C'est divinement incroyable

il y a
4 min
119
lectures
8
Finaliste
Jury

L'essentiel de moi, c'est simplement les mots. Ils sont la clés ouvrant la serrure de mon coeur et la seule vie qui m'habite. Jamais on ne se lasse des mots, car ils peuvent être reconstruit à  [+]

Image de 2015

Thème

Image de Très très courts
Ce matin, à 8h30, comme tous les matins depuis mon entrée en seconde, j'ouvre la grande porte brune du CDI de mon lycée.
J'habite une petite ville plutôt loin, et mes seuls bus sont ceux de 7h15 et 18h07.
Alors, autant dire que je passe ma vie dans cet endroit. Il n'est ni grand, ni petit, peuplé de tables en bois et de fauteuils confortables, et il offre toutes les possibilités : romans, nouvelles, journaux, magazines, BD, manga... Un vrai petit coin de paradis, mon refuge. Je m'y suis sentie chez moi à la minute où j'ai passé cette porte, l'année dernière.
Je me dirige machinalement vers mon fauteuil préféré, grand et en cuir rouge, plutôt usé mais infiniment moelleux. S'y asseoir, c'est comme s'asseoir sur un nuage. Il m'arrive d'y rester des heures à lire, en oubliant d'aller en cours.
Perdue dans mes pensées, je ne remarque la silhouette qu'arrivée à sa hauteur. Et là, je m'arrête tout net.
Il y a quelqu'un dans mon fauteuil.
Premièrement, je pense : « Il y a quelqu'un dans mon fauteuil ».
Puis : «  Il y a quelqu'un dans mon fauteuil. »
Très peu d'élèves fréquentent cet endroit. Personnellement, je l'aime tellement, ne serait-ce que pour l'ambiance, que j'y passerais bien toute ma journée.
Je remarque que c'est un garçon qui est assis.
C'est encore plus étrange. La seule classe littéraire du lycée, dans laquelle je suis, ne contient pas un seul garçon. Et la plupart de mes camarades sont plus linguistes que littéraires à proprement parlé.
Je m'avance, intriguée, derrière le fauteuil. Qu'est-ce qu'un garçon fait ici ? Les garçons de mon lycée n'ont dû apprendre la définition du mot « livre » qu'à leur arrivée en seconde, et l'idée même de venir au CDI ne leur traverserait jamais l'esprit. La plupart ne savent même pas ce qui se trouve derrière cette porte brune.
J'essaye de voir au-dessus de son épaule ce qu'il fait. Voir un garçon dans le CDI m'étonne tellement que je me sens comme si je venais de croiser Harry Potter dans les couloirs. Par quelle opération du saint esprit s'est-il retrouvé dans ce lieu sacré sans être croyant ? Est-ce un de ces défis stupides que se lancent parfois les gars entre eux ?
Je jette un regard et je me rends compte qu'il tient un livre. Ouvert.
Oh mon dieu, il lit !
Estomaquée, je reprends vite mes esprits. C’est sûrement la biographie d'un joueur de foot.
J'essaye de lire par-dessus son épaule discrètement. Qui sait, peut-être est-ce un joueur de foot assez connu pour que je connaisse son nom.
« La voix féminine tombe du haut-parleur, légère et prometteuse comme un voile de mariée.
— Monsieur Malaussène est demandé au bureau des Réclamations. »
Il ne me faut que ces deux phrases, attrapées à la volée par mon regard, pour comprendre de quel livre il s'agit.
Par contre, il faut du temps à mon cerveau pour comprendre ce qui se passe sous mes yeux.
Un garçon de mon lycée en train de lire Au bonheur des ogres.
Je vois son profil, son visage est complètement concentré. Je reste figée, derrière lui, le regard rivé sur ce livre que j'ai lu au moins trois fois, pour me prouver que ce que je vois est vrai.
Soudain, il lève la tête et se retourne. Je suis à trois centimètres exactement de son visage, et je ne dois pas ressembler à grand-chose d'autre qu'une fille très très surprise.
Mon cerveau me hurle littéralement de reculer, de dire quelque chose, n'importe quoi, de m'enfuir, de faire comme si de rien n'était, de sourire, pourtant je ne fais rien. Je reste plantée là, à trois centimètres du visage d'un inconnu.
Le plus parfait des inconnus. Pourtant, mon lycée n'est pas très grand. Et l'année déjà bien entamée.
Il me présente le livre.
— Ça t'intéresse ?
— Je l'ai déjà lu, je réponds aussitôt.
— Ah, dit-il.
Et il repart à sa lecture.
Mes jambes s'actionnent pour aller s'asseoir dans le fauteuil devant lui.
Maintenant que je l'ai bien en face de moi, je suis vraiment sûre qu'il est nouveau. Il est grand, les cheveux noirs et bouclés, yeux bruns, le regard vif, la peau tannée, type italien, il est à l'image de ce lieu. Il semble plongé dans sa lecture tandis que mon cerveau me fait comprendre qu'il est plus que mignon. Et qu'il est en train de lire. Un spécimen rare, en somme.
Au bout de dix minutes, il relève la tête vers moi, peut-être parce que je n'ai pas arrêté de le fixer. Il doit me prendre pour une psychopathe. Il dit :
— Quelque chose ne va pas ?
En effet. Voir un représentant de la gent masculine avec un livre de Daniel Pennac à la main, c'est comme voir un ours polaire : je savais que ça existait mais je n'aurais jamais cru pouvoir en croiser un dans ma vie, et je me demande comment je dois réagir maintenant qu'il est là.
— Tu lis ?
C'est sorti tout seul. Oh ! Bon dieu, voilà qu'il se met à sourire. Il doit me prendre pour une attardée. Qu'est-ce qu'il est beau, ce sourire...
— En effet, dit-il l'air amusé. Je sais lire et je sais compter, aussi. Je suis bien un garçon et, non, je ne suis pas gay.
Ravie d'apprendre cette nouvelle. Je hoche la tête d'un air ahuri, et son sourire s'élargit.
— Tu viens souvent ici ?
— Je passe plus de temps ici qu'en cours.
J'ai encore répondu sans réfléchir. Ce qui ne m'était jamais arrivé. Qu'est-ce que c'est que ça ? Les mecs comme ça, ça n'existe pas, juste dans les rêves, les livres et les séries télés.
— Je suis nouveau, dit-il, mais aux regards qu'on m'a lancés quand je suis entré ici, j'ai vite compris que les garçons qui lisent se font rare, dans ce lycée.
Je hoche encore la tête.
— Dans mon ancien lycée aussi, mais on était quelques-uns quand même.
— Jamais personne ne vient ici, dis-je. Je suis quasiment la seule à fréquenter cet endroit.
— Eh bien, maintenant, tu ne seras plus seule, dit-il encore avec un grand sourire.
Je lui rends son sourire. Il se lève, prend un livre sur une étagère et me le temps. C'est Au bonheur des dames, d’Émile Zola.
— C'est un des seuls de Zola que j'aime vraiment. Tu devrais essayer.
Je l'attrape et on lit, ensemble. Je ne pensais pas que c'était possible d'être aussi heureux en lisant avec quelqu'un d'autre.





8
8

Un petit mot pour l'auteur ? 13 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Camille Mzl
Camille Mzl · il y a
Coucou ! J'aime beaucoup ton texte, à + en MC !
Image de Chloé
Chloé · il y a
Bonjour!!
Je suis contente de te retrouver en final, et c'est sans hésitation que je revote pour toi, bravos.
N'hésites pas a faire de même si mon texte t'as plus. Je t'invite à le lire ou le relit ;D
http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/le-nouveau-presque-parfait

Image de Anatolia
Anatolia · il y a
Merci, j'irai le lire ! :)
Image de Marie Ait Melil
Marie Ait Melil · il y a
Je revote, j'aime toujours ahah, bonne chance pour la finale ;)
Image de Anatolia
Anatolia · il y a
Merci beaucoup pour tes commentaires, ça me fait tellement plaisir ! Je suis contente que ça ait plu :)
Image de Marie Ait Melil
Marie Ait Melil · il y a
Je t'en prie, je suis contente que ça te fasse plaisir! (:
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Un petit bijou littéraire ! Le prince charmant revisité en un nouveau accro aux livres, c'est une bonne idée qui rend très bien avec tes allusions aux ours polaires et compagnie. Bravo, je vote pour toi en te souhaitant bonne chance, et en espérant que tu auras plus de votes par la suite !
Image de Anatolia
Anatolia · il y a
Merci, ça me touche vraiment !
Image de Marie Ait Melil
Marie Ait Melil · il y a
Je trouve ça super mignon! :o
On aimerait tous rencontrer un garçon plutôt mignon, gentil et qui aime lire ;)
+1 :D

Image de Milkyway
Milkyway · il y a
Bah enfin ! Les garçons savent lire aussi ! Tu vas perdre une partie de ton électorat ^^.
Mais sérieusement, je mets un vote pour la Happy End.

Image de Anatolia
Anatolia · il y a
Merci ^.^
Bien sûr ce n'est pas mon opinion, je connais un tas de garçons qui lisent plus que moi! J'ai juste écrit ça en me mettant dans la peau d'une fille qui aurait ce point de vue sur les garçons ! :)

Image de Milkyway
Milkyway · il y a
Oui bien sûr, je blaguais, le point de vue adopté s'y prête ! Tu as mon revote pour la finale :).
Si tu souhaites lire un poème sur le même thème : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/rongeurs-anonymes

Image de Anatolia
Anatolia · il y a
Merci, j'irai le lire !