4
min

Brume

Image de Oniris

Oniris

37 lectures

43

Un matin, elle était là. Une fumée blanche et épaisse, s'insinuant dans tous les recoins du pays, masquant chaque relief, chaque cité jusqu'au moindre petit détail. On pouvait ressentir la texture même de ce nuage contre sa peau, tout autour de soi, qui vous enveloppait comme un pull soyeux, qui s'enroulait autour
de vous comme une écharpe douce et chaleureuse.
La surprise du premier jour laissa la place aux interrogations. Pourquoi une brume aussi dense s'était-elle installée et quel paradoxe physique l'empêchait de s'évaporer ? Car les jours passèrent, les semaines puis les mois, sans qu'aucun scientifique ne put expliquer sa présence.
A ces questions succéda rapidement l'inquiétude. On analysa la matière sans obtenir de résultats probants, on tenta de la faire disparaître par différents moyens – turbines d'aspiration géantes, méga-ventilateurs – mais rien y fit ; la brume stagnait inlassablement au-dessus et à l'intérieur des villes.
Une suspicion réciproque vit le jour entre les nations et leurs pays frontaliers, chacun d'eux ayant vu ses rues s'emplir elles aussi de brouillard voluptueux et imaginant leurs voisins responsables de cette bizarrerie climatique. Mais heureusement, les conclusions des chercheurs innocentèrent la totalité des états.
La brume était catégoriquement étrangère à toute activité humaine.
Chaque pays réagit différemment à cet événement, de façon plus ou moins sévère, mais d'une manière générale, l'ignorance motiva la prudence. Par principe de précaution, on intima l'ordre aux habitants de rester enfermés chez eux jusqu'à ce que l'on en sache un peu plus sur la nature réelle de la brume mystérieuse. Certains états militaires décrétèrent la loi martiale. Les scientifiques furent mis à pied d’oeuvre pour découvrir l'origine du phénomène et surtout le moyen de s'en débarrasser, car hormis les éventuels dangers dus à la toxicité de cette vapeur, le nombre d'accidents routiers, de disparitions, de cambriolages, de pillages, d'agressions et autres actes de délinquance augmentèrent exponentiellement.
Cependant, et malgré tous leurs talents mis à contribution pour résoudre le mystère, aucun gouvernement ne put venir à bout de la masse vaporeuse. En outre, n'ayant pu démontrer sa dangerosité et ne pouvant laisser leurs concitoyens confinés chez eux à tout jamais, cela pénalisant l'économie mondiale, la plupart des états permirent à nouveau les sorties au milieu de la vague yaourteuse. Après tant de jours passés à l'intérieur des maisons, les habitants, et surtout les enfants, furent ravis de s'ébattre joyeusement dans les volutes tournoyantes et consistantes s'étendant à perte de vue.
Finalement, le taux de délinquance revint à la normale car il était compliqué et fatigant de sévir avec cette blancheur permanente. L'économie fut très ralentie, car si les échanges numériques restaient possibles, le travail à effectuer sur le terrain prenait un retard considérable. Les gens s'organisèrent et trouvèrent des
solutions adaptées à leur nouvelle vie. Il est formidable de voir à quel point l'espèce humaine s'acclimate vite. Par exemple, pour permettre aux plus pauvres une circulation piétonne plus facile et plus efficace, on tendit des cordelettes de couleur sur des trajets précis avec des repères tous les cent mètres. Les bleues
menaient aux magasins alimentaires, les verts aux boutiques de vêtements, les jaunes aux institutions et aux bâtiments administratifs, les rouges aux lieux de culte, et-cetera... Pour les moins démunis, des GPS spéciaux furent créés pour naviguer et se repérer. Grâce à son écran braqué devant soi, le paysage réapparaissait tel qu'il était sans brouillard et l'on pouvait se diriger à l'aide de cette fenêtre ouverte sur le monde.
L'existence des terriens reprit son cours et ils finirent par oublier la présence de cette brume insondable et à vivre à ses côtés, ou plutôt en elle. Elle était devenue un bienfait protecteur, un rideau où chacun pouvait trouver une intimité même en pleine rue. Certains en profitèrent d'ailleurs pour relancer une mode perdue : le naturisme. Parfois, l'on croisait ses semblables se baladant totalement nus au milieu de la brume, ravis de pouvoir se promener libres comme l'air sans risquer de choquer le reste de la population. Certains poussèrent même la témérité de leurs fantasmes jusqu'à s'ébattre en place publique.
L'écologie de la Terre fut également modifiée. Un réchauffement sensible intervint, la brume faisant office d'atmosphère à effet de serre. Les températures augmentèrent, mais l'équilibre naturel climatique n'en fut pas tant que ça perturbé, comme si le brouillard lui-même thermo-gérait l'environnement.
La vie perdura ainsi jusqu'à ce qu'une étude gouvernementale fit connaître les derniers chiffres de la natalité mondiale. Cette dernière explosait. Nombre de femmes tombaient enceintes, notamment celles qui utilisaient un moyen de contraception, devenu inefficace, quel qu'il soit. Quasiment toutes les personnes
soignées pour insuffisance fertile guérirent. Ce nouveau phénomène inquiéta certains médecins obstétriciens, en passionna d'autres. Des recherches furent menées sans pour autant découvrir la raison de cette brutale fécondité. Tous les pays du monde, même les plus reculés, étaient concernés. Mais le plus étrange, et les rumeurs sur internet se multiplièrent à ce sujet, fut que certaines femmes déclarèrent être tombées enceintes sans avoir eu de rapports. Certains fanatiques religieux appelèrent à l'intervention divine et parlèrent de miracle collectif, mais la plupart des gens mirent ces aveux sur le compte de la brume. Beaucoup étaient
persuadés qu'elle était responsable de la multiplicité des grossesses. Après tout, on ne savait rien de cette entité. On commença à émettre des hypothèses sur «elle», entre autres qu'«elle» serait d'origine extraterrestre. D'ailleurs, aucun scientifique n'eut l'audace de les contredire, car nul argument ne l'aurait permis.
Toutes les femmes accouchèrent sans qu'il n'y eut de problème à déplorer. Le taux de mortalité postnatal fut proche de zéro, inférieur en tous cas aux chiffres habituels. Les bébés se portaient bien, ne présentaient aucun trouble, aucune maladie, aucune malformation. Les seuls éléments remarquables furent leur légèreté, leur poids n’excédant pas, en moyenne, mille cinq cents grammes, et le voile insignifiant couvrant leur regard blanc. Hormis ces particularités, leur développement fut constant et normal, leur croissance suivit une courbe standard et leurs facultés intellectuelles ressemblaient à celles de leurs congénères, si ce n'est qu'elles y restaient supérieures en tout point. Leur intelligence, leur vivacité, leur compréhension étaient décuplées.
La communauté internationale, accueillant ces enfants surdoués comme marqueurs d'une nouvelle ère, les étudia de près et rendit ses conclusions au bout de quelques mois. Ces petits êtres différaient bien des humains vivant jusqu'à présent sur Terre de par leur ADN et leurs aptitudes. Force était de constater qu'ils
avaient été conçus autrement que par le rapprochement de deux humains, même si une grande majorité de leurs gênes provenait d'une source humaine. On retrouva dans leur squelette des échantillons atomiques similaires à ceux découverts lors de l'analyse de la brume. Rien nu put s'opposer au fait qu'elle était liée d'une manière ou d'une autre à la conception de ces nourrissons.
Et puis, un jour, la brume disparut comme elle était apparue, se dissolvant dans l'air, s'évaporant lentement jusqu'à sa disparition complète. Aucune explication rationnelle, théorique ou physique ne put être fournie sur ce phénomène. Les rares éléments prélevés dont il restait des traces et qui furent encore exploitables ne suffirent pas à apporter toutes les réponses. Plus jamais la brume ne se forma et il ne resta d'elle que ces millions d'enfants surnaturels.

Je suis l'un d'eux.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
43

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Jfjs
Jfjs · il y a
Un très beau sujet qui m'a fait penser à plsrs choses "enfants indigo", les séries UK/US "the tomorrow people", les enfants de l'ère du verseau. Une brume salutaire dont on aurait bien besoin...
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Une belle variation sur le thème de la brume tératogène à l'origine de la création des Marvel Inhumans. Sauf qu'ici la brume n'engendre pas de mutants dotés de superpouvoirs mais des enfants surdoués - un autre thème qui m'est cher et qui n'est pas sans m'évoquer ici "La Nuit des enfants rois" de Bernard Lenteric, adapté au cinéma sous le titre "Prodigies".
La chute ("Je suis l'un d'eux") est excellente parce que surprenante et surtout parce qu'elle évite que votre récit ne paraisse trop désincarné ou abstrait : on finit par découvrir qui nous parle (un enfant de la brume) et d'où il nous parle (du futur). Bravo !

·
Image de Jfjs
Jfjs · il y a
ah la BD "les inhumains sont parmi nous" Médusa et ses cheveux roux vivants, Karnak, Flèche noire, Gorgone, Crystal, etc. J'étais ultra fan. Sinon j'ai aimé ta critique et bien sûr le texte d'Oniris. Sinon je crains le pire avec l'adaptation des inhumains en film/série tv vu ce que j'ai vu comme extraits.
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Je confirme, la série a l'air bien pourrie ^^
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mes votes pour ce nouvel humanism ! Mes votes ! Une invitation à partir en voyage sur ma “Croisière” si vous ne craignez pas la brume en mer ! Merci d’avance et bonne année !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·
Image de Maour
Maour · il y a
Mes votes! Je reviendrai vous lire :)
J'espère que vous aimerez ma version du Petit Poucet.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-veritable-histoire-du-petit-poucet
Amitiés

·
Image de Ghislaine Barthélémy
Ghislaine Barthélémy · il y a
Des êtres nouveaux peut-être pour nous apprendre à mieux gérer notre planète... Texte très intéressant à lire, bon suspens. Je vote !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Votre œuvre me plait...Elle fourmille d'idées et nous donne une vision de ce que serait notre monde avec cet être Brume. Merci pour ce beau moment de lecture. J'aime, je vote!!!
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un très bon moment de lecture. Peut-être aimerez vous "L'héroïne", "Le Grandpé" ou "Tata Marcelle".
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Une nouvelle humanité en marche !
·