Ce repère, Perec

il y a
1 min
374
lectures
54
Qualifié

Humour, noir si possible Second degré, voire au-delà Tout est bien à dire si c'est bien dit Mes maîtres (par ordre de disparition) : * Georges Perec * René Goscinny * Pierre Desproges *  [+]

Image de Printemps 2017
Perec est né le sept décembre, de père belge et de mère celte. Sevré, ce bébé rêve de lettres emmêlées. Élève frêle, Perec vénère les textes légers et prend le temps de les repérer et les révéler. Et Perec persévère en l’espèce. Ses recherches le mènent vers des textes échevelées, relents de Grèce, tels « L’enlèvement d’Hélène énerve Énée », « Le lent Thésée et le preste Persée se cherchent des lentes en tête » et le très recherché des esthètes « Sexe des femmes légères de Xérès ».

Chercher les secrets de cette ère hellène est très éphémère chez Perec. L’été, près de Sète, entre hêtre, frêne et chêne, le hère végète et sème les vers tels :

« Drôles d’oiseaux »
L’ara parada dans la casbah d’Alabama.
Cette espèce, frère de l’eder, est verte et très repérée.
Ici, kiwi si mini dit : « Fini ! S’il rit, ci git l’ibis » (sic).
Or, son nom ? Ortolon, oh oh oh ! Non ! On pond Tonton !
Luc su : « Un duc ?! Un urubu, vu ? »

Ce mec énerve les exégètes de Prévert. Esté, Perec cesse les vers et tente de créer ses textes. Cet entêté rejette le sens même des lettres et génère des perles tels « W », « Three » et « Les Revenentes ». Le genre est né. Je le repère et, hébété, d’emblée je le répète.

Le sept septembre, c’est le décès de Perec. Ce père de gemmes célèbres est enterré en Estrées : des stèles élevées le révèlent, le cèdre semé germe.

Le temps s’égrène lentement et je me sens prêt. Je mets Perec en thèse et j’espère être repéré et respecté dès l’été...

Eh ! Les élèves de Perec détestent mes tests et me rejettent... Je me sens lésé, des gestes et des pensées me blessent.
Les dettes engendrées ne cessent de me délester de mes sesterces, des pertes sévères. Perec me stresse, ses textes me pressent, les sens se renversent et les secrets de ce mec émettent des effets pervers. Je pense les percer et je les perds ! Je le déteste et le vénère, je l’exècre et le révère. Perec émet : "les sens des lettres, c'est l'essence des lettres".

Bref... Mes textes empestent l’encre délétère. Je me sens dépecé et je me terre.

Perec est le chef éternel, le reste est élève éphémère.

The end.

54

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !