Cambrure-la-Douce

il y a
1 min
1213
lectures
749
Finaliste
Public
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Quoi de plus tranquille qu'une route de campagne perdue ? Ce texte nous prouve pourtant que les apparences peuvent être trompeuses et amorce une

Lire la suite

Écrire, pour moi, est aussi important que faire du ski nautique ou du cerceau  [+]

Image de Printemps 2019

Cambrure-la-Douce est une bourgade éteinte à l'heure où j'y passe. Un paisible village endormi autour d'un clocher et qu'épargne le sabre d'une nationale. Il s'étire le long d'un ruisseau qui longe une prairie, là où quelques bovins regardent, comme il se doit, passer le rapide de 6h47.
Le village, s'il échappe au fleuve d'automobiles, n'est guère épargné par le chemin de fer qui court chercher la gare la plus proche, à deux heures d'ici. Cambrure-la-Douce frissonne du buisson au train qui l'effleure. Le passage à niveau se trouve à la sortie du village, quand on le quitte. Après le virage, car le rail surprend toujours le bitume avec traîtrise. Une clochette qui vocalise pour personne, pour rien, pour laisser passer le bolide en furie. Un trait de vitesse que signale à peine une petite barrière rouge et blanche.
Elle se rabat lentement en tremblotant, je crois que j'ai le temps. Dans mon rétroviseur, deux phares me regardent avec étonnement. Dans la voiture qui me suit, deux silhouettes s'agitent.
Je suis passé de justesse. Alors, j'écrase la pédale de frein. La voiture derrière moi pile. L'homme porte un chapeau, la femme à côté de lui s'agrippe à son bras. L'express arrive à grande vitesse, un hurlement de ferraille, la voiture s'envole.
Je redémarre pour oublier. La nuit s’étale derrière moi, percée de flammes. Un homme et une femme disparaissent. D'où venaient-ils ? Du petit hôtel sans nom à l'entrée du village, là où je m'étais garé hier soir pour les attendre. Le genre d'hôtel perdu que l'on quitte sans regret parce que l'on n'y reviendra jamais.
Le corps de la femme s'est mélangé à celui de l'homme dans une pulpeuse bouillie pourpre. La quintessence de l'amour. Cambrure-la-Douce ne s'est même pas réveillée.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Quoi de plus tranquille qu'une route de campagne perdue ? Ce texte nous prouve pourtant que les apparences peuvent être trompeuses et amorce une

Lire la suite
749
749

Un petit mot pour l'auteur ? 366 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Vivian Roof
Vivian Roof  Commentaire de l'auteur · il y a
ATTENTION LE TRAIN REVIENT !
Image de Marie
Marie · il y a
Terrrrrrrrrrible !
Image de Vivian Roof
Vivian Roof · il y a
Vous avez utilisé votre quota de r, Marrrrrrrrrie.
Image de Tnomreg Germont
Tnomreg Germont · il y a
J'aime ... mon vote
Image de DEBA WANDJI
DEBA WANDJI · il y a
Très beau texte, Vivian.
j'adhère par mes voix et je vous invite à découvrir mon texte en course pour le prix jeunes auteurs https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/etoile-perdue-2
N'hésitez pas de laisser vos impressions en commentaires. Merci!

Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Voilà un meurtre machiavélique! Vous m'avez tuée de rire :-)
Image de Norah L'Hirondelle
Image de Nelson Monge
Nelson Monge · il y a
Meurtre sans préméditation ?
Image de Mohamed Laïd Athmani
Mohamed Laïd Athmani · il y a
Très bonne histoire!
Très éprouvante et émouvante aussi.
Bonne continuation Vivian!
Je vous invite à soutenir :
« DIGOINAISES… » qui est en finale.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/digoinaises-corps-et-ame
Merci d'avance.
Prenez soin de Vous!
Bonne fin de journée!

Image de Mapie Soller
Mapie Soller · il y a
Dur et dramatique ! Texte prenant. Pour plus d’optimisme je vous invite chez Émilie !
Image de Cruzamor
Cruzamor · il y a
Hou la la ... il y a de la préméditation là ... c'est grave !!! mais prenant, intéressant !
Image de jc jr
jc jr · il y a
Ce petit village était trop endormi dans sa tranquillité pour être réveillé par cette tragédie. Je suis sur que celui qui est passé doit culpabiliser d'être encore en vie. J'ai aimé et vous invite à venir pousser ma porte.

Vous aimerez aussi !