2
min

Brume de vie

Image de Viviane

Viviane

158 lectures

54

Ma tête me fait mal, mon corps est lourd. Je perçois dans le lointain le bruit de la mer, le ressac des vagues, les cris stridents d’oiseaux marins. L’humidité a pénétré tout mon corps. La chaleur des rayons du soleil me brulent.
Je reviens à moi petit à petit, tentant de sortir de la torpeur qui m’a envahi. Je cherche à comprendre ce qui m’arrive, je fouille dans ma mémoire dans l’espoir de trouver des fragments d’explication. Je repense au navire sur lequel j’étais en partance pour les iles Fidji. J’entends encore ce sourd craquement de la coque suivi des cris des passagers autour de moi. Je me souviens d’avoir sauté dans le néant.
J’ouvre les yeux, ébloui par le soleil, je les referme aussitôt. Je m’assoie, rouvre prudemment les paupières, regarde autour de moi. Le ciel est d’un bleu pur, pas un nuage. Je suis sur un ilot si petit que je peux le saisir en un seul regard. D’autres personnes sont là, échouées sur ce banc de sable. Certaines déambulent, d’autres ont l’air mortes. Pas un arbre, pas une ombre, seules quelques herbes survivent.
Nous étions une centaine sur ce bateau, nous sommes une dizaine de rescapés sur cet ilot.

Je reste à ma place, pensif, la tête vide. Je regarde la mer, fasciné, je ne la quitte pas des yeux. Des larmes montent, ma vue se brouille, embrumée.
Je perçois des ombres humaines dérivées au gré du courant. Ces formes s’échouent sur la plage apportées par le ressac des vagues. De chacune d’elles s’échappent un peu de brume, un dernier soupir, un peu de leur âme. A chaque nouveaux cadavres, la brume s’épaissit, s’enrichit, se gonfle de leur énergie. Le bruit de la mer devient une respiration. Chaque inspiration emporte la vie, chaque expiration apporte de nouveaux corps. La brume se nourrit de nos vies, de nos larmes, de notre souffle. Elle devient vivante, compacte.

Le ciel si bleu a perdu de son éclat, le soleil se fait moins chaud. La brume continue de monter, de s’amplifier. Morts et vivants partagent ce banc de sable mais ne se voient plus. Un épais brouillard s’est installé. Je devine les ombres de mes congénères. Ils sont assis. Plus personne ne marche. Plus personne ne bouge, ne respire de peur d’être déposséder de sa vie. La brume nous colle, nous entoure, nous étouffe. Son souffle s’intensifie par à-coup. Froide, elle prend possession de nos corps encore chauds. Le silence nous entoure, le cri des oiseaux a fait place à un râle rauque dont le souffle de plus en plus violent se transforme en tempête.

La brume est si dense qu’elle élève petit à petit les corps inanimés. Un tourbillon se forme soulevant les corps de plus en plus haut, tel une danse. Un grand ballet prend place dans lequel morts et vivants se retrouvent aspirés vers le ciel pour une valse endiablée. Tout est emporté, sable, herbes, roches, cailloux dans une verticalité soulevant les vivants et emportant dans un seul et gigantesque élan toute vie terrestre vers le ciel. L’ilot disparait sous mes yeux horrifiés. Je sais que c’est la fin, cette brume a tout consumé, s’amplifiant et se nourrissant de l’énergie de ma vie. J’attends de disparaitre aspiré par la brume...
Soudain, je tombe, une chute monumentale ! Mon cœur saute dans ma poitrine puis s’accélère.... Je me réveille en sueur dans le lit de ma cabine ! Ouf, un cauchemar... Je m’assois, reprends mon souffle. Je regarde par le hublot, la brume est là..... Elle me guette.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
54

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Rêve prémonitoire donc ! Cette dernière phrase : "la brume est là... elle me guette" est ce qui sauve votre texte d'une "chute" fatale, si je puis dire, car conclure un récit par "tout ça n'était qu'un rêve", c'est prendre un gros avec votre lecteur, qui risque d'être vraiment déçu : "Quoi ?? Tout ça pour ça ???" pourrait-il se dire... Mais là, vous réussissez quand même à nous surprendre, avec cette brume qui guette par le hublot et qui laisse à penser que ce à quoi nous venons d'assister (le naufrage puis l'attaque de la brume) va effectivement se produire pour de vrai. Donc bravo pour ce beau retournement in extremis ! Sinon votre texte est très bien écrit : vous avez une écriture précise et très sensorielle (éblouissement, souffle du vent, chaleur, bleu du ciel, bruit de la mer, etc) et donc très agréable à lire. Bravo!
·
Image de Viviane
Viviane · il y a
Merci beaucoup pour tous ces compliments et du temps que vous avez pris pour répondre.
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Avec plaisir Viviane, je me suis régalé à vous lire !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...

·
Image de Viviane
Viviane · il y a
Merci
J'ai voté et mis un commentaire sur votre texte

·
Image de Maour
Maour · il y a
Vous avez les voix de mon Petit Poucet qui attend de faire votre connaissance :)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-veritable-histoire-du-petit-poucet
À bientôt!

·
Image de Viviane
Viviane · il y a
Merci
J'ai voté pour votre petit poucet

·
Image de Topscher Nelly
Topscher Nelly · il y a
Très bon texte. Mes voix de soutien.
Mon univers si vous le souhaitez :http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/de-lautre-cote-31

·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un beau crescendo nous emportant vers l'inéluctable et puis vient la chute... à rebondissement ? Bravo, Viviane ! Vous avez mes cinq votes.
J'ai un sonnet tragique que je vous invite à lire si vous avez le temps : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/Mumba

·
Image de Viviane
Viviane · il y a
Merci pour votre vote et vos encouragements
·
Image de Eowyn
Eowyn · il y a
texte bien mené. Je vote.
·
Image de Viviane
Viviane · il y a
Merci
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Joli écrit , vous avez mes voix et mes sincères encouragements !
Si mon royaume embrumé vous intéresse pour continuer votre voyage, c'est par ici... (au cas où vous ne l'auriez pas lu)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-royaume-dans-la-brume

·
Image de Viviane
Viviane · il y a
Merci pour vos encouragements
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Viviane
Viviane · il y a
Merci
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle œuvre bien écrite ! Mes votes ! Une invitation à partir en voyage sur ma “Croisière” si vous ne craignez pas la brume en mer ! Merci d’avance et bonne année !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·
Image de Viviane
Viviane · il y a
Merci pour le compliment ! Votre œuvre est vivante et surprenante bravo !
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bonsoir Viviane ! Vous avez voté une première fois pour “Croisière” qui est en FINALE pour le Prix Imaginarius 2017. Je vous invite à le soutenir de nouveau si vous l’aimez toujours. Merci d’avance et bonne soirée!
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mes remerciements, Viviane !
·