3
min

Bons baisers de Bornéo

Image de Subtropiko

Subtropiko

707 lectures

702

FINALISTE
Sélection Public

Je suis un rateur. Oui, le type qui rate toujours tout ! Voyager, explorer, c’est mon rêve, depuis qu’à un an j’ai escaladé par la face nord mon lit à barreaux. Mais déjà, sur mon front, l’étoile noire de l’échec, sous forme d’un hématome géant ; j’avais chu la tête la première.

Devenu grand et fonctionnaire, je participai dans les années 1980 à un concours sponsorisé par des marques internationales sur le thème « N’explorez que des îles !». Règle du jeu, en collectionner le plus grand nombre possible, et les plus insolites. Les billets d’avion étaient offerts aux candidats sélectionnés, le point de ralliement fixé à Singapour.
Deux mois de congé sabbatique, une carte du monde, un tube de dentifrice et les Poèmes élastiques de Cendrars dans mon sac, j’étais prêt. Ma mère gémit :
— Tu es tombé sur la tête !
— Une fois de plus.
Je fonçai au Nicaragua et sautillai entre les 365 îlots crachés sur le lac Cocibolca par le volcan, 10000 ans auparavant. Certains ressemblaient à des mottes herbues, d’autres étaient fignolés, avec palmiers, singes dans les feuilles et héron posé sur la bordure maçonnée. J’engrangeai photos et témoignages attestant de ma visite (pas de téléphone portable ni de GPS à l’époque).
Pendant que mes concurrents répertoriaient les Antilles ou la Polynésie, je gagnai l’Indonésie : 13466 îles ! J’arpentai l’archipel, fuyant Java pour les Moluques flottant sur l’océan de sang versé lors des guerres des épices, pour Nias, pour l’Anak Krakatau, mini-volcan marin. Dépassant Bali, il fallait finir en apothéose, avec des îles presque inconnues des touristes : Timor, Tanimbar, Babar !

Babar n’étant « desservie » que par des bateaux de pêche, j’y restai coincé jusqu’au surlendemain du jour où la compétition prenait fin. L’explorateur gagnant fit la fête à Singapour.

Mais dix ans après, en 1993, je vais prendre ma revanche ! Un magazine connu pour ses reportages aux quatre coins de la planète lance un défi à ses lecteurs : « Bon baisers de Bornéo ». Saurons-nous retrouver et rapporter « au pied de l’Arbre » la « ceinture de cérémonie » avant le 1er janvier 1994 ? Je dispose de quelques jours de congé. Indonésie, me revoici ! À Jakarta, j’interroge un ami, qui me rit au nez :
— L’arbre ? mais lequel ? Il y en a des milliers, là-bas ! Et je te rappelle que Bornéo appartient à trois pays : la Malaisie, l’Indonésie et le sultanat de Brunei !
— C’est écrit avec une majuscule.
— Arbre, arbre... Singkawang ? C’est un arbre, mais c’est aussi une ville du Kalimantan, la partie indonésienne.
— Magnifique !!! Il faut découvrir cette ceinture « à l’embranchement du fleuve », avec indice « N. P. : là où il y aura de la lumière ».
— Je ne peux pas t’aider davantage, je n’y comprends rien. J’ai un copain français médecin, quelque part au Kalimantan : Patrick Lacoste. Tu le rencontreras peut-être.
— Merci ! Je pars !
Vol pour Kalimantan. Pontianak, capitale provinciale. Des Dayaks, des Chinois, des Malais. Qui parle anglais ? Français ? Personne. Je traîne près du Monument de l’Équateur, mon carnet à la main. Un commerçant ambulant ajuste ses lunettes, se penche :
— N. P. ? Nanga Pinoh ?
Vite, ma carte ! Nanga Pinoh existe, à plusieurs centaines de kilomètres vers l’est, à l’opposé de Pontianak et de Singkawang !
Un bus de nuit. Des heures de secousses, de la pluie, de la pluie, et puis... arrêt. Des marécages, la rivière.
— Nanga Pinoh ?
— Uûûûh, Masih jauh ! C’est encore loin !
Le jour se lève sur le paysage inondé. Je rabâche :
— Nanga Pinoh ? Bagaimana ? Comment ?
— Sampan.
Ouf ! le sampan est une pirogue à moteur. Il faut payer. Je paye. La saison des pluies noie les rapides sous les crues. Le pilote et moi remontons le fleuve... comme un escalier, en prenant notre élan, parfois, entre les rochers qui émergent encore.
J’ai faim, j’ai soif, je suis trempé. Ailettes rouges qui pleuvent des arbres. Troncs-gargouilles qui penchent au-dessus de l’eau. Branches rectilignes des kapokiers. La rivière rétrécit et s’ensauvage. J’ai perdu la notion du temps.
— Nanga Pinoh... bientôt, énonce le pilote, tendant le bras vers un coude de la rivière.
J’ouvre les yeux. Une maison, sur la rive ! Et une lumière qui tremblote à l’intérieur.
— Ici, je m’arrête ici !
La pirogue accoste, merci, mon sac, j’essaie d’escalader la berge boueuse, m’étale... En guise d’escalier, un pieu humide et glissant, marqué d’encoches, donne accès à la maison. Une voix :
— Ça ira ? Qui êtes-vous ?
De stupeur, je manque choir à nouveau. Je grimpe enfin.
— Et vous ?
— Lacoste. Je suis médecin, je dormais ce soir chez l’habitant.
Présentations, congratulations ! J’explique. Je m’inquiète :
— Avez-vous entendu parler d’autres Occidentaux passant par ici ? Des concurrents ?
— Ça ne risque pas, vous êtes dans le coin le plus paumé du Kalimantan.
— Mais cette « lumière », ça ne peut pas être la loupiote à pétrole qui est ici ? Et il n’y a pas non plus de « ceinture de cérémonie » ?
— Sûrement pas. Lumière ?.. Ah, peut-être ! mais il faudrait revenir en arrière. Vous voulez qu’on y aille ? J’ai mon sampan.
— OUI !
Re-rivière. Embranchement. Village. Maison municipale : ballons, étoiles, fleurs, guirlandes, chants... la Fée Électricité vient de toucher le hameau de sa baguette magique, à la date prévue !
Patrick enquête. Me présente. Le chef du village lui remet un paquet : ça ressemble plutôt à un pagne qu’à une ceinture, c’est brodé de perles, de minuscules coquillages, sur fond de velours, c’est beau... J’AI GAGNÉ, ou presque ! « Ne reste plus » qu’à rallier Singkawang avec mon trophée.
Patrick, qui était sorti, revient soucieux.
— Vous croyez que je n’aurai pas le temps ?
— J’ai un jeune malade, et d’autres consultations sur le fleuve. Les parents sont à Nanga Pinoh. Vous pourriez accompagner le bébé cette nuit à Pontianak, et rester avec lui à l’hôpital jusqu’à ce que sa mère le rejoigne ?
— Euh, eh bien... oui, naturellement.
Rateur ou explorateur ? Qu’importe. Je garderai un peu plus longtemps la ceinture de cérémonie brodée de coquillages...

PRIX

Image de 4ème édition

Thèmes

Image de Très très courts
702

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Sur la piste......
·
Image de Subtropiko
Subtropiko · il y a
Poucet ou Poussin sur la piste !
·
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Bien.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
J'apprécie d'autant mieux que je ne réclame rien en retour :)
·
Image de Subtropiko
Subtropiko · il y a
... ce que j'apprécie tout particulièrement ! Merci.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Vous ne savez pas ce que vous perdez :)
·
Image de Subtropiko
Subtropiko · il y a
Non, mais j'imagine, c'est mieux.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Forcément :)
Sinon, plus sérieusement, si vous avez un moment : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-chant-des-mandragores-2

·
Image de rabab .
rabab . · il y a
Très belle histoire bravo j'aime trop
Pourriez-vous me soutenir ?🙂
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/rencontre-inattendue-11

·
Image de Alain Adam
Alain Adam · il y a
Mon vote!
·
Image de Clémence Gnintedem
Clémence Gnintedem · il y a
Merci pour ce beau voyage ! Un très beau cœur pour vous 💙
Je vous invite, s'il vous plait, à découvrir ma nouvelle en compétition
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/amour-ou-raison

·
Image de Sauvagere
Sauvagere · il y a
Rateur de concours, peut-être, mais gagneur sur le plan humain, certainement !
Un personnage qui n'a pas froid aux yeux ni au cœur, et un texte original et fort bien écrit, bravo !

·
Image de Subtropiko
Subtropiko · il y a
Merci Sauvagere ! C'est la loi des "vases communicants", en quelque sorte.
·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Bonsoir Subtropiko, Je découvre avec plaisir cet excellent texte agréable à lire.  
Votre plume est de qualité, bravo.
Julien.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/pour-un-dernier-sourire
Si votre temps vous le permet, ce texte est en finale
Merci.

·
Image de AKM
AKM · il y a
Bravo ! Je m'abonne dans l'espoir de vous relire à nouveau.
Je vous invite à lire ma nouvelle LES MOTS DU CŒUR et à apporter vos critiques.
Merci et bonne chance !

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Un très beau texte ! Bien écrit bien maîtrisé ! Un voyage sublime ! Jadore cet instant d'évasion !
original ! 
C'est mon premier concours je vous invite à passer découvrir ma "Caverne" (catégorie des nouvelles. Une petite histoire écrite en vers, et si cela vous plaît de voter !) 
https://short-edition.com/fr/auteur/assmoussa

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

— Cher collègue ! Tu es venu écouter l’enregistrement du patient dont nous avons parlé ? J’ai son autorisation. — OK. Tu me résumes sa pathologie ? — Je l’ai vu...