4
min

Bouche à oreille

Image de Georges Lauteur

Georges Lauteur

231 lectures

192

FINALISTE
Sélection Jury

Galileo était inventeur de père en fils. Sa famille avait réussi bon an mal an à vivre avec suffisamment de confort, grâce à des inventions rentables. Pas des grandes inventions, bien sûr, mais de quoi obtenir une petite notoriété dans le milieu très fermé des inventeurs qui se retrouvaient régulièrement dans les salons spécialisés.

Galileo était fils unique et une exception dans la famille. Il inventait autant que son père, mais ne semblait pas y prendre plaisir. C'était plutôt comme une sorte d'obligation familiale, car on avait le sens du devoir chez les Strungph. Son père s'en était inquiété, mais Galileo le rassurait en produisant de temps en temps quelques inventions astucieuses, comme le verre réfrigérant à alcool, la multi-bouteille toujours pleine ou le détecteur de phéromones du vin.

Vous remarquerez peut-être un motif récurrent dans ses inventions. Galileo aimait l'alcool en effet. Il en buvait raisonnablement, mais régulièrement. Et il préférait la qualité à la quantité. Son statut de fils unique et d'inventeur occasionnel dans une famille aisée le satisfaisait pleinement. Il lui laissait le temps de chercher des alcools exotiques et de les étudier (verbe synonyme de déguster). Il affectionnait particulièrement une certaine vodka difficile à importer, mais très goûteuse.

Lorsque son père mourut, Galileo dût se mettre à gagner un peu d'argent. Il décida de se lancer dans une invention qui correspondait à ses goûts et à l'air du temps, empli de réalité virtuelle et de capteurs omniprésents, et qui serait rentable. Il ne lui fallut que quelques mois pour la mettre au point. Elle fonctionnait très bien dans son laboratoire. En tous cas pour lui. Mais il allait falloir la tester en vrai. Il se mît à la recherche d'un lieu plus approprié et en un rien de temps il se retrouva propriétaire et barman d'un pub, sur la plus grande artère de la ville.

Son invention, baptisée "la porte du désir", permettait de deviner quelle était la boisson favorite d'une personne et de lui préparer automatiquement. Il avait installé un portique de détection camouflé dans le châssis de la porte d’entrée. Quand un client entrait, le nom et la composition exacte de sa boisson préférée s'affichait sur un petit écran sous le bar. Si l'assemblage hétéroclite derrière lui savait composer le cocktail, il se mettait automatiquement en marche et la boisson était prête au moment où le client arrivait au bar. De temps en temps, il fallait qu'il intervienne pour une manipulation plus complexe et qu'il n'avait pas encore réussi à automatiser, ou pour aller à la réserve chercher un alcool rare. Mais sa machine fonctionnait bien, car la plupart des gens avaient des désirs similaires.

Son invention détectait l'humeur de ses clients. Elle décidait d'ajouter de subtils parfums en fonction du moment : un peu d'épices, du piquant, du sucre, de l'acide ou même de l'amer quand le client était énervé. Il s'en servait aussi sur lui, régulièrement, et n'avait jamais été déçu par les choix de la machine. Souvent elle lui servait sa vodka personnelle, plus pure que pure, mais en y ajoutant de temps en temps un peu de poivre ou de jus de citron. Une ou deux fois, la machine lui avait servi une décoction complexe qui l'avait surpris au début mais qu'il avait instantanément su être la bonne. Il était très fier de son invention.

Et ses clients adoraient. Au bout de quelques semaines, il y avait presque toujours une queue devant le pub. Il ne vendait aucun alcool au détail, seulement ses cocktails adaptés à chacun. Son enseigne en avait surpris plus d'un au début. Juste un néon qui affichait "Votre boisson préférée. Prix unique 20 crédits". Et en-dessous, la mention "satisfait ou remboursé". Comme le quartier était branché, ses premiers clients étaient venus pour voir. Mais ils étaient revenus très vite, avec des amis. Même ceux qui avaient des goûts simples appréciaient la qualité de ses produits et le fait de ne jamais rien demander. Il n'avait eu aucune plainte. Une fois seulement, un client avait demandé à être remboursé, car la boisson ne correspondait pas à son désir, avait-il dit. Galileo avait remboursé sans broncher. Une heure après, le client était revenu et la machine avait choisi de préparer la même boisson (Galileo avait un fichier client très sophistiqué qui gardait plein d'informations sur eux, en toute illégalité, mais qui lui permettait de toujours avoir les bons produits en réserve et d'améliorer son invention). Galileo avait alors stoppé la machine en disant au client qu'il s'agissait de la même boisson, qu'il s'excusait mais que cela ne lui plairait pas. Le client avait alors rougi et posé 40 crédits sur le comptoir. Il avait voulu lui jouer un tour, mais la boisson était vraiment trop délicieuse et il ne pouvait s'en passer. Galileo accepterait-il, s'il payait aussi la boisson précédente ?... Galileo avait accepté, évidemment, un grand sourire sur les lèvres. Sa machine était décidément très efficace, se dit-il.

Maintenant Galileo avait deux machines, tellement il y avait d'affluence. Il avait ajouté un petit voyant vert quand quelqu'un désirait un ingrédient nouveau, que personne n'avait jamais demandé. Après quelques mois, ce voyant ne s'allumait plus très souvent. Galileo ne l'avait pas vu en marche depuis un mois, ce soir-là, quand il s'alluma. C'était sur la nouvelle machine, celle qu'il n'utilisait pas pour lui, par fétichisme certainement. Une jolie brune venait d’entrer. Jolie, se dit-il avant de regarder l'écran. Il n'y avait qu'une ligne, avec le nom de sa vodka personnelle, unique et inconnue de tous, à la température de 2°, sa température favorite. Il cligna des yeux. Sa vodka était dans la réserve. Elle n'était pas accessible à travers la machine. Il entendit un "bonjour" enjoué. Sa cliente était déjà devant le bar. Elle s'était déplacée avec souplesse. À moins que ce ne soit lui qui ait été statufié. Il bafouilla "excusez-moi, je reviens" et partit à toute allure vers la réserve. Il servit un verre comme pour lui et revint vers elle. Elle lui sourit, posa son billet sur le comptoir et emporta son verre. Elle avait un sourire charmant. Il ne vit rien passer ou presque des dix clients suivants.

Elle était assise près de la porte. Seule. De là où elle était, elle pouvait à la fois regarder la rue et le bar. Elle le regardait de temps en temps d'ailleurs. En souriant. Une fois même, elle leva son verre dans sa direction. Galileo était scotché. Il sortit du pub et revint à sa place derrière le bar. Sa boisson du moment était indiquée. Sa vodka favorite avec une rasade de gingembre, à 3°. Il se servit un verre, puis leva les yeux. Elle était de retour, avec un autre billet. Il n'eut besoin que d'un coup d'œil pour vérifier sur l'écran qu'elle désirait la même chose que lui. Évidemment, se dit-il. Il lui tendit le verre. Elle haussa le sourcil et dit "déjà ?" Puis elle en but une gorgée. Elle sourit et dit "parfaite". Il dit "vous aussi" et rougit aussitôt. Elle éclata de rire. Ses yeux étaient brillants comme des projecteurs braqués sur son cœur.

Elle revint prendre trois verres, ce soir-là. Puis elle revint tous les jours pendant une semaine. Ils ne firent l'amour qu'au bout de huit jours. Ils ne s'étaient presque pas parlé. Mais leurs désirs de boisson avaient parlé pour eux. Ils étaient passés, ensemble, par les mêmes émotions gustatives. Un peu de sucré, un peu de piquant, de plus en plus de chaleur, toujours dans la même vodka. Le dernier verre avant de faire l'amour fut une vodka à 33° (Celsius), avec beaucoup de gingembre et une touche de miel. Leur premier verre après l'amour, choisi par la machine, fut un verre d'eau pure.

Aujourd'hui, ils tiennent tous les deux le pub. La machine ne leur sert plus jamais deux fois le même cocktail, mais toujours le même pour les deux. Et Galileo sait qu'il a tellement de boissons en réserve qu'ils n'arriveront jamais de leur vivant au bout des possibilités. Ensemble.

PRIX

Image de 2019

Thème

Image de Grand Public
192

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de RAC
RAC · il y a
Bravo au Jury & merci pour cet agréable moment de lecture. Une idée parfaitement délayée ! A bientôt !
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Un « bouche à oreille » auquel le jury n’est pas resté sourd, bravo Georges Lauteur, c’est mérité !
·
Image de Ava Mouzon
Ava Mouzon · il y a
Bravo pour cette mention 😊
·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Bravo !
·
Image de JACB
JACB · il y a
Félicitations !
·
Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
Une belle invention, une belle rencontre, et tout finit bien
·
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
Mon soutien
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Félicitations pour cette œuvre bien menée et fascinante ! Mes voix ! Une invitation à venir jouir du parfum et de la lumière de mon haïku, “Éclats de lumière”, qui est en Finale pour le Grand Prix Printemps 2019 ! Merci d’avance et bonne journée !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/eclats-de-lumiere

·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
L’amour très addictif, deux goûts qui ont matché, comme on ne doit surtout pas dire ! Bravo Georges pour la sélection en finale par le jury et toutes mes voix !
Passez lire Chasse au pigeon en finale des nouvelles du grand prix vous ne serez pas pigeonné !

·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Mes cinq voix renouvelées, Georges !
Je vous invite à lire et soutenir s'il vous enchante mon sonnet Spectacle nocturne qui est en finale : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/spectacle-nocture
Bonne journée à vous.

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur