3
min

Celui qui chausse du 30

Image de Luuce

Luuce

93 lectures

81

L’œil teinté de jalousie, Octave observe. Il cherche les mots justes, ceux qui décriront exactement le sentiment qui s’installe en lui, occupe toute la place et s’élève, du creux de son ventre jusqu’au bord de ses lèvres :
« Et moi ? J’ai pas de baskets neuves ? »
La phrase est lancée, telle une fléchette de sarbacane décochée d’un coup de souffle. Elle touche sa cible, en plein cœur.
« Sans tes pieds, je ne peux pas t’acheter de chaussures. Soit tu m’en prêtes un, soit on y va ensemble, après l’école. »
Comment détacher ce maudit pied afin de ne pas rater les jeux de la garderie et récupérer la paire neuve ?
« - Si tu as du gros scotch, je te prête mon pied, on le refixera après.
- Je ne sais pas si j’ai du scotch assez solide, surtout qu’il devra tenir sous l’eau, tu sais, pour la douche par exemple... Je demanderai à Papa. Mais avant cela, je m’interroge... Comment vas-tu faire à cloche-pied, pendant toute une journée ? »
Les arguments étaient là. Il fallait s’y résoudre. Rendez-vous fût donc pris le soir-même, à l’heure où la cloche sonne la fin des parties de foot, où le glas annonce l’heure fatidique des mamans.
A l’arrière de la voiture, prend vie un univers à part, où les adultes ne peuvent intervenir que très ponctuellement, pour donner un quignon de pain ou crier très fort de « ne plus faire tant de bruit ». Le reste du temps, c’est un espace hermétique où les histoires prennent forme et grandissent sur les vitrages, le long des coutures de la sellerie et sur le terrain chaotique de la tablette en plastique.
Elles s’évanouissent avec le bruit du moteur, sur la place de parking du magasin de sport.
L’intérieur est frais, les allées sont larges et les ballons à portée de main. C’est trop tentant, mais un rappel à l’ordre ferme et définitif suffit à focaliser l’attention sur l’objectif de la mission.
« - Si tu cours partout, je cours partout, les vendeurs courent aussi, le directeur du magasin va s’y mettre, et plus personne ne pourra acheter de tennis.
- Basket, pas tennis. »
Les doigts emmêlés sur l’objet convoité, un homme s’approche et suspend le geste.
Interdit, les bras interrompus, les yeux innocents, il commence à psalmodier son argumentaire de vente.
« La semelle active, en mousse thermoformable, ou dite « à mémoire de forme », favorise un amortissement souple, concomitant au maintien sûr et léger de la structure générale de la voûte plantaire. Spécialement conçu pour un usage quotidien « classique à intense », l’ensemble pèse une plume et le pied est aéré grâce au cuir micro perforé permettant l’évaporation d’un excès de sudation. Imperméabilisé sur le dessus afin d’empêcher la pénétration intempestive de gouttes de pluie, les côtés jouissent d’une vue imprenables grâce aux persiennes auto-ouvrantes, en option oscillo-battantes sur le modèle de la gamme au-dessus. » Sensation « jambes légères », fini les lourdeurs de fatigue, même après des heures de marche. Ou de parties de foot car je vois ce grand jeune homme et je parie qu’elle est pour toi cette magnifique paire que voilà... »
Hélas, la raison ignore les méandres des coups de cœur et faisant fi de la semelle en mousse molle et des trous béants d’aération, l’élément perturbateur s’impose là :
« - Wahou Maman, je veux les jaunes, elles sont trop belles. »
Prenant congés, l’homme s’écarte laissant un visage contrit et un autre rayonnant.
« Oh y’a les mêmes en bleu, Maman t’as vu comme elles sont trop belles aussi. Je peux pas choisir, je les aime trop, jaune ou bleu c’est difficile, toutes les couleurs sont jolies, s’il y avait eu orange j’aurais pu choisir sans hésiter, mais là, en plus, des baskets, j’en ai même pas et avec le vélo j’abime tous les bouts, alors deux paires ça peut être une bonne idée... hein Maman dit, tu veux bien ? »
Près de l’arbre à palabre, le vendeur soutenu par l’assistant de rayon, intervint à nouveau.
« Certes le modèle est audacieux, tant par son prix que par ses atouts : une semelle active avec mousse thermoformable, ou dite à mémoire de forme, favorisant un amortissement souple concomitant au maintien sûr et léger de la structure générale de la voûte plantaire. Spécialement conçu pour un usage quotidien « classique à intense », l’ensemble pèse une plume et demi et le pied est aéré grâce au cuir micro perforé permettant l’évaporation d’un excès de sudation. Imperméabilisé sur le dessus afin d’empêcher la pénétration intempestive de gouttes de pluie, les côtés jouissent d’une vue moins imprenable que le modèle de la gamme au-dessus mais elles conservent la sensation « jambes légères », fini les lourdeurs de fatigue, même après des heures de marches. »
La peste soit des varices, au diable le vendeur, les deux paires, après règlement en bonne et due forme, ayant passés le portique antivol sans encombres, prirent place sur la banquette arrière, encore liées les unes aux autres par le fil de plastique, dressant fièrement leurs étiquettes de promotion, soldes d’été obligent.
Les petits doigts couraient sur les vagues pailletées, redessinant le détail esthétique placé sur le côté, discret, ayant pourtant retenu toute l’attention de leur nouveau propriétaire.
L’ondulation changeait de couleur suivant le mouvement de la chaussure par un jeu de chat et souris avec la lumière.
Un coup de dent eu raison du lien qui les unissait et arrivées chez Mamy, les vieilles godasses gisaient au sol, tandis que deux nouvelles s’érigeaient hors du véhicule :
« Regarde Mamy, t’as vu comme elles sont belles ? J’ai la classe ananas. »
La réplique fusa en réponse au regard interrogateur : « Ce sont les mêmes : même forme, même pointure.» Brandissant une chaussure droite bleue et une gauche jaune, la confidence fut partagée sur le ton grave dédié aux secrets les plus doux :
« Et tu sais quoi ?... J’en ai une autre paire pareille... ».

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très très court
81

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Bertrand
Bertrand · il y a
un court à
hauteur d'enfant
émouvant et frais^^+5

·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
...ah les expressions de nos jeunes marmots nous feront toujours mourir de rire! +5 je vous invite dans mon 'Taj Mahal ' 'Eclaircie ' et pour sourire dans ' L'été au bureau ' , si vous le voulez bien , merci
·
Image de Laureline
Laureline · il y a
j'aime beaucoup cette histoire à hauteur d'enfant, bravo, mes votes
si ça vous dit http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/vengeance-13

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Bravo quel classe ananas tiens c'est fruité un texte qui m'a fait sourire mes votes
·
Image de Exophorie
Image de Luuce
Luuce · il y a
Merci Exophorie :-)
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Tu as la classe ananas : je vais retenir cette expression et l'ajouter aux miennes ;-). Bon petit texte avec de jolies trouvailles pleines d'humour...
·
Image de Luuce
Luuce · il y a
Je dois l'avouer... Les répliques et expressions ne sont pas toutes de moi... et il me fait beaucoup rire quand il dit ça...
Autre chose qui me fait rire, c'est le mot guéridon (sur le gué, rit donc !) et hop : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/sur-le-gueridon
Merci d'être passée Dolo !

·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Ah oui pour le mot guéridon : quelqu'un m'a sorti l'expression ;-). Merci pour le lien. A bientôt Luuce.
·
Image de Mirgar
Mirgar · il y a
Mignonne histoire .Mes votes.
·
Image de Luuce
Luuce · il y a
Image de Marie Hélène Peneau
Marie Hélène Peneau · il y a
+5 pour cette jolie podonouvelle
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un grand bravo, Luuce, pour ce récit agréable et amusant ! Mes votes ! Vous voulez sourire un peu ? Alors, venez voir et soutenir ma “Mémé à Moto”. Merci d’avance !
·
Image de Luuce
Luuce · il y a
Merci Keith, j'y roule !
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci d'avance, Luuce ! A bientôt !
·