier Reusser · il y a
Merci beaucoup Hervé
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Je suis né au printemps, promesse d'un avenir radieux. Mais les promesses sont faites pour réconforter et adoucir, pas pour être tenues. Ma vie devait être longue et heureuse. Longue, elle l'a...

Du même thème