2
min

Cela s’appelle un rêve ?

Image de Eddy Riffard

Eddy Riffard

127 lectures

144

La nuit s’installait doucement tandis que les premières étoiles s’allumaient dans le ciel d’automne.
Jeremy se surprenait à rêvasser sur ce banc public, les yeux perdus dans la contemplation de l’objet de son désir.
En sus de sa beauté, la jeune femme sur l’affiche possédait un charme indéfinissable, une grâce qu’il avait jamais vue chez une fille de son âge.
Insensible au vent froid qui balayait la petite place en rafales, indifférent aux feuilles craquantes que les bourrasques entassaient à ses pieds, le jeune homme se laissait emporter dans une plénitude apaisante.
L’obscurité avait maintenant gagné l’endroit. Seul le lampadaire situé à proximité diffusait sa lueur blafarde sur le lieu.

Jeremy avait glissé dans les bras de Morphée, ses sens vaincus par la torpeur. L’emplacement peu fréquenté était désormais vide de toute présence. Le vent lui-même avait déserté les lieux.
Aussi, rien n’expliquait le tremblement singulier qui agitait l’affiche sur le grand panneau soutenu de deux antiques piliers de fonte.
La jeune fille à la lourde chevelure brune agrémentée d’une rose rouge s’extrayait de sa prison de papier puis s’avança vers son amoureux endormi. Chacun de ses mouvements constituait un hommage à la grâce féminine. Le geste sûr et précis, elle entama une danse digne des plus prestigieux ballets devant le dormeur qui, peut-être réveillé par un subtil déplacement d’air, émergea de son sommeil sans rêves.
Malgré le fantastique de la scène, il reconnut l’objet de ses désirs. Le visage aux traits délicats et réguliers, embelli par un maquillage discret, les yeux valorisés par les longs cils rehaussés de mascara, la silhouette fine, le maintien élégant, tout indiquait qu’il se trouvait en présence de la jeune fille qu’il contemplait auparavant. Si le moindre doute l’avait effleuré, l’emplacement vide sur l’affiche confirmait l’extraordinaire évidence.
Dans ses atours de dentelle blanche, sa beauté se trouvait encore sublimée, comme une perle dans quelque écrin précieux
De son regard envoûtant, elle convia son admirateur à partager sa danse. Leurs mains se joignirent en un geste qui provoqua un long frisson chez le garçon. La peau de la jeune femme présentait l’aspect d’un pétale de fleur blanche, mais elle en possédait aussi la texture et le parfum.
Enivré par la fragrance de sa partenaire, le discernement en partie aboli, Jeremy se sentait emporté dans un tourbillon de sensations inconnues jusqu’ici.
L’objet de ses désirs cessa sa danse ensorcelante pour l’inviter à s’asseoir sur le banc qui semblait bien plus confortable désormais.
C’est alors qu’elle se mit à parler. Que disait-elle, il n’aurait pu le préciser. Ses lèvres brillantes de gloss ne laissaient échapper aucun son, comme si sa voix formulait des merveilles trop fragiles pour subsister dans l’air froid d’automne.
Lui-même ne savait quoi dire. Les mots se bousculaient dans sa tête pour mourir dans sa gorge serrée, bien avant d’arriver à sa bouche sèche.
Il vit l’édénique jeune fille retirer la rose de sa chevelure pour la lui mettre dans sa main libre, tandis qu’elle tenait l’autre en une étreinte fugace. Ce présent lui parut valoir plus que tous les trésors des vieux empires, son odeur plus pénétrante que tous les parfums d’Arabie.
Les yeux clairs semblaient gagner en éclat. Leur lueur vive devint aveuglante. Le garçon laissa échapper la fleur pourpre de sa main transie.

La lumière crue de la lampe électrique le tira du sommeil de bien désagréable façon. La voix rude du policier le ramena à une réalité abrupte.
— Vous n’avez pas plus confortable pour dormir ?
L’interpellé examinait l’homme vêtu de noir et son collègue. Le grésillement de la radio, les gilets sombres imprimés POLICE en gros caractères achevèrent de l’extraire de son rêve.
— J’ai dû m’assoupir...
Les deux fonctionnaires ne relevèrent pas. Ils repartaient déjà sous les frondaisons, dans la pâleur de l’aube naissante.
Le rêveur se leva et s’éloigna à son tour, non sans lancer un ultime regard à l’affiche immobile sur son support.
Il s’en fut sans remarquer la rose rouge sur le banc.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
144

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Incursion du fantastique, la rose sur le banc...
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Un conte fantastique comme je les aime .
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Un bien beau rêve où se côtoient l'amour et la poésie. Mystère pour la chute ;-).
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Ajoutez un soupçon de fantastique et tout est dit.
·
Image de Leméditant
Leméditant · il y a
Du vrai fantastique classique qui balance entre doute et réalité avec la preuve finale ! C' est très joliment conté. Une belle histoire d'un amour romantique rêvé...
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Merci pour ce commentaire encourageant.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Un très beau rêve et pourtant la rose est là, bien réelle... mystère.
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Peut-être la croisée entre deux mondes.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Qui sait, j'ai vécu bien des choses extraordinaires... alors.
·
Image de Yoann Berjaud
Yoann Berjaud · il y a
Style ensorcelant, poésie qui touche l'âme, une flèche d'espoir et de mélancolie qui sied parfaitement à ce texte fantastique.
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Je peux en dire autant de votre commentaire très inspiré.
·
Image de Jarrié
Jarrié · il y a
Quel plaisir à vous lire !
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
J’en éprouve autant à constater votre soutien renouvelé.
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
il est fort ce rêve, puis la chute est très agréable
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Ça dépend pour qui.
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Un rêve romantique et un brin fantastique qui rend le réveil bien difficile ! À bientôt Eddy !
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Mais peut-être n’était-ce pas un rêve.
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Si c'est le cas j'en . . . rêve !
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un récit où le fantastique côtoie la poésie.
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Et les deux genres se marient assez bien.
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Normal, pour la St Valentin !
·