Bus 4

il y a
3 min
1720
lectures
63
Finaliste
Jury
Recommandé

Je vous invite à un voyage dans mon imaginaire et souhaite qu'il puisse devenir le vôtre, l'espace de quelques minutes de lecture. Bienvenue  [+]

Image de Printemps 2013
Je choisis le bus 4.
4 parce que ça ressemble à un A, à peu de choses près, et parce que le A, je le connais bien puisqu’il est mon initiale. Je choisis aussi le 4 parce que c’est lui qui va le plus vite et que même si je ne peux pas aller sur l’autoroute avec, il pourra quand même circuler dans la ville à la vitesse de l’éclair. Oui, si je le veux, il le peut. Car je suis pressé. 

A bord de mon bus 4, je ne me fais pas de souci. Je m’installe derrière le volant sur mon petit coussin pour être assez haut pour voir la route, un petit peu quand même. Puis je mets la clé dans le contact. Une grosse clé entre mes petits doigts. Mais ça ne m’empêche pas de mettre le gros moteur en route. Ca non, rien ne peut m’empêcher d’être chauffeur de bus. Ca vrombit déjà, ça tremble un peu partout.
Puis, il y a encore cette histoire de pédales. Combien y en a-t-il ? Mais je n’ai pas assez de pieds pour appuyer partout où il le faut, ni assez de mains pour atteindre tous ces boutons, ces leviers. Mais peu importe, nous roulons. Tout est possible. D’abord doucement, puis plus vite. Je connais bien les passages piétons. Les passages à niveaux un peu moins mais heureusement, il n’y en a pas dans la ville. Les feux rouges, c’est facile. Trois couleurs dont je me souviens le nom et le vert pour repartir. Je suis heureux, tous les feux sont verts. Les enfants me saluent. Ils vont à l’école eux. J’aimerais les suivre mais je suis trop occupé aujourd’hui. J’ai une vraie mission. Une vraie mission de Super Héros avec des grandes lettres. Une question de vie ou de mort même !
Vroum vroum.
Il y a un tracteur dans le champ et je le salue. Le fermier ne me voit pas, ou il est mal élevé.
Le ciel se couvre mais je ne me fais pas de souci dans mon beau bus. Un beau bus jaune, avec un panneau triangulaire avec des petits enfants dessinés dessus. Je pourrai aller chercher les copains avec tout à l’heure, lorsque j’aurai terminé. J’aurais le droit avec un beau bus pareil.
Je n’ai pas vu un seul gendarme. Pas entendu un seul coup de sifflet vindicatif à mon encontre. Preuve s’il en fallait que je conduis comme un chef ! Evidemment, on s’étonne un peu car je ne ralentis pas devant les arrêts. Alors les gens qui attendent me regardent avec des gros yeux tous ronds. Tant pis pour eux. J’ai une mission moi.
Il commence à pleuvoir et je ne parviens pas à actionner les essuie-glaces. Papa m’avait pourtant montré la dernière fois, lorsqu’il m’a autorisé à m’asseoir sur ses genoux pour rentrer la voiture dans le garage. Mais ça ne doit pas être pareil. Ou bien j’ai oublié, ce qui est possible aussi. A six ans, il y a des choses qu’on oublie.
Il pleut de plus en plus. Je n’y vois plus grand-chose. Pourtant, je dois encore rouler. Plus vite même. C’est facile car il n’y a plus personne dehors avec un temps pareil. Alors j’accélère, je roule dans les flaques d’eau pour éclabousser les trottoirs désertés. Le gendarme ne risque pas de mettre le nez dehors, je suis tranquille assurément. La prison ne sera pas pour moi !
On dirait que j’arrive maintenant. Le ciel fait corps avec le sol, tout est gris, noyé dans un brouillard épais. Je crois que je risque l’accident à rouler dans de telles conditions. Je sens le froid qui me saisit, même à l’intérieur du bus. L’humidité me pénètre jusqu’aux os maintenant. Je vais prendre froid, c’est sûr.
Alors je coupe le contact.
Je me réveille. Mon visage est mouillé. Un accident, c’est ce qui s’est passé ? Je ne sais plus. Je suis perdu. Tout est gris, comme dans un brouillard. J’ai roulé si longtemps et je me retrouve encore ici, au même endroit ? Je ne comprends pas. Je suis petit, roulé en boule au pied des chaises en plastique où on m’a laissé lorsque Maman a été emportée.
Papa se penche vers moi, essuie mon visage et me tend mon gilet jaune. Jaune, c’est ma couleur préférée. « Viens, fiston, on rentre ». Papa a les yeux rouges. Nous descendons au sous-sol et retrouvons la voiture. « Tu veux t’asseoir sur mes genoux pour conduire avec moi, jusqu’à la sortie du parking ? », me demande-t-il.
« Oh, mais tu as une tache de cambouis sur la joue », dit-il en la caressant. « Comme c’est étrange ».
Aujourd’hui, Maman est partie et ma mission de sauvetage a été un échec. Renversée par un bus, m’a-t-on dit.

Recommandé
63
63

Un petit mot pour l'auteur ? 10 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Arlo G
Arlo G · il y a
J'étais passé à coté de votre excellent TTC et je vote avec un peu de retard. A L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie 2017. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne soirée. Cordialement, Arlo
Image de Sonia
Sonia · il y a
Merci. Je vais découvrir votre texte avec plaisir. Bonne chance pour cette finale !
Image de Miss Free
Miss Free · il y a
un joli style qui nous entraine dans une histoire tendre et très touchante.
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
j'adore les instant de vie, mais c'est souvent triste ! Bravo
http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/le-theatre-de-la-vie

Image de Alyss Stark
Alyss Stark · il y a
Ce que vous avez écrit est très beau, merci de partager votre don.
Image de Alain Ferranti
Alain Ferranti · il y a
J'ai été intrigué par le début de votre texte dans la rubrique "à découvrir" et après ma lecture, je vote pour le plaisir! Dans le monde de votre récit, ou réel et imaginaire se mêlent, un décor d'images poétiques apparait et cela me touche car je dessine (le visuel compte beaucoup pour moi! :) la fin est très émouvante, mais on ne l'attends pas! bravo!
J'ai quelques dessins ou l'imaginaire est très présent, des lutins par exemple! :D http://short-edition.com/oeuvre/strips/lutins

Image de Jolana
Jolana · il y a
Bonjour, le coeur de maman que je suis est touché par ce texte plein de poésie et de fraîcheur et bien écrit. Bravo!
Image de Sonia
Sonia · il y a
Merci beaucoup !
Image de Fabie Forestier
Fabie Forestier · il y a
Mille mercis Jean François !
Image de Jean-françois Vielle
Jean-françois Vielle · il y a
de la poésie, un suspense bien tenu jusqu'à la chute implacable, de la belle ouvrage, mes voeux vous accompagnent également pour le dernier "carré" jean-françois.

Vous aimerez aussi !