BORD DE MER

il y a
2 min
31
lectures
5

Dilettante ...Dilettante , vous avez dit Dilettante ? Amoureuse depuis si longtemps des Haïkus ....cet art de la poésie modeste , me suis surprise à en écrire ..... Grâce à SHORT, me suis  [+]

La maison des voisins accueillit cet automne un couple, un homme vieillissant mais avec beaucoup d'allure et une très jeune femme, il était le fils de la vieille dame.
Entre nos deux maisons,un haut mur, mais pas assez haut pour occulter la vue sur leur jardin, leur terrasse .
Il apostrophait durement sa mère et son chien , un joyeux setter irlandais et un jour celui-ci disparut, il l'accusait d'être un danger pour la vieille dame, l'avait-il fait euthanasier ou fait adopter ailleurs....de toute façon celle-ci ne tarda pas à disparaître, de façon définitive, comme une épidémie.
Alors, il se mit à transformer la maison, y ajoutant une grande pièce aux baies vitrées, un nouveau couple doit avoir une nouvelle maison d'autant qu'après quelques mois un bébé arriva, en grandissant, il faisait enfant de vieux, comme on dit, malingre, extrêmement timide et réservé, sa mère aussi était très réservée, une jolie femme à la grâce d'un autre temps, lui était extraverti, beaucoup d'esprit, il avait tout vu, tout exploré, tout réussi dans sa carrière de haut fonctionnaire en Afrique, elle, elle avait été sa secrétaire, sa conversation nous passionnait lorsque nous échangions par dessus le mur, ma mère était si vivante dans ces moments-là.
On avait commencé à parler jardin, comment pouvait-il l'améliorer, il y avait beaucoup de travail à faire, très longtemps négligé, progressivement il se mit à se raconter...des anecdotes plaisantes, exotiques entremêlant tout un pan intéressant de l'aménagement de ces territoires colonisés, la mentalité des élites, tout était nouveau pour nous .
Par dessus le mur, de l'autre côté de notre jardin, nous avions aussi des échanges très plaisants avec notre voisin, un homme amusant, drôle, on riait beaucoup, on pouvait apercevoir son jardin tout réaménagé par un paysagiste, il en était très fier..
Le seul reproche à lui faire, c'était de vouloir absolument tuer avec son fusil notre rat des champs préféré, si familier auquel nous étions attachés, comme il était nourri de nos restes de légumes et de fruits il avait un très beau poil, un bel animal.
Le temps passait agréablement lors de ces après-midis par dessus le mur, ce que nous savions de la vie de ces hommes et de leurs familles, c'est eux qui nous l'apprenaient, une étrange proximité, une liberté de ton....
D'un côté, un homme mûr avec une très jeune femme un peu soumise, de l'autre, un homme un peu sous la coupe d'une femme semblait-il assez dominatrice, elle fumait comme un pompier et se levait même la nuit pour fumer sur le balcon, et de trois filles.... le mur, son espace de liberté ...
A un moment nous avons quitté le bord de mer, nous avons appris plus tard par des amis restés là-bas que notre voisin avait fait un AVC qu'il était en fauteuil roulant et qu'assez vite sa jeune-femme l'avait mis dans une maison en même temps qu'elle avait complètement changé de look, moderne, chic, repris une activité professionnelle.
5
5

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de JFG Sanshiro
JFG Sanshiro · il y a
J’aime beaucoup.
La mort parfois libère et fait tomber des barrières.
Votre pseudo, une référence et un hommage à Soseki Natsume?
Écrivain célèbre japonais, l’homme aux 2500 haïkus, et dont le portrait figure sur les billets de 1000 yens.

Image de Soseki
Soseki · il y a
Oui, Soseki un de mes écrivains japonais préférés!
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Ça commençait comme un Hitchcock et ça finit comme une fable de La Fontaine : donc 2 bonnes raisons de lire ce texte : -))
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Le temps de la vie

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Libre course

P. Ka

Il court. La course est ce qui lui apporte le plus de satisfaction dans l’existence. La course n’a pas besoin d’avoir d’objectifs. Elle n’a pas besoin de le mener quelque part ni de... [+]


Très très courts

Parachute

Pierre Lieutaud

Le vieil avion tournoie dans l’air frais du matin pour atteindre l’altitude du saut. Un quart d’heure auparavant, nous avons quitté le sol, une prairie qui sentait la rosée du matin, et moi... [+]