2
min

Carotte

Image de Vompdes

Vompdes

4 lectures

0

Carotte est un petit lapin très gentil mais pas toujours très sage. Parfois il aime bien désobéir à sa maman qui le surveille beaucoup trop ! Il est grand maintenant, il serait temps que maman lapin s’aperçoive enfin qu’il n’est plus un bébé ! L’herbe paraît bien douce devant son terrier... Pourquoi ne pourrait-il pas y gambader en toute liberté ?
Or, ce matin-là, justement...
- Oui, tu peux aller jouer dehors, mais fais bien attention, tu sais que le renard rôde et qu’il a grand faim. Ne t’éloigne pas, reste dans le pré autour de notre terrier.
- Oui maman, ne t’inquiète pas.
Et notre ami Carotte s’aventure dehors. Très prudemment il sort une oreille, puis l’autre, et ses deux petits yeux observent tout autour de lui. Pas de danger à l’horizon, chouette ! Il bondit vers le soleil, court à toute allure... et ça court vite un lapin... stoppe net, fait une brusque cabriole, franchit un fossé, se roule dans l’herbe odorante au parfum de pâquerettes. Il s’enivre de vent, de vitesse et de liberté. Comme il est heureux ! Comme c’est plaisant d’être un jeune lapin plein de vie, de pouvoir courir, sauter, grignoter des herbes exquises sans autre limite que l’horizon lointain qui recule sans cesse !
Il rencontre un mulot apeuré qui prestement se cache dans un trou. Carotte rit beaucoup, ainsi il peut faire peur à quelqu’un ! Il se sent d’un seul coup redoutable, assez fort pour envisager de découvrir le monde... Alors, petit à petit, sans même s’en rendre compte, il s’éloigne, il s’éloigne même tellement que lorsque la nuit commence à tomber il ne reconnaît plus son environnement familier.
Bon ! maintenant il aimerait bien rentrer chez lui, il commence à faire un peu froid et il est fatigué.
-Houhou, maman... papa... je suis là !
Personne ne répond.
Et voilà qu’il fait complètement nuit.
-Houhou, papa... maman... où êtes-vous ?
Le silence !
Non, pas tout-à-fait... en écoutant bien... Carotte entend autour de lui des craquements des chuchotements, des ricanements inquiétants...
Oh là là, il a peur, qui est là ? Le vent se lève et secoue les grands arbres dont les branches s’agitent et le frôlent, menaçantes. Un gros chêne fronce les sourcils, fort en colère :
-Que fait là ce lapin ? Ne devrait-il pas être dans son terrier au lieu de nous déranger ?
Et puis soudain, Carotte voit s’allumer dans la nuit, à quelques pas de lui, deux yeux immenses et lumineux qui l’observent méchamment. Alors il a vraiment très peur et se sauve aussi vite qu’il le peut. Horreur ! les deux yeux, au-dessus de lui le suivent, parfois le dépassent, reviennent. Tout en courant, Carotte se souvient que son papa lui avait parlé des grandes dents très pointues du renard, mais personne ne lui avait jamais dit qu’il y avait des renards volants !
Il court plus vite, toujours plus vite, son cœur bat très fort. Pan ! Il heurte une grosse racine qui dépassait, il roule, tourneboule et s’écroule au bas d’un fossé. Les deux yeux le fixent intensément en poussant des hou...hou... lugubres qui le glacent d’effroi. Encore tout étourdi, épuisé, il appelle à nouveau sa maman et seuls les sinistres hou...hou... lui répondent. Il se cache derrière un buisson, tout tremblant, les yeux se rapprochent, il sent déjà les terribles dents du renard autour de son cou. Non !... pas ça ! Il ferme les yeux très fort, pousse un cri terrifié et...
C’est une très douce fourrure qui l’entoure. Papa, maman ! Oh comme il est content, comme il est heureux, il fait plein de bisous à sa maman, plein de bisous à son papa. Ils n’ont pas le cœur de le gronder d’avoir désobéi, trop heureux eux aussi de l’avoir retrouvé !
Le vieux hibou curieux s’envole sans un bruit...
Bien au chaud dans son petit lit, Carotte pense à ce qui vient de lui arriver. Il comprend maintenant pourquoi sa maman lui avait demandé de ne pas s’éloigner. Non, il ne le fera plus, c’est sûr.
Mais tout de même... l’herbe était bien douce et les pâquerettes tellement parfumées...
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,