Bouchons galactiques

il y a
2 min
795
lectures
32
Qualifié

La tête plongée dans les univers science-fiction et fantastique. Je vois le texte court comme des micro-séries, des micro-zapping, où se dessine une image éphémère mais intense. C'est un  [+]

Image de Printemps 2016
Je hais les bouchons ! Quatre heures que j'attends, et rien de rien, ça n'avance pas ! Bon sang ! Quelle idée d'aller en vacances de neige dans la station de ski la plus touristique du cosmos ! Et mon vaisseau qui se traîne en deçà de la vitesse lumière. J'enrage !

Destination Gruz, planète glaciaire par excellence, à la limite froide de la zone vivable du système Zorb. Un système déjà froid au global d'ailleurs, avec son soleil riquiqui et bleuâtre. De quoi rafraîchir le vide stellaire lui-même. Mais on dit que la neige y est incomparable grâce à sa chaine équatoriale de glaciers qui lui donne une forme de toupie. C'est de là que partent « les pistes les plus longues de l'univers » d'après le prospectus publicitaire, chaque piste suivant son méridien de l'équateur jusqu'au pôle. Mais mon pote Froz qui habite le coin m'a dit qu'elle avait perdu de son charme depuis l'installation des remontées mécaniques, chaque téléphérique suivant son méridien du pôle jusqu'à l'équateur, la toupie avait maintenant une allure de sapin de noël.

D'ailleurs, c'est Froz qui m'a proposé de venir. Il est plutôt cool pour un alien hydrophile. Habituellement, ceux de son espèce vivent plutôt au plus profond des planètes océaniques, non seulement parce qu'ils adorent l'eau et le froid, mais surtout parce qu'ils n'aiment pas vraiment les autres trucs vivants. Il faut dire qu'avec leur corps-miroir et leurs trois paires de nageoires, ils ne sont pas à leur avantage lorsqu'il s'agit de relations inter-espèces. Par contre, cela leur donne un avantage indéniable en sport de glisse, au point qu'ils remportent quasi-systématiquement la Coupe Astrale. Froz m'a promis de m'emmener voir une compétition, il y en a toute l'année gruzienne.

Enfin, si seulement cette file de vaisseaux veut bien avancer ! Je le savais pourtant, vu que pour rejoindre ce coin reculé en périphérie de la galaxie, tout le monde est quasiment obligé de prendre l'orbite périphérique surchargée du système Paz. D'ailleurs, cela génère tellement de trafic que des mesures anti-pollutions ont été mises en place pour éviter que la force d'attraction de l'ensemble des vaisseaux ne perturbe le champ gravitationnel du système.

Je le sais car c'est mon métier. Le terme pompeux est « gestionnaire de contrat d'assurance planétaire ». Mais en résumé, je suis là pour m'assurer que les choix politiques interstellaires ou les changements environnementaux cosmiques n'amènent pas à mettre à péril des planètes ou des systèmes entiers. Et avec les temps qui courent, ce n'est pas le travail qui manque. Il faut dire que les explosions de supernova suite à exploitations énergétiques abusives et les collisions gravitationnelles entre systèmes font de très bonnes premières pages pour la presse universelle.

Au début, j'essayais de me dire que je faisais ça pour sauver des vies... mais à quoi bon se leurrer ? Les sommes en jeu sont tellement colossales et les marges de manœuvre tellement faibles pour nous, petits agents de la SAPIC – Société d'Assurance Planétaire Interstellaire et Cosmique... En réalité, il est déjà arrivé qu'une planète sortant de son orbite soit laissée à son destin. Il faut dire qu'elle était déficitaire et qu'il n'y avait pas de risques collatéraux à son crash solaire.

Ah, ça y est, ça accélère ! Enfin la fin du bouchon ! Zorb, Gruz, Froz, me voilà !

32

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Pensionnaires

Aude Duval

C'était un cube en bois brun qui tenait dans la paume de sa main. Il était décoré de lignes beiges qui s'entrecroisaient et se rejoignaient sur les quatre faces. Elle le soupesa : le cube... [+]