2
min

C'est aujourd'hui !

Image de Siparazar

Siparazar

335 lectures

37

Qualifié

« C'est aujourd'hui dimanche, tiens ma jolie Maman
Voici des roses blanches, toi qui les aimes tant... »

Le crincrin dans le hall crachouille sa rengaine. Ils sont là, entassés, hagards, dans leurs fauteuils roulants, la tête sur la poitrine. Ils ne savent plus. Ni l'heure, ni le jour, ni le mois, ni l'année. Ils attendent. Ils attendent. Ils attendent l'heure du déjeuner, l'heure du goûter, l'heure de la soupe. Ils attendent. Ils attendent une visite. Ils attendent. Ils attendent la faucheuse.

« Va, quand je serai grand, j'achèterai au marchand
Toutes ses roses blanches, pour toi jolie Maman... »

Aujourd'hui, elle est endimanchée. Elle porte sa robe parme et son collier de perles. Pour la première fois depuis deux mois, on ne l'a pas sanglée dans son fauteuil. D'ailleurs, elle dit n'importe quoi, Madame Levert, elle ment : personne dans ce noble établissement ne l'a jamais attachée dans son fauteuil. Elle peut encore se lever, marcher, si elle venait à tomber l'on se précipiterait pour la relever. On n'attache que les vieillards atteints de vertiges importants. Mais Madame Levert, jamais ! Elle ment. Elle croit qu'on l'attache mais c'est faux. Pas dans ce noble établissement.

Il va arriver ! Elle ne l'a pas revu depuis ce dimanche d'il y a deux mois, où il était passé en courant. Son travail lui laisse si peu de temps. Il lui avait consacré vingt belles minutes, vingt grandes minutes, vingt merveilleuses minutes. Son fils. Son héros. Son enfant dévoué qui a accepté d'occuper son grand appartement en attendant sa sortie du noble établissement, qui malgré ses journées accablantes assure la tutelle de sa maman adorée. Son petit. Son Dieu.

« C'était un gamin, un gosse de Paris,
Pour famille il n'avait qu'sa mère... »

Il y a deux semaines, ou peut-être trois, il lui a téléphoné. Lui a annoncé sa venue. Il lui a promis « un dimanche en amoureux avec toi, maman chérie ». La promenade dans le coupé-cabriolet qu'il vient d'acquérir, depuis peu il travaille dans la Finance, le déjeuner au « Fin Gourmet »trois étoiles au Michelin, depuis peu il travaille dans la Finance, le concert du Chœur grégorien dans la Basilique au premier rang, depuis peu il travaille dans la Finance. « Un dimanche en amoureux avec toi, maman chérie... ». Son fils. Son héros. Son Dieu.

« La câlinant bien tendrement,
Il disait en les lui donnant :
C'est aujourd'hui dimanche, tiens ma jolie maman... »

Une voiture se gare. Non, ce n'est pas lui. Les embrassades, les chocolats... ce que ces gens parlent fort ! Il va arriver. Elle compte jusqu'à dix en fermant les yeux. Lorsqu'elle ouvrira les paupières, il sera là. Son enfant. Son Dieu. Une autre voiture. Non, ce n'est pas lui. Ces visites le dimanche, ce que c'est lassant ! Elle referme les yeux. Elle recompte jusqu'à dix. Il va arriver. Son fils. Son héros. Son Dieu.

L'auxiliaire tapote sur l'épaule de Madame Levert. Air doucereux, ton étrangement prévenant. Il vient d'appeler. Elle entend mal, elle n'entend plus, elle ne veut pas entendre. Elle comprend mal, elle ne comprend plus, elle ne veut pas comprendre. Tout devient confus... « absolument désolé », « réunion impromptue »,« staff de direction », « il rappellera ». Il rappellera. Il rappellera... Son fils. Son enfant. Son petit. Son héros. Son Dieu.

« Et quand tu t'en iras, au grand jardin là-bas
Toutes ces roses blanches, tu les emporteras. »

PRIX

Image de Été 2014
37

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Waouh !!! Arrivé par hasard sur votre page, ce texte quelle claque. J'en ressors comme d'un essorage un peu trop rapide. J'ai commis un texte qui a une filiation certaine, pas sur ma page Short, mais ou je me sers également des "roses blanches" pour tenter d'apporter un peu d'humanité dans notre monde. Vous n'avez rien publié depuis longtemps ici, c'est dommage vous me manquez déjà. Et comme c'est à la mode sur ce site, A l'occasion, si le cœur vous en dit, mon "Gamin" est en finale et mon univers vous est grand ouvert Amicalement http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/gamin-le-pont Mais je préfère de loin vous voir pousser la porte que de vous voir voter. Bravo encore.
·
Image de Maud
Maud · il y a
Depuis début août mon père est hospitalisé dans un service de gérontologie. Je passe tous les jours mais c'est lourd !...
·
Image de Siparazar
Siparazar · il y a
Bien sûr, c’est lourd, très très lourd…
Mais il faut aller le voir chaque jour, jusqu’au dernier jour.
Parce qu’"après", le chagrin est massif. S’il faut y ajouter des remords, c’est tout simplement invivable…

·
Image de Ghost Buster
Ghost Buster · il y a
Je suis arrivé ici au hasard du vagabondage sur Short. Le hasard fait bien les choses. Votre textes est très touchant, très juste aussi. Bravo.
·
Image de Siparazar
Siparazar · il y a
Merci.
·
Image de Cajocle
Cajocle · il y a
J'aime cette oeuvre à défaut de pouvoir voter pour.
Il y a deux ans encore, bénévole en bibli, je passais une fois par mois en EHPAD. Une dame n'avait jamais défait sa valise, gardait son manteau en permanence et son sac à la main car son fils allait venir la chercher bientôt. Déchirant, comme votre texte.

·
Image de Siparazar
Siparazar · il y a
Témoignage poignant...
Merci Cajocle.

·
Image de Zot
Zot · il y a
Joli ! Sincère et douloureux, il me fait rappeler Le livre de ma mère. Mon vote Siparazar.
Zot.

·
Image de Siparazar
Siparazar · il y a
Aaaah, Cohen ! Merci Zot.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
C'est un texte poignant que j'ai beaucoup aimé.
Il semble que j'arrive trop tard pour le vote mais tant pis... je vote quand même.
As-tu des textes en compèt en ce moment ? je n'ai pas vu

·
Image de Siparazar
Siparazar · il y a
"Il me semble que j'arrive bien tard pour te remercier mais... je te remercie non moins sincèrement."
·
Image de Adaq
Adaq · il y a
L'ingratitude des enfants ...Texte émouvant sur la solitude d'une personne âgée . Même si le prix est fini , je vote .
·
Image de Siparazar
Siparazar · il y a
C'est gentil. Merci beaucoup.
·
Image de Lola Vendries
Lola Vendries · il y a
Douloureusement beau et joliment affreux... C'est en tout cas mon sentiment.
·
Image de Siparazar
Siparazar · il y a
Merci Lola.
·
Image de Michèle Harmand
Michèle Harmand · il y a
Un texte qui a suscité en moi une myriade d'émotions, convoquant mon enfance (les "roses blanches" l'ont bercée) comme mon passé très proche. Mon vote, bien évidemment, avec retard, et j'en suis vraiment désolée, Siparazar :)
·
Image de Siparazar
Siparazar · il y a
Merci beaucoup, chère Lila <3
·
Image de Verseau
Verseau · il y a
Bouleversant ! criant de cette solitude, de cette attente des enfants aimés, et de la désillusion répêtée ! je regrette de ne pas vous avoir lu plus tôt ! mon vote en retard
·
Image de Siparazar
Siparazar · il y a
Merci Verseau !
·