Caramel

il y a
2 min
6
lectures
1

Auteur récent, amateur ancien de littérature… Fervent lecteur… de toujours. Aime par dessus tout découvrir les idées des autres, surtout si elles sont bien écrites.  [+]

Ça, c’est la meilleure, je vous explique, un homme arrive tout engoncé dans son épais manteau, je lui dis bonjour, bien poliment, il choisit sa table, le café de la gare est presque vide ce matin ; il met au moins cinq minutes pour se défaire, je lui montre le porte-manteau ; il revient s’asseoir, je m’approche, et là tout à fait dans mon rôle :
- Et que désire prendre monsieur, ce matin ?
Vous savez ce qu’il me répond, brutalement même :
- Que pensez- vous que je vienne faire à la gare ; je désire prendre un train... un train bien chaud, avec beaucoup de crème.
Là, il m’a bien eue, et je voyais qu’il m’épiait.
Du tac au tac, je lui dis :
- Pas de chance il vient de partir ; le prochain est caramélisé il va falloir attendre qu’il se solidifie.
Histoire de lui montrer que je ne suis pas en reste, matière de répartie. Alors il se détend, je le vois qui s’étire sur sa chaise ; je crois que je me suis fait un ami ;
- Bon j’attendrais avec un café crème et un croissant.
Depuis longtemps je l’ai compris, les hommes s’imaginent que parce qu’on a de jolies jambes, une belle poitrine, et je la dissimule sous une blouse ras le cou, la patronne me l’a dit cent fois, les jupes courtes ça va, mais pour le décolleté je serai intraitable, moi je pense que c’est par ce que le sien, il n’y a pas grand-chose à voir , elle ne veut pas de concurrence, surtout que le jeune homme en costume rayé, je vois bien que c’est son amant, et elle , elle voit bien qu’il me sourit toujours quand il entre ;
Hé bien le voyageur il me prenait pour une cruche, surtout que je suis blonde, c’est incroyable la bêtise des hommes et les idées qu’ils se font sur les serveuses blondes avec de belles jambes et une forte poitrine, comme si, blonde-bonnet D, on n'avait pas le droit de connaitre Simone de Beauvoir, comme si on ne naissait pas femme, on le devenait, comme si on ne savait pas que Virginia Woolf avait toujours rêvé d’une « chambre à soi » ; bon, son mari Léonard lui avait quand même été d’un grand secours ; c’est quand même elle qui l’avait écrit son bouquin !
J’avais bien aimé aussi l’histoire de la concierge-hérisson qui était la plus cultivée de son immeuble de bourgeois ; He bien je vous le dis, la plupart du temps je suis la plus cultivée du café de la gare !
Le visiteur avait sorti un portable et il tapotait ; Je lui sers son crème-croissant.
Lorsque j’amène le ticket de caisse, il griffonne par-dessus son adresse mail, me le rend et me dit : avec des réparties comme ça, on ne doit pas s’ennuyer avec vous !
Il met un billet de vingt euros ; gardez la monnaie, c’est pour le caramel !
Il sort en saluant la patronne ; Et je suis redevenue la plus cultivée du café de la gare !
1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Maria Angelle
Maria Angelle · il y a
Il ne faut pas se fier à la première apparence. Bravo Georges.