188 lectures

23

Qualifié

Voilà, je suis arrivée à la villa. Comme tous les matins. Il est neuf heures.
Il fait déjà vingt huit et c’est ramadan. J’ai soif.
Tout le monde dort dans la maison. La cuisine est pleine de vaisselle sale.
C'est pourtant pas compliqué de la faire tremper. Je vais avoir les six chambres à nettoyer, les carreaux du salon que Madame m’avait demandé de laver depuis trois jours, et le repassage que j’arrive jamais à finir...
J’ai pas de courage, ça m’arrive jamais.
J’ai enlevé ma djellaba, j’ai gardé ma combinaison, j’ai enfilé ma blouse blanche. Faudrait qu’il m’en achète une autre, les taches ne partent plus, elle est trop vieille.
Ils sont comme ça les résidents français, ils achètent des villas plus grosses que leur ventre, ils mettent trois meubles dedans, ils invitent la famille tout le temps et nous on trime, avec une vieille blouse, et faut être content en plus, parce qu’on a du travail et que « sans eux on pleurerait toutes les larmes de notre corps ».
Moi je trouve que ça change rien, je les pleure les larmes.
Oh ils sont pas méchants, ils m’achètent un poulet de temps en temps, ils me donnent des jouets à vingt dirhams pour les petits... et aussi pour l’Aïd el-Kebir ils donnent un peu d’argent pour le mouton.
Ils voient pas la vie comme elle est, ils sont comme dans un vieux film du temps des colonies. Ma mère me raconte souvent comment c’était avant. Elle dit même des fois que c’était mieux en ce temps-là, chacun était à sa place. Moi je trouve que c’est l’inverse, c’est maintenant que chacun connaît sa place. On est chez nous, ils sont chez nous. C’est comme quand on entend l’appel à la prière, faut les voir, ils s’arrêtent de parler et on sait pas si c’est par respect ou c’est parce qu’ils ont peur, on sent qu’ils se rendent compte d’un coup qu’ils sont pas chez eux.
Je suis entrain de me mettre en retard. J’ai chaud avec mon foulard, le patron dit que je peux l’enlever à la maison, qu’on est en famille. Faudrait qu’ils lisent le coran une fois pour toutes.
J’ai envie de me rhabiller et de partir et de les laisser avec leur vaisselle sale, leurs draps sales, leurs toilettes sales. Moi, ma petite maison, elle est toujours propre parce que dedans je suis propre. La religion ça sert à ça .Je parle de la vraie religion, pas celle des fous. On fait toutes les choses proprement, dehors et dedans et on se sent calme avec soi même et avec les autres. Les patrons c’est pas pareil, ce qu’ils font de bien ils le font quand il y pensent, pas tout le temps, c’est pas le chemin de toute leur vie.
C’est pas bien, c’est ramadan et j’ai des mauvaises pensées. Faut pas trop réfléchir, après l’esprit il est comme une sardine qu’on vient de pécher et qui s’agite comme un diable.
J’ai la facture d’électricité à payer, je sais pas comment je vais faire, y’a aussi le docteur pour Rachid, et les chaussures de Samia qui sont trop petites et c’est pas avec des Inch’Allah que je vais y arriver...
Tiens j’entends Monsieur à l’étage. J'ai même pas fait le café. Un matin, l’année dernière, c’est lui qui l’a préparé et il m’a servi une tasse. C’est gentil, mais ils comprennent pas que ça nous gêne.
Je ne sais pas ce que j’ai ce matin à remuer tout ça comme la semoule du couscous.
Ah le voilà qui descend l’escalier...

J’ai enlevé leur blouse tachée, j’ai remis ma djellaba, j’ai serré mon foulard, j’ai traversé le jardin et j’ai refermé le portail.

PRIX

Image de Automne 2016
23

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Aimous
Aimous · il y a
Texte émouvant
·
Image de Constance Delange
Constance Delange · il y a
Merci
·
Image de J. Chablik
J. Chablik · il y a
Je suis tenté de trouver ces réflexions très justes, mais je me demande sur quelle expérience ou quel témoignage vous le basez ? L'avez-vous vécu ou observé sur place ?
·
Image de Constance Delange
Constance Delange · il y a
Oui j ai vecu 3 ans a Casablanca et vis maintenant le tiers du temps a essaouira
·
Image de J. Chablik
J. Chablik · il y a
Ok, cela renforce cette impression de vérité. Mes félicitations d'avoir rendu sans en rajouter mais avec force et clarté le décalage et le malaise.
·
Image de Constance Delange
Constance Delange · il y a
merci beaucoup
·
Image de Thalie Duforets
Thalie Duforets · il y a
Un texte attachant et plein d'émotions. Mon vote
·
Image de Constance Delange
Constance Delange · il y a
merci de votre retour
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bonjour, Constance! Vous avez voté une première fois pour mon haïku, “En Plein Vol”, qui est en
Finale et je viens vous inviter à renouveler votre appréciation pour lui. Merci d’avance et bonne journée!

·
Image de Soledad
Soledad · il y a
Un regard militant et courageux, une belle écriture. Bravo à vous.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
il est bien votre texte. il dépeint l'état d'esprit de l'autre. par contre, je vais émettre quelques critiques: vous auriez être dû plus claquante. je regrette les pensées timorées de la dame. à mon goût elle aurait dû être plus "violente" face au colonialisme persistant. mon vote parc-que c'est bien mérité.
·
Image de Constance Delange
Constance Delange · il y a
merci de votre retour.Je n'ai pas voulu forcer le trait et tomber dans la caricature, la phrase de fin resume a elle seule le révolte de cette femme .
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Pour la démarche, le courage de regarder de l'autre côté du décor, mon vote pour ce texte attachant.
·
Image de Constance Delange
Constance Delange · il y a
merci beaucoup
·
Image de Cajocle
Cajocle · il y a
Mon vote
·
Image de Constance Delange
Constance Delange · il y a
merci de votre vote
·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Il est louable de donner la parole aux sans voix. Cette "bonne à tout faire" en ressort comme une personne digne et vraie. De plus, il me semble que le ressenti de la religion musulmane par cette personne est très proche de la réalité, pas du tout relu et réinterprété par un Européen lambda. Cette femme de ménage est la plus vraie que j'ai rencontrée dans l'art avec celle de "Fatima" de Philippe Faucon.
J'ai été coopérant en Algérie, mais sous statut militaire, donc payé en dinars, donc fauché. Aucune tentation de jouer au colonisateur, même paternaliste. Mais je ne suis pas s'ans me souvenir que certains de mes collègues profs, coopérants civils, donc payé 1,9 fois le salaire français, ne se privaient pas d'employer des femmes de la ville dans les conditions que vous décrivez. Ce qui me rend d'autant plus sensible à la pertinence de votre propos.

·
Image de Constance Delange
Constance Delange · il y a
Merci beaucoup vos compliments me touchent
·
Image de MissFree
MissFree · il y a
Un beau texte sobre et sincère.
·
Image de Constance Delange
Constance Delange · il y a
merci beaucoup
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Assise par terre, le carton à photos de ma mère entre les jambes, je piochais, comme un enfant gourmand choisit ses chocolats à Noël. Mes sœurs et moi, trois, quatre et cinq ans, bouées ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Je suis clean depuis 24 jours, 10 heures et 37 minutes à peu près. J’essaie de tenir bon. La tête baissée, le visage vaguement éclairé, le téléphone à la main.J’avais l’habitude de ...