Ce que nous étions

il y a
1 min
62
lectures
9

Mots libérateurs, mots destructeurs. Mots qui font du bien, mots qui font du mal. Je vous invite à découvrir l'utilisation que je fais de mes mots. Bonne lecture et merci d'avance pour vos  [+]

Nous n'avions que sept ans lorsque nous nous sommes rencontrés. L'eau a beaucoup coulé sous les ponts, hein ?
Mais je me rappellerai toujours de tout. Un plus un plus un. Trois. Trois amis soudés pour la vie, n'est-ce pas ? C'est ce qu'on se disait.
De la manière dont nous rigolions, de la manière dont nous parlions, de la manière dont nous jouions, je me rappellerai toujours de tout. Tout est gravé à jamais dans ma mémoire.
Où êtes-vous passés ? Pourquoi êtes-vous partis loin de moi ? Nous étions inséparables. Nos professeurs nous avaient toujours à l'oeil, de peur que l'on fasse encore une bêtise. On s'amusait tellement ensemble.
Vous rappelez-vous de ce voyage à l'océan avec l'école ? Il a tout changé. Les photos de nous dans le train, puis sur le bateau. Tout reste gravé en moi et quand j'y repense, ça fait tellement mal. Je n'oublierai jamais ces moments que l'on a passés ensemble, parce je vous aime. Encore et encore, je me les repasserai en mémoire.
Maintenant, l'un m'ignore lorsqu'il me croise. L'autre me parle peu, et nous avons du mal à nous voir. Nous avons tous les trois construit notre propre vie. Nous avons eu de nouveaux amis. Nous avons fait des choix différents. La vie a voulu que nous nous rencontrions à un instant précis. Pendant près de huit ans, nous avons été amis. Parfois nous nous sommes éloignés, mais nous nous sommes toujours retrouvés. Mais cette fois-ci, serait-ce la fin ? Lâcheriez-vous l'affaire une bonne fois pour toutes ? Comment pouvez-vous m'oublier alors que je pense sans cesse à vous ? Comment est-ce que ça peut vous être égal que l'on ne se voie plus ? Je ne comprends pas. J'aimerai, vraiment. Mais ça fait trop mal d'imaginer une vie sans vous. Et pourtant, c'est ce qui commence à se profiler à l'horizon. Vous me glissez entre les doigts, l'un plus que l'autre, certes, mais j'ai peur que vous m'oubliiez. Que vous oubliez ce que nous étions.
Ces millions de jeux que l'on inventait. Ces longues conversations que l'on avait. Tous ces souvenirs, enfermés à jamais en moi. J'ai en ai besoin. J'ai besoin de votre amitié, de votre soutien. J'ai besoin de savoir que vous aussi vous pensez à moi. Peut-être que repenser aux souvenirs me brisera alors moins ? J'aimerais tellement vous revoir...
9

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Franck

Antonin

Tout a commencé par un tremblement de terre. Enfin, il s'agissait plutôt du CPE qui frappait à la porte. Il a une sacrée poigne. Il entre, suivi par un jeune homme, environ la vingtaine.
... [+]