Camille sur le Volcan de La Réunion

il y a
3 min
274
lectures
22
Qualifié

Peintures, Dessins, Textes, de l'inspiration à la création. Michel LAURENT-DREUX peint croque chantonne. Michèle - SAM crayonne chantonne écrit. La Nature leur prête ses ailes. Depuis l'île de  [+]

Image de 2015
Ce matin Camille a téléchargé l'appli que personne n'a sur son téléphone. Elle peut ainsi se téléporter où elle veut.

Elle tape ’’Réunion, volcan''. Aussitôt la voici au pied. Elle commence à monter en tournant. Une grotte sombre l’intrigue.

Camille entre, avance vers des marches dessinant un escalier en spirale qui s'enfonce vers le fond. Elle aperçoit une tâche noire au fond se détachant sur la lave en fusion. Une silhouette de vieille dame ! Elle doit descendre pour essayer de la sauver. Elle court à en perdre haleine, repère au passage un petit tunnel.

Arrivée devant trois tunnels, elle choisit celui illuminé par des torches de feu, débouche dans un salon de lave. Il contient un ''rocking-chair chair'' en basalte, une table basse, une cage en cristal et des canapés rembourrés de plumes de Paille-en-queue. Dans une autre pièce, une marmite en fonte est en ébullition.

La grand-mère est là, robe noire sous des cheveux blancs, peau verdâtre, yeux rouges. Un Pétrel noir est perché sur son épaule.

- Bonjour ma fille, je suppose que tu es Camille ! Bienvenue dans mon humble demeure !

- Qui êtes-vous ? Et comment me connaissez-vous ?

- Je suis ''Grand-mère Kal'' et je te connais grâce à ma boule de cristal qui capte le satellite. Je peux même avoir Canal sat !

- Si vous êtes Grand-mère Kal, allez-vous me manger ?

- Non, ceci n'est qu'une légende !

- Alors qu'y a-t-il dans la marmite que j'ai vue ?

- Ah ! Ma marmite ! Tu veux la voir ? C'est du bouillon de Paille-en-queue. Tu peux aller dans le salon, je t'en prépare un bol.

Camille entend murmurer Grand-mère Kal, saisit : ‘’des yeux de jeune fille pour ma préparation’’. Stupéfaite puis terrorisée, elle veut fuir.

Mais un cercle de lave se tapit autour d'elle. Elle saisit son téléphone. Malchance ! Il est à court de batterie.

La vieille sorcière se présente devant-elle, tout sourire : Alorssss, tu es coincée ?

A peine a-t-elle le temps de parler que son Pétrel noir se précipite sur elle. Grand-mère Kal est perturbée par ce brusque accès d'humeur de l'oiseau. Sa magie cesse, Camille dégagée peut s'enfuir, remonte les marches, s'engouffre dans le tunnel étroit, un raccourci souterrain. A l'autre bout, la route du volcan ! Libre !

Elle prend le bus non loin de là, rentre chez elle, regarde par la fenêtre. Surprise ! Le Pétrel noir de Bourbon est là !

J'en avais assez de vivre avec cette vieille mégère, veux-tu être mon amie ? demande-t-il.

Oui ! répond Camille avec entrain et confiance.



William Habiera, 15 ans






Ce matin, Camille a téléchargé l’application avec fébrilité.Où va-t-elle se téléporter cette fois ?

Impulsion… Devant elle, le volcan de La Réunion. Autour, du rugueux, du graton, du lisse, du cordé, des taches blanches semées comme petits pois échappés de leur gousse qui balisent un sentier montant serpentin.

Elle s’y engage. Le sommet se rapproche lentement.
En haut, le balisage semble vouloir plonger vers l’intérieur du cratère.
Elle y distingue une grotte… une silhouette… un éclat rouge…

Elle poursuit. Un tunnel se présente, une salle, une marmite bouillonnante suspendue au dessus d’un trou rougeoyant dans le sol basaltique ; une vielle femme à l’œil étrange, une… Corneille ? Non, un Pétrel noir de Bourbon, rare !

- Bonjour. Tu es Camille !
- Oui... Comment savez-vous mon nom ?
- Je l’ai lu dans ma boule de lave de cristal !
- Ah ! Et que faites-vous ici ?

Le souvenir de légendes locales galope dans la tête de Camille.
- Veux-tu bien t’approcher ? Ma vue baisse.
Camille sent roder un malaise pesant. Trop tard, une ceinture de feu l’entoure depuis le sol mieux qu’une grille.
- Justement, il me manquait des éléments que seul un jeune corps peut me fournir !

Le discours est saccadé, aigre, tranchant comme cette lame qui…

Camille comprend sans comprendre, saisit son téléphone portable. Horreur ! Il est déchargé, se téléporter ailleurs est impossible. Prisonnière !

Un hurlement.

La vielle femme a trop attendu, ses piles aussi sont à bout de course, la potion magique sensée lui redonner force et santé pour un siècle encore n’est pas prête. Elle s’affaisse, ses pouvoirs s’écroulent, le cercle de feu disparaît, l’oiseau effrayé s’envole.

Camille détale telle Caille patate effarouchée, reprend en sens inverse l’étroit sentier. Un hennissement de Cheval au galop la surprend mais la galvanise. Un bruissement, un frôlement, une ombre qui plane au dessus de sa tête, la suit…

Elle s’arrête juste pour reprendre haleine. Le Pétrel noir est là, posé, en attente. Elle le fixe puis, lentement, lentement, lui sourit.

Devinez le retour ensemble vers le bas du grand cône ; en car à la maison.

Chacun dans la famille s’accommode vite de la présence discrète de l’oiseau noir palmé qui part lui-même pêcher son poisson et ailleurs, sans jamais révéler où.

Camille va inviter le peintre Michel LAURENT-DREUX, qui peint et expose dans toute l’île les Oiseaux de La Réunion, à le peindre sur le vif. Merci l’appli !

Afa, 64 ans



22

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,