Brises et Bises

il y a
2 min
14
lectures
0

Qui suis je? Personne, Qui serais je? Quelqu'un? Ou suis je? Nulle part, et partout a la fois, C'est donc ca d'ecrire pour soi, Et de le dire aux autres  [+]

Il était petit, tout petit, et chétif, tout chétif.
A l'ombre de ses pères, ombre est le bon mot, Soleil étais dur a capter. L'ombre, le froid, Jamias brise d'été, jamais bise d'hiver, le quotidiens de ses journées éternelles avait plus de poid sur lui que la neige de décembre, que les feuilles d'octobre, que les orages de juin.
Ainsi passaient les mois, mois après mois toujours sous le mème toit..
Le petit révait d'aventure, il révait de voyage, de découverte. Mais si le petit avait le coeur aventureux, a sa terre, il était fort enraciné, terre d'ombre, terre de quotidiens, mais terre quand mème... Le petit ne pouvait, se résoudre a quitter sa terre.
Au fil du temps, long et pénible, le petit grandit, le petit rèvat, jamais de sommeil il ne prit. Printemps, été, hiver, les années passèrent. Il en vit passer des gens, Passants, Marcheurs, amants, chasseurs, .. Délectable étaient ces instants ou il regardait, sans ètre vu, passer les amoureux pressés, volants a la vie le plus de temps possible..
Lui aussi aimerait connaitre l'amour, lui aussi aimerait voler a la vie, voler au temps. Mais élas, le temps est court et voila que, les amants, furent débordés par le temps, et il passat.
Ses pères devinrent vieux, lui était dans la fleur de l'age, il sentait son corp solide et robuste.
Voila qu'un beau jour, marchant dans l'ombre et la fraicheur printanière, une douce jeune fille a la chevelure de cuivre automnal, a la peau blanche d'hiver, aux yeux bleus de l'été, A la voix digne d'un champ printanier, déambulant dans la sombre clarté et s'assit..
Auprès de lui, la jeune fille entrouvrit ses lèvres et murmura, " tu es a moi!", elle se leva et partit. Le jour suivant fut sous le mème schémat, Elle s'assit de nouveau et parlat, parlat d'elle, de sa vie, le petit devenu grand et fier, écoutait.
La jeune fille Revenait, de lendemain en lendemain, et le petit devenu grand, écoutait, des heures durant, qu'elle étais belle. Il frissonnait a chaque soupir.
Les années passèrent, ses pèrent moururent, il se retrouva seul, esposé au soleil cuisant de l'été, a la brise du printemps, la neige d'hiver et la bise d'automne.
Il était grand, fort et d'une subtile beauté, la jeune fille, elle aussi, avait grandis, l'adolescence lui apportat la féminité et... Les soucis, Amitié, coeur, parents, tout, elle lui confiait tout, Il écoutait, la protegeait du soleil, de la neige, de la bise et de la brise. Il la laissait pleurer sur son épaule, veillant constamment a son bienètre.
Elle partait mais toujours revenait.
Un jour la jeune fille s'assit, génée, le petit, devenu grand et fort étais prèt a écouter.La jeune fille, presque femme, étais belle a croquer, fille des saisons, elle resplendissait a la lueur du soir..
Elle prit la parole, les mots " amour, marier, partir", lui firent un choc terrible. Elle se levat, les yeux rivés au sol, marchant sans se retourner, et partit.
Les années passèrent, longues, douloureuses, Mortelles, Tellement d'années, trop d'années,..
Par une douce soirée d'été, s'avança une vieille dame, cassée d'une vie bien remplie, de la mème et douce vois que d'antemps, lui dit: " Ainsi, tu m'as attendue...". Nul pardon a donner, elle étais partie, elle étais revenue, la vieille dame, a la chevelure blanche comme l'hiver, se couchat contre son vieux chène. Lui, petit et chetif devenu vieux, la prit dans ses bras, avant de partir, vers un someil commun, pour la nuit des temps...
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,