Bordel de rêve

il y a
2 min
255
lectures
58
Qualifié

Bien plus qu'un passe temps, une passion, un plaisir ! Je me qualifierai d'étrange bonhomme perdu dans son monde en folie. Sors de ce corps, folie furieuse et crache sur papier cette assemblée de  [+]

Image de 2016
Image de Bordel ambiant
J’ouvre les yeux. Chassie dans le coin de chacun retirée. Je suis sur un tabouret en bois et dessus de cuir rouge. J’ai la marque du dessous de verre imprimée sur ma face. Un verre de 2 cm d’alcool dans ma main. Je le sens mais une seule odeur réside dans cette pièce, cette salle tamisée : ça sent le sexe là-dedans ! Je regarde autour de moi, je retire ce voile petit à petit apparu au réveil comme un lendemain de cuite. Des fesses, des seins, un beau minou ! Bordel de bordel et c’est le cas de le dire ! Je sens un courant d’air, je me mate : je suis en slip kangourou. La main dedans, j’y retire une liasse de billet de 50 euros.
Bonjour toi ! Russe je suppose ? Elle me répondait avec un accent de l’Est où les R sont aussi roulés que leur langues dans la bouche du gars d’à côté. Bonjourrrr, je m’appelle Petrrrruchka, pourrr vous serrrvirrr ! Elle était grande, blonde, mince, un bon 90 D, et intelligente (en disant cela je ne me fais pas passer pour un pervers fan de clichés : l’intérieur compte plus que l’extérieur). Petruchka, ce prénom me rappelle une blague, je ne sais pas si vous la connaissait, c’est celle qui peut chanter la marseillaise pendant une fellation (Les mecs se disent : « Avec moi ça ne serait pas possible ! blabla ! » Encore une histoire de taille). Dans la blague, elle préfère le faire dans le noir, et quand un mec bien trop curieux décide d’allumer la lumière au moment où elle commence à chanter, celle-ci remet son œil de verre, je vous laisse imaginer la scène !
Bonjour Petruchka ! A peine je dis son prénom que celle-ci commence à se frotter à moi. Sa peau est très chaude, la mienne aussi. Quelques gouttes sur le front que je nettoie sur sa chevelure quand celle-ci pose sa tête sur la mienne en me regardant dans les yeux. Effectivement elle roule très bien leur langue, un peu trop, je me sens envahi mais qu’est-ce que c’est bon ! Elle me chevauche, ces jambes au tour de ma taille, bébé kangourou souhaiterait sortir de ce slip ! Elle me chuchote des choses mais je ne comprends strictement rien, entre la musique jazz du bordel avec sa déco année 60, je dis oui avec la tête et je souris. Elle bouge son bassin nue contre moi, elle me mord le lobe de l’oreille, m’aspire le cou. D’aborrrd 150 eurros ! Elle me stoppe. Je mets ma main dans le slip pour récupérer mes billets. Le revolver est en place prêt à tirer. Trop serrer dans son étui, je l’enlève. On ne fait qu’un ! Je me réveille d’un coup, je lève la couette. Un blanc s’est installé.
58

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,