563 lectures

155 voix

En compétition

Une femme, au lourd manteau sombre, déambule dans les rues de Nantes depuis plusieurs heures. Son corps tremble et semble de plus en plus capricieux au moindre déplacement. Le soleil s'est couché depuis peu et a laissé place à une pénible obscurité, qui fait fuir les derniers passants vers leurs confortables et chaleureux logis. La femme repère enfin un endroit pour s'asseoir, le long du gigantesque mur blanc d'un magasin. Elle pose difficilement ses genoux à terre, puis se retourne, les mains sur le sol pour ne pas vaciller. Elle s'adosse au mur et resserre son manteau sur son torse. Après quelques minutes dans la même position, elle plonge sa main dans sa poche et en ressort une petite brioche ronde et dorée, parementée de généreux cristaux de sucre. Son visage s'illumine à la vue de cette appétissante viennoiserie. Elle en déchire un morceau et l'amène à sa bouche aux lèvres gercées par le froid, pour le poser délicatement sur sa langue. Ses yeux se ferment pour mieux apprécier ce pur instant de délectation. Afin de prolonger ce moment, elle ne mâche pas mais laisse le morceau de brioche fondre délicieusement dans sa bouche. Elle rouvre les yeux et s'apprête à détacher un deuxième fragment de délices. Elle pousse un léger chuintement de surprise à la vue d'une brioche complètement intacte, à la rondeur parfaite, dans sa main. Elle se frotte maladroitement les yeux, puis tourne la brioche dans tous les sens, mais rien n'y fait, celle-ci est toujours inentamée, sans la moindre trace d'une quelconque lippée. Prise d'une profonde incompréhension, la femme regarde autour d'elle, à la recherche, peut-être, d'une ombre taquine aux tours de magie farfelus. Mais la rue est complètement vide, personne ne peut être en train de jouer avec les nerfs de la pauvre vagabonde. Poussée par la curiosité, elle croque ardemment dans la brioche, puis regarde précipitamment l'objet de ses troubles. Cette dernière est encore une fois complètement intacte. La femme laisse son regard dériver entre la brioche et la rue, soudainement perdue dans ses pensées. Après plusieurs longues minutes sans oser bouger, elle lève les yeux au ciel et lui murmure quelques mots inaudibles, puis croque ensuite à pleine bouche le gâteau aux attributs surnaturels. Elle ferme une nouvelle fois les yeux, détend son corps frigorifié, et esquisse un dernier sourire de ravissement.

PRIX

Image de Hiver 2020

En compétition

155 VOIX

CLASSEMENT Très très court

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Marcheur
Marcheur · il y a
Merci pour ce texte qui se laisse croquer avec délice.
·
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
ce qui me rappelle quand, devant une boulangerie, à sentir l'odeur des viennoiseries, mon estomac se tordait de douleur, vide...
·
Image de Frédéric Bernard
Frédéric Bernard · il y a
Un instant de gourmandise qui donne envie de pousser la porte d'une boulangerie et de s'acheter une brioche à notre tour. Les gouts et les sensations sont bien décrits et on imagine cette pauvre femme en train de se régaler malgré le froid. L'aspect fantastique est bien amené et c'est assez émouvant de voir le personnage remercier le ciel ainsi. J'adorerais posséder une telle viennoiserie, pour ma part :-)
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
magnifique mais terrible fin de vie, la brioche éternelle néant qu'on ne s'y trompe pas!
·
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Une histoire pleine de poésie qui fait du bien. Les miracles existent il suffit d'y croire!
Merci

·
Image de Fabienne Maillebuau
Fabienne Maillebuau · il y a
Juste magnifique, délicat et poétique, mes 5 voix.
je vous propose, cancuterus et Fleur du mal. Merci

·
Image de Lamia DB
Lamia DB · il y a
Très beau !
·
Image de Denys de Jovilliers
Denys de Jovilliers · il y a
Une atmosphère pesante pour cette scène qui emporte finalement cette pauvre femme. C'est vrai qu'on ne guérit pas de la misère avec une brioche ...
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonsoir Cassiopée, un texte fantastique bien écrit et bien construit, vos mots sont comme des images, ils nous mettent l'eau à la bouche, on aimerait tellement sourire à la vue de cette scène, hélas… Mes voix sans hésiter. Si vous avez un instant pour venir en Transylvanie, venez faire la fête au château de Bran, vous y serez bien reçue. En attendant bonne fin de journée.https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-chaeau-de-bran
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Il y a de" La Petite Marchande d'allumettes"dans ce conte, avec le souvenir de Barbara qui flotte dans l'air.
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Le logeur claque la porte derrière lui et je me retrouve seule dans cet appartement inconnu, au cœur d’une ville maintes fois parcourue mais que j’ai à peine reconnue en y débarquant deux ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Elle ne comprend pas pourquoi ils ont tant tenu à la réanimer. C’était pourtant une mort parfaite, on ne pouvait rêver mieux. Elle ne se rappelle pas avoir eu mal.Elle avait fait sa ...