4
min

Brume

Image de Luciie

Luciie

85 lectures

44

Arrêt de bus George Sand. 20H36. La nuit est tombée depuis longtemps et une fine pluie se déverse sur la ville depuis quelques heures maintenant. Une femme attend, seule sous l'abri-bus, couverte d'un grand manteau beige clair. Elle porte une sacoche d'ordinateur sur son épaule gauche. Claire a 35 ans. Elle est chef manageur dans une chaine de distribution. La plupart des gens la voient comme une battante, de ces femmes qui travaillent d'arrache-pied pour se construire une carrière. Elle passe une grande partie de son temps au travail, ne sort pas le soir, et ne prend quasiment aucune vacance. Les gens pensent que c'est parce qu'elle travaille tout le temps qu'elle n'a pas le temps de fonder une famille. La vérité c'est que Claire n'a pas de famille, et aucun désir d'en créer une pour le moment. Alors elle passe son temps libre à travailler afin d'accomplir la seule chose que l'orphelinat lui ait apprise : pour se sortir de la misère, il faut travailler sans relâche.

Claire attend donc son bus comme tous les soirs pour rentrer chez elle. Il est 20h36 et il pleut. Ce soir là, la rue est déserte. Le calme règne et rien ne semble bouger. Rien mise à part une obscurité qui progresse doucement de rue en rue. Discrète, on ne la voit pas approcher, et lorsque l'on s'aperçoit de sa présence, il est déjà trop tard et il ne nous est plus possible de distinguer quoi que ce soit dans le brouillard qui nous entoure.

Claire ne remarque pas tout de suite la brume qui s'avance vers elle. L'abri-bus est éclairé par un lampadaire, mais la rue tout autour est plongée dans l'obscurité. Et puis petit à petit, la lumière générée par le lampadaire diminue. Claire commence à avoir froid. Elle s'impatiente de voir son bus arriver; elle est fatiguée. Elle pense à la soupe qu'elle va faire réchauffer au micro-onde en rentrant chez elle. Elle s'imagine l'allure du powerpoint sur lequel elle veut travailler ce soir, afin de prendre de l'avance sur la réunion du jeudi suivant. Elle échafaude tout un tas de théories sur les tâches qu'elle devra accomplir d'ici la fin de la semaine suivant les demandes de ses patrons, et ne doute pas le moins du monde qu'un jour, se sera elle aux commandes. Elle est loin de s'imaginer ce qui va se passer.

Dans quelques instants, la brume va arriver au niveau du lampadaire. Ce dernier finira par complètement s'éteindre. Claire pensera que l'ampoule aura grillé. Puis quelques instants plus tard, la brume l'atteindra elle, et lorsqu'elle tentera de se remémorer ce qui avait pu se passer ce soir là, elle admettra ne pas s'en souvenir...

Le réveil est brutal. Je suis allongé face contre terre, bras le long du corps. Où suis-je ? La dernière chose dont je me souvienne, c'est moi attendant mon bus. Puis plus rien. Le sol est dur et humide. Je suis sur de la roche. Il fait complètement noir et il m'est impossible de distinguer quoi que ce soit. Toutefois une odeur nauséabonde m'envahit les narines et la fraicheur du lieu me fait penser à des souterrains. Je ne pense pas être blessée mais mon corps me fait atrocement souffrir. Impossible de me lever pour le moment. Je réfléchis. Peut-être ais-je fais un malaise, et quelqu'un m'aurait trouvé ? Puis déplacé dans un endroit sombre sentant le renfermé ? Non. Ou alors, je m'étais fait enlevée ? Les battements de mon cœur s'accélèrent, mais j'essaie de relativiser. Des kidnappeurs ne seraient pas assez stupides pour me laisser les mains et les pieds libres, et auraient certainement laissé quelqu'un pour me surveiller. Je n'ai personne pouvant débourser une rançon et bien qu'aillant mal partout, je peux sentir que je n'ai aucune blessure. Non, mes douleurs ressemblent plus à des courbatures le lendemain d'une séance de gym très intensive. Je dû me rendre à l'évidence : je n'avais aucune idée de l'endroit où j'étais ni pourquoi et comment j'y étais arrivée.

Au terme de ses réflexions, j'entreprends de remuer un par un les doigts de mes mains pour remonter jusqu'aux poignets et ainsi de suite jusqu'à arriver à bouger chacune des articulations de mon corps. Les minutes passent lentement pendant que j'accomplis ma besogne, et je commence à distinguer dans la pénombre le contour des parois de la grotte dans laquelle je me trouve. Au bout d'un moment, je me mets à tâtonner le sol et donne par mégarde un coup à ma sacoche. Tiens donc ! Elle est toujours là ! On peut donc définitivement supprimer l'hypothèse du kidnapping, car mes agresseurs ne seraient pas partis sans un bien aussi précieux.

Je me relève péniblement et attrape ma sacoche. Un courant d'air venant de ma droite caresse ma joue et je me souviens d'une technique qui consiste à trouver la sortie d'une grotte en suivant l'air frais émanant du dehors. Je progresse donc d'un pas incertain vers ce que j'espère être la sortie. Quelques mètres plus loin, je retrouve mon chemin et atteins une issue grâce à la lumière du soleil qui éclaire le bout du tunnel. Une lueur d'espoir envahit mon coeur à l'idée de sortir de cette endroit froid et lugubre. Je vais retrouver le ciel, appeler des gens à l'aide ! Et pourtant, je sais que je ne suis pas sortie d'affaire.

Le tunnel débouche sur un sous-bois, où la lumière paisible du soleil apporte une certaine sérénité à l'endroit, et vient le doter d'un indubitable charme. Le contraste entre l'obscurité profonde de la cavité et la lumière douce d'une fin d'après midi me fait plisser les yeux un instant.

Sans m'en rendre compte, je suis restée pendant plusieurs minutes les bras ballants, les yeux fermés, la tête tournée vers le ciel. Tout à coup, un bruit sourd vient troubler ma quiétude. Au loin, deux cavaliers lancés au galop arrivent dans ma direction à grande vitesse. Je sors immédiatement de ma torpeur et me tiens bien en vue, prête à faire de grands signes pour qu'ils me viennent en aide. Plus ils se rapprochaient et plus je distinguais des éléments de leur tenue et de leur allure. Mais un détail attira mon attention. Un sentiment d'inconfort montait en moi et je décidais de rester caché.

Il étaient jeunes, entre 20 et 25 ans, et maitrisaient parfaitement l'art de l'équitation. Mais les vêtements qu'ils portaient m'intriguaient particulièrement. La distance entre nous se réduisait rapidement et je pouvais maintenant voir que l'un d'entre eux brandissait une lance tandis que l'autre portait un arc et un carquois rempli de flèches à son flanc. Leur tuniques sortaient tout droit d'un film de chevaliers, en tissu, légères et pratiques pour monter à cheval. Ils étaient déterminés et concentrés. Réflexion faite, j'avais plus l'impression qu'ils poursuivaient quelque chose plutôt qu'ils ne fassent une course. Je tentais de discerner ce qui pouvait bien les mener à cette chevauchée effrénée quand...

Je fus frappée de stupeur. L'animal que poursuivaient les deux jeunes gens était en fait bien plus massif que j'aurais pu le croire et je me demandais comment j'avais pu le manquer. Car maintenant, il était évident qu'on ne voyait que lui. C'était un sanglier. Mais il avait une taille hors-norme. Le spécimen que j'avais devant moi atteignait la grandeur d'un ours. Je réalisais que la couleur de l'animal défiait elle aussi les limites de l'imagination. La bête avait la couleur du ciel. Un bleu flamboyant qui sautait aux yeux.

Mon sang ne fit qu'un tour. Par je ne sais quel coup du destin, j'avais atterris dans un pays où un sangliers bleu ciel existait. Où il était chassé par deux cavaliers. Où il chargeait à toute allure, pour survivre, écrasant tout sur son passage. Et il fonçait droit sur moi.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
44

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Ellyne
Ellyne · il y a
Et m*****! Je suis arrivée trop tard! Je n'ai décidément pas de cerveau et ton texte est vraiment génial, il méritait mon vote plus tôt!
J'adore ton style et puis la fin ouverte c'est vraiment génial ;p

·
Image de Luciie
Luciie · il y a
Oooh merci Ellyne ! <3 ton message me touche c'est ça qui compte ;) de toute façon ça n'aurait rien changé mais si ça t'a plus, c'est que qui compte vraiment pour moi :*
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Luciie
Luciie · il y a
Merci beaucoup je vais allé voir dès que j'aurais le temps !
·
Image de Caroline Ernie
Caroline Ernie · il y a
Continues !
·
Image de Luciie
Luciie · il y a
Merci :D
·
Image de Maour
Maour · il y a
Agréable à la lecture ;)
·
Image de Luciie
Luciie · il y a
Merci !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...

·
Image de Luciie
Luciie · il y a
Merci beaucoup pour votre commentaire ! Effectivement, cela m'intéresserais d'avoir un commentaire précis (c'est comme ça qu'on apprend !) Pardon de répondre si tard je suis étudiante et j'avais des examens !
·
Image de Mathis Gil
Mathis Gil · il y a
wow ! Rien d'autant spirituel depuis Victor Hugo, la simple lecture de ces quelques lignes me font découvrir un idéel de littérature, une prodige est née derrière ces lignes ! chaque mot est à sa place et l'ensemble est à l'unisson au point qu'il me semble de lire un seul mot, je n'ai rien à ajouter après cette merveille.
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un bon texte qui mérite du soutien. Mon vote. Peut-être aimerez vous "L'héroïne", "Tata Marcelle" ou "Le Grandpé".
·
Image de Luciie
Luciie · il y a
Merci beaucoup pour votre commentaire ! :)
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Joli écrit , vous avez mes voix et mes sincères encouragements !
Si mon royaume embrumé vous intéresse pour continuer votre voyage, c'est par ici... (au cas où vous ne l'auriez pas lu)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-royaume-dans-la-brume

·
Image de Luciie
Luciie · il y a
Merci beaucoup ! :D Je suis allée voir ça !
·
Image de Rémy Zamar
Rémy Zamar · il y a
Je vote 100000000 voix ❤️
·
Image de Luciie
Luciie · il y a
Hihihi T'es chou ;) merci !
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition ; http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Luciie
Luciie · il y a
Merci beaucoup ! Je vais passer voir ça ! :)
·