C'est encore de trop

il y a
3 min
642
lectures
83
Qualifié

La plume est mon langage. Mes mains sont ma voix. Je suis devenue les mots. Ils m'ont dévoré  [+]

Image de Été 2020

Je suis l’une des enfants de la technologie. Ma mère et mon père se sont rencontrés en ligne, au printemps, et se sont quittés par un sms, un matin d’octobre. Ma mère est tombée enceinte de moi sans le savoir. Elle ne m’attendait pas. Elle a passé trois nuits, les yeux rivés sur une appli, cherchant les signes qui lui feraient penser que.
Puis elle a pris rendez-vous chez un gynéco via un site en ligne.
Le jour où je suis née, je suis devenue l’égérie de son compte Instagram, sa poupée de 2,5 kilos, comme elle m’appelait. Puis, j’ai tapissé Facebook. Ma bouille apparaissait même en photo de couverture. Quoi que nous fassions, quoi que nous mangions, où que nous allions, ma mère en vantait les mérites sur son profil. J’étais partout et nulle part à la fois, car pendant nos sorties elle me jetait à peine un œil, les mirettes fixées sur son écran lumineux. Je me demandais ce qu’il y avait de si passionnant dans ce petit appareil pour qu’elle y concentre toute sa vie.
Je pouvais m’éloigner tant que je voulais, elle finissait toujours par me retrouver. À ma naissance, elle m’avait offert un bracelet électronique qui permettait de me localiser comme on localise ses clés ou son chien.
Elle n’avait pas besoin de me surveiller, puisqu’elle ne pouvait pas me perdre. Je restais alors à côté, le regard étrangement curieux, analysant tout ce que je voyais, m’inventant une vie que je n’aurais jamais. Plusieurs fois, je tentais d’attirer son attention en lui posant mille fois la même question, ou lui montrant cent fois la même chose, et elle, machinalement, me répondait du bout des lèvres : « Oui, oui c’est bien, non, je ne sais pas, demande à ta maitresse. »
Ma maitresse était ainsi devenue ma référente, sa patience ne s’essoufflant jamais face à mes questions, répondant toujours avec la même douceur. À chaque fois, elle souriait doucement et me passait une mèche rebelle derrière l’oreille. Je l’aimais bien la maitresse. Maman ne me touchait presque jamais. Le soir, quand je rentrais, dès que je commençais à parler, elle me tendait la tablette et me disait : « Tu as une heure, après on mange. »
Je ne voulais pas d’une heure, je ne voulais même pas de cinq minutes, ce que je voulais c’était un câlin, ou un regard. Mais elle ne m’accordait jamais ça, tout ce qu’elle faisait c’était pianoter sur son téléphone rose bonbon. Au départ, je pensais que c’était moi qui n’étais pas intéressante, alors je ne parlais plus de rien, mais peu à peu je me rendis compte qu’elle était comme ça avec tout le monde. À table, avec ma tante ou mes grands-parents, elle restait le regard branché sur son écran. Plusieurs fois, les remarques fusèrent, incendiaires, mais salutaires. « Lâche ton engin de malheur, arrête de nous voir si c’est pour rester tout le temps sur ton téléphone ! » Étrangement, je n’ai pas vu mamie pendant trois semaines.
— On mange !
Je lâchais la tablette à laquelle j’avais joué par politesse.
Ma mère était assise, les deux mains de chaque côté de l’assiette. Je regardais partout, le téléphone n’était pas là. J’eus un petit soupir de soulagement. Mais à la minute où mon assiette fut remplie, elle se releva et tendit le bras vers la machine à café. Derrière l’appareil, son portable était relié à une prise. Évidemment, il chargeait !

À ce moment-là, j’avais treize ans et une colère sourde s’empara de moi. Je me levai d’un seul coup.
— Je m’en vais.
— Mhm?
Elle ne releva pas les yeux, et devant cette indifférence assumée, je posai le bracelet électronique sur la table et me précipitai dehors.
Avant qu’elle ne se rende compte de mon geste, car elle s’en rendrait compte entre deux notifications, j’appelais Léa, ma meilleure amie, pour l’informer que je venais chez elle. Elle dira à ma mère qu’elle ne m’a pas vu. Sa mère à elle était en déplacement et son père rentrait tard.
Je ne voulais pas fuguer, je voulais lui faire peur. Juste peur.
C’est ce qui arriva. Elle eut tellement peur qu’à mon retour, elle lâcha son téléphone pendant trois jours. Pour la première fois de ma vie, j’avais une mère qui me regardait, m’écoutait et s’intéressait à moi. Mais mon euphorie fut de courte durée, car au bout de 72 heures, elle trouva une excuse pour se reconnecter et le quotidien redevint identique au passé : mécanique, monotone et triste.
J’appris donc à ignorer ma mère. La préadolescence aidant, je rentrais de plus en plus tard, mangeais dehors dès que je pouvais, découchant même.
Le jour de mes quinze ans, j’avais invité quelques amis à faire une soirée pyjama. Au moment de souffler mes bougies, ma mère prit un appel. Devant cette détermination à me pourrir la vie, j’abandonnai mon gâteau, attrapai le téléphone de ma mère et l’enfonçai dans la crème pâtissière. Le visage blême, les yeux écarquillés, elle leva la main vers moi et me flanqua la première claque de ma vie.
Quelque chose passa devant son regard, une illumination certainement, tant est-il que trois semaines plus tard, elle nous déposa manu militari, ma tablette et moi-même, devant un internat à une heure de chez elle.

À l’heure où je vous parle, je suis à table avec mes copines de chambrée, partageant des histoires de garçons. Ma tablette a été confisquée, je n’ai le droit qu’à une heure d’écran par semaine et je trouve que c’est encore de trop !

83

Un petit mot pour l'auteur ? 68 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Une histoire réaliste . Effectivement, beaucoup de mères sont hyperconnectées et prennent des photos de leurs enfants pour les diffuser sur les réseaux sociaux. Il faut vivre avec son temps mais pas trop quand même. Beau texte Ombrage !
Image de SEKOUBA DOUKOURE
SEKOUBA DOUKOURE · il y a
Bravo pour ce beau texte ! Vous avez mes 3
. '' voix. ET merci de passer faire un tour chez moi et soutenir mon texte si vous avez le temps. 🙏🙏
*Le lien du vote*
👇👇👇👇.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-village-doukourela

Image de Nicolas Auvergnat
Nicolas Auvergnat · il y a
Hélas, de moins en moins une fiction !
Image de Nelson Monge
Nelson Monge · il y a
Prémonitoire ? Cette réalité est peut-être déjà derrière nous ?
Image de Louis Le Mizieu
Louis Le Mizieu · il y a
conte d'enfants a l'usage des parents, qui pourrait faire penser a une joyeuse illustration.... https://www-pinterest-com.cdn.ampproject.org/v/s/www.pinterest.com/amp/pin/456763587191566437/?amp_js_v=a3&amp_gsa=1&usqp=mq331AQFKAGwASA%3D#aoh=15972168540021&referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&amp_tf=Source%C2%A0%3A%20%251%24s&ampshare=https%3A%2F%2Fwww.pinterest.com%2Fpin%2F456763587191566437%2F, les gentilles petites filles, femmes, comme les gentils petits garçons seront donc de bons homo digitalo, les autres iront lá où elles/ils veulent
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
C'est drôle j'ai vu cette image il n'y a pas longtemps elle m'a bien plu ☺️
Image de Louis Le Mizieu
Louis Le Mizieu · il y a
Il n'y a pas de hasard seulement une manière de regarder et lire les choses. L'impudence joyeuse de l'image est une belle réponse à l'impudeur de réseaux sociaux sur lesquels s'exhibent tristement en images et en mots sentiments et bêtises. Faisant perdre au mot impudeur la finesse et l'audace réservée sans réserve à d'aucun.Offrir n'est pas exhiber. L'un des charmes de l'écriture est dans ce respect du mot, de savoir jusqu'où on peut aller trop loin.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une fiction pas si loin de la réalité... Et que j'ai lue sur mon portable !
Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
Ce téléphone si important que les gens ne se parlent plus. Collé aux oreilles même en conduisant. Il n'y a plus de conversations et chacun vit dans sa bulle....J'aime bien votre histoire. La technologie prend le pas sur tout... au détriment d'un contact, d'une conversation,d'un débat...
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Pas si loin de la réalité, hélas. UN TTC qui se lit sans déconne cter ...
Image de Vrac
Vrac · il y a
Un vif portrait d'aujourd'hui. Mais cependant, ce n'est pas la technologie qui a inventé l'absence d'amour...
Image de Norsk
Norsk · il y a
Sympathique renversement du syndrome de l'hyperconnexion dont souffre le parent. Original !
Image de Jo Kummer
Jo Kummer · il y a
C'est encore de trop de Ombrage lafanelle et en route pour le grand prix, bravo!
Image de Ombrage lafanelle
Image de François Paul
François Paul · il y a
Décidément, un texte bien plus profond qu il n'y paraît. Un fait social qui devient très personnel, c'est très bien narré. Bravo Ombrage.
Image de Ombrage lafanelle
Image de François Paul
François Paul · il y a
Alors c'est sur, vous ne voulez pas lire " Reviens " mon ti texte en compét dans "Dépaysement "?
Image de Safia Salam
Safia Salam · il y a
Voilà une enfant qui s'est éduquée elle-même et qui l'a bien fait !
Image de Alberto Trentinher
Alberto Trentinher · il y a
Un'histoire de "millennials" bien conçue, bien écrite où la réalité avance la fiction.. bravo Ombrage L .
Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
Super bien décrit, mérite d'être diffusé, je vote, une visite sur mon site peut-être entre deux klic ?
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Merci pour votre commentaire Daniel, je passerai voir votre texte dès ce soir 🙂
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Se connecter à la vraie vie...
Image de Laurent Rétoret
Laurent Rétoret · il y a
Bon, OK... Je clique sur le cœur, je laisse un commentaire et je pose très vite mon téléphone... Promis... 😅 Bravo Ombrage, que voilà un portrait bien joliment croqué de notre époque...!
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Merci Laurent 🙂
Image de Elisabeth Deshayes
Elisabeth Deshayes · il y a
j'ai interdit le portable à table. Je tiens à ce que tout le monde mange en même temps à la même table. Je ne vois jamais mes petits enfants, et de moins en moins certains de mes enfants...
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Oui vous avez totalement raison. Merci pour votre commentaire Elisabeth
Image de Elisabeth Deshayes
Elisabeth Deshayes · il y a
mais il est évident que si j'en ai assez et mes petits enfants pas encore, mes arrière petits enfants en auront peut-être, eux, ras le bol de cette absence perpétuelle de communication affective et réagiront comme dans votre texte si optimiste !
Image de Juliette Gallier
Juliette Gallier · il y a
Les rôles sont inversés. Projection du futur?
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
Quelle histoire ! c'est bien vu et vous abordez un problème de société avec un style accrocheur...
Image de Manon Corouge
Manon Corouge · il y a
Un vrai calvaire parfois cette société qui en oublie son essence dans les tissus virtuels d'internet. Quand on n'y adhère pas, cela prend vite la forme d'un rejet passif qui nous pousse à bout.
Merci pour ce message frais et porteur d'espoir :)

Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Un vrai problème de société
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
La technologie n'a pas que du bon. Bonne histoire réaliste.
Image de Sandra Schwartzentruber
Sandra Schwartzentruber · il y a
Tellement réaliste et tellement d’actualité de nos jours avec tous les objets connectés que nous avons ! Très beau texte , bravo !
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Merci beaucoup Sandra ☺️
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Les dangers de l’électronique , de l’informatique sont d'ordre psychologique . Le cerveau se fissure à la longue et les neurones affectifs s'égarent . Bien vu.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
La vie 2.0, une calamité bien vue du côté où on ne s'y attend pas
Image de Marie-Laure Weisbeck
Marie-Laure Weisbeck · il y a
Un plaisir de te lire, comme d’habitude!
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Merci Marie-Laure 😘
Image de Marie Guzman
Marie Guzman · il y a
Bien amené, l’obsession de tous, pour tout dire et ne rien
Dire. Le temps a tellement besoin de poser pour exprimer l’essence des émotions y ajouter un écran en plus ne raconte pas la même histoire

Image de Gilles Pascual
Gilles Pascual · il y a
Voici une belle description d'une maladie née semble-t-il avec ce siècle* et qui prend de l'ampleur. Le point de vue du texte est original car la plupart du temps ce sont les parents qui se plaignent de leurs ados ! Bien vu !

(* Quoique... je me souviens d'avoir vu passer en 199x une pub pour un baladeur qui comportait un micro en façade. Quand l'utilisateur écoutait de la musique et que quelqu'un lui parlait, un bouton lui permettait d'envoyer le son du micro dans ses écouteurs... Avantage : il n'était pas obligé d'enlever son casque pour entendre ce qu'on lui disait !!!)

Image de lucile latour
lucile latour · il y a
excellente approche. et la fin est rassurante. ouf deconnecter pour se reconnecter. il est des engins qui sont des repoussoirs d'amour.
rv sur ma page? à bientôt

Image de Marc D'ARMONT
Marc D'ARMONT · il y a
Excellent texte. Désolé je fais court je dois lâcher mon smartphone il me semble que ma femme vient de me dire quelque chose.
Image de Alkos K
Alkos K · il y a
Un texte intelligent, drôle et original sur la technologie qui peut nous emprisonner.
Image de Fredo la douleur
Fredo la douleur · il y a
La technologie avec laquelle on croit gommer les distances mais qui finalement nous éloigne les uns des autres …inexorablement ! On se dépossède de nos sens, on se fragilise, on s’enferme… Aujourd'hui, le Smartphone est un peu à l'image du couteau suisse, cependant, gare à son double-tranchant ! Vos mots mettent en lumière cette réalité du quotidien où le réseau l’emporte sur la raison ! Voyez, je Like votre texte, Ombrage ! Heu...j'ai dit "Je Like"...sale habitude ! ^^
Image de Chloé Goupille
Chloé Goupille · il y a
C'est original, que ce soit le parent et non l'enfant obsédé par les écrans. Et en même temps sûrement plus fréquent qu'on ne le pense. Triste époque
Image de France Passy
France Passy · il y a
C’est super. On est pris jusqu’au bout.
J’en connais des hordes de gens comme cela: est-ce que ça leur passera ?

Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Un texte percutant... le téléphone maternel dans le gâteau d'anniversaire : jubilatoire !
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Une dénonciation qui, passant par l'humour, décrit bien le monde qui attend nos descendants. ...si on ne réagit pas ! (Commentaire écrit sur smartphone par un Randolph virtuel ) 😉
Image de Pascal Dut
Pascal Dut · il y a
C'est un monde effrayant mais véritable que vous décrivez là : c'est sur mon smartphone que je vous lis et vous commente...🥶
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Haha oui maintenant tout passe par smartphone. Je pense que ce qui me marque le plus actuellement ce sont les personnes qui vont ensemble au restaurant et qui ne de regardent pas pendant tout le temps, les yeux collés au téléphone
Image de Pascal Dut
Pascal Dut · il y a
Oui, et cette presque impossibilité pour la plupart de considérer pleinement la personne en chair et en os, en face de soi. Dès que le smart siffle, on accourt...
Image de Fafa Lafrogne
Fafa Lafrogne · il y a
La nomophobie, ces accrocs des réseaux sociaux qui ressentent le besoin d'être tout le temps connectés...
Image de Ombrage lafanelle
Image de M BLOT
M BLOT · il y a
Une réalité dure à accepter encore mais la technologie est bien là ! Merci pour ce texte Ombrage
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Si l'univers de la mère est surtout virtuel, celui que vous décrivez est tristement réaliste. Il suffit de lever les yeux dans la rue où il est devenu impossible de rencontrer un regard. Tristement mais bien vu
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Merci pour votre commentaire Mireille, pour être tout à fait honnête c'est en observant certains parents dans la rue que ce texte m'est apparu
Image de jc jr
jc jr · il y a
Ce texte est un véritable souffle de jeunesse sur short, qui réagit à l'envahissement des nouvelles technologies addictives, lorsqu'elles prennent la place des contacts quotidien. Je ne sais pas, si vous êtes devenue les mots, mais vous les agencez en toute légèreté.
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Merci infini pour votre commentaire JC 🙏
Image de Gérard Muller
Gérard Muller · il y a
Joli texte. Du rythme et du style. La chute aurait pu être un peu plus brutale !
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Merci pour votre commentaire Gérard, vous avez raison, j'ai pensé à une fin plus brutale de premier abord et puis j'ai décidé d'être un peu plus soft... Mais en tout cas je rejoins votre point de vue
Image de Sylvianni
Sylvianni · il y a
Une triste réalité d'aujourd'hui...la technologie au détriment de l'humain
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Oui... Merci pour votre commentaire 🙂
Image de Viktor September
Viktor September · il y a
J'ai adoré votre humour caustique.
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mon soutien pour cette œuvre bien écrite qui évoque une réalité déconcertante de notre société ! Une invitation à accueillir “l’Exilé” qui est également en compétition pour le Grand Prix Été 2020. Merci d’avance, et bonne journée ! https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/lexile-1
Image de Charl Sayan
Image de Ombrage lafanelle
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Terrible réalité de la vie actuelle, pauvres gosses, j'aime votre récit qui sonne juste !
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Merci Chantal 🙂

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Chromosome 21

Karine Mac

Lorsque Totof est venu au monde, il y a eu un très gros orage. Pépé pense que ça a sûrement fait disjoncter un appareil à la maternité, et que c’est pour ça que Totof est pas comme les... [+]