Capreolus*

il y a
1 min
33
lectures
6

Quelle meilleure magie que celle qui créée des univers, et non seulement les extirpe de l'imagination mais les rend réels pour d'autres gens ? Venez visiter mon petit monde  [+]

A l’orée d’un bois, à la bordure d’un champ, je suis tombé sur toi.

Tu étais beau. Ta toison couleur de châtaigne mûre chatoyait dans la lumière irréelle de cette fin d’après-midi. Mince et musclé, tout en force et en agilité, tu étais là, debout au milieu des jeunes pousses de maïs, un diadème de bois sur la tête. Tu m’as regardée avec un air de provocation candide et d’étonnement un peu inquiet. Tu ressemblais à un jeune prince, évadé pour un instant de son royaume de broussailles pour goûter aux dernières caresses du jour fuyant.

Tes grands yeux bruns écarquillés, comme figé par un charme, tu m’as contemplée avec l’innocence d’un nouveau-né qui découvre le ciel et hésite entre inquiétude et émerveillement. Puis, avant que j’aie pu esquisser un seul geste, tu as esquissé un pas de côté. J’ai levé la main pour retenir mes cheveux, ébouriffés par le vent qui me sifflait aux oreilles, et ç’a été comme un signal : en trois clignements de paupière, tu avais disparu dans le creux des taillis. J’ai hésité le temps d’un battement de coeur, et puis j’ai souri.

Moment précieux

Rencontre sauvage

Vite oubliée.



*Capreolus : chevreuil
6

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,