2
min

Bomzac ou Noël au balcon

Image de Jackedit

Jackedit

15 lectures

0

Ca y est ! j’ai reçu le cadeau que je me suis offert et après un rapide essayage je constate qu’il me va comme un gant.
Enfin façon de parler pour un déguisement de Bomzac. Oui je sais cela n’évoque rien à vos oreilles.
J’ai un réveillon costumé et je ne souhaitais pas me glisser dans la banalité et être le 22 ème Spiderman de la soirée.

Alors j'ai opté pour le costume bleu nuit de Bomzac et il est assez seyant, même s'il me boudine un peu faute de tablettes de chocolats apparentes et non dégustées. Bomzac est aussi un super héros mais avec des pouvoirs différents, à l'aise sur son télédisc, il peut se téléporter n'importe où et devenir invisible. Cela m’a convaincu d’autant que le symbole du disque qui figure sur mon torse est du plus bel effet. D’ailleurs il fait partie des accessoires livrés avec un casque et des gants noirs comme la profondeur de l'espace.

Après quelques efforts pour déchiffrer le poldo moldave du mode d'emploi traduit par un étudiant en français de trois semaines. Je commence à maîtriser le mode d'emploi.
Ce qui m’a attiré c'est que son prix qui, n’était pas raisonnable mais étalé dans le temps pouvait être annulé à n’importe quel moment. Cela m'a paru être un gage de qualité que j’ai pu constater avec frayeur lorsque ayant fait tourné un bouton orange j’ai disparu du miroir dans lequel je commençais à me plaire.
Puis je me suis de nouveau matérialisé en effectuant la manœuvre inverse.

Un peu plus tard j’ai testé la téléportation, un peu crispé je le confesse, bien accroché sur le disque, les yeux fermés.
Je me suis retrouvé au milieu du bois de Boulogne à la grande surprise des belles de nuit en service.
Après quelques tests avec le GPS intégré, je me suis petit à petit éloigné en tenant bien compte des 60 minutes d’utilisation maximum de la fonction invisibilité.
Je suis fou de joie et jusqu’à l’aube, j’ai sans cesse navigué dans le but de vérifier le rayon d'action de mon cadeau.
Au nez et à la barbe absente de son garde du corps qui somnolait. Je suis allé saluer Nelson Mandela qui était assis à l'ombre de sa terrasse et sirotait une orangeade.
Mon anglais étant ce qu’il est, il en a beaucoup ri et après m'avoir offert une orangeade, m’a invité à revenir.

Une visite éclair en Cornouailles anglaise, histoire de partager une tasse de thé avec Betty la mamie pimpante qui avait su me recevoir avec chaleur alors que fourbu et fatigué j'avais échoué en son hôtel de Penzance.
Puis en un dernier éclair, je me projette pour assister au lever de soleil colorant de rose le Taj Mahal et zou je rentre.

Je suis explosé de fatigue et d’excitation. Je plaque un post-it sur mon frigo avec quelques idées pour la nuit prochaine. Je commence à entrevoir les possibilités que m'offre ce costume.

La nuit suivante et après un vol de reconnaissance, je suis retourné en Birmanie. Et histoire de faire trembler l’équipe de brutes qui gouverne ce beau pays. J'ai quand même réussi, malgré les patrouilles à mettre le feu à leur résidence avec le plaisir de les voir détaler dans la forêt sans demander leurs restes. Mais je crains que d'autres visites ne soient nécessaires.

Les projets d'interventions de toute nature se bousculent mais devant l'ampleur de la tâche je me demande si j'aurais le temps de tout faire. Je vais m'occuper de tous les murs qui séparent les hommes afin de les forcer à se parler, à s'écouter pour finalement mieux se comprendre.

Finalement ce costume m'est trop utile et je ne pense pas l’utiliser pour le bal costumé par crainte d’une avarie technique.

Au bout de quelques jours et à la veille de Noël mon costume est comme moi : c'est à dire raplapla... sans énergie....Oui c’est cela, il doit être à plat.
Mais en lisant mieux la documentation, je réalise que son autonomie est limitée à sept jours et impossible de remettre la main sur le chargeur qui naturellement n'est pas compatible avec celui de mon téléphone Nokia.

Alors la mort dans l’âme je referme la boîte en espérant que le service client sera à la hauteur. Sinon Nelson Mandela, son orangeade et les murs qui chevauchent avec douleurs entre les hommes devront encore attendre...

Thèmes

Image de Très très courts
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,