(Bleu) Blanc, Rouge cuvée impériale

il y a
1 min
61
lectures
5
Finaliste
Jury
Image de 2015

Thème

Image de Le flacon et l'ivresse
En ce 15 juin 1815, à la demande de notre fidèle amie Marie d’Heusy, nous étions convenus de faire halte en sa demeure de Charleroi. Au cours du voyage nous fûmes étonnés par la présence croissante de grognards...
Dès que nous pénétrâmes dans la cour du château, je compris, apercevant le comte de Grouchy, la raison de cette effervescence. L’Empereur était là ! Grouchy vint à ma rencontre et me gratifia d’un cynique « Bonjour, Monsieur de Chateaubriand ». Notre dernière entrevue avait été autant houleuse que vaine.

Dans le salon, l’Empereur tenait conciliabule. Nous apercevant, il se dirigea vers nous avec une célérité inconvenante à l’égard de ses allocutaires et plantant son regard glacial dans le mien proféra à mon encontre un hostile « Alors, Monsieur de Chateaubriand, ce voyage à Gand fut-il agréable ? », faisant allusion à ma récente visite à Sa Majesté Louis XVIII.
À peine attablés, le succulent Condrieu qui nous avait été servi fut avalé par Grouchy en un tournemain. Les sujets de discorde entre Napoléon et moi étaient innombrables ; le ton monta rapidement.
L’Empereur dédaigna le premier plat et en fit de même pour le second mais vidait son verre sans discontinuer. Le repas durant, maints sujets brûlants furent abordés ; chaque chapitre apportait son lot d’invectives, chaque plaidoyer se terminait immanquablement par plusieurs lampées de vin. Le petit caporal faisait grand honneur au sublime « Côtes du Roussillon » de la vallée de l’Agly, offert à nos palais ; lui qui pourtant s’était évertué à imposer « l’étiquette ».
Aux premières lueurs du jour, ivre, l’Empereur ordonna qu’on l’aidât à regagner sa chambre.
Céleste vint me réveiller vers midi et m’annonça que Napoléon, victime de longs malaises venait d’être rapatrié vers Paris. L’Empereur mourut au cours du voyage. Rapidement informé, Ney décida de faire rebrousser chemin à ses troupes ; Wellington en fit de même. Ce 18 juin 1815 fut paisible !
Lowe, nommé gouverneur de Sainte-Hélène, s’ennuya tant qu’il devint alcoolique. Grouchy ayant apprécié le dessert de la veille passa sa journée à chercher un outil pour déterrer des fraisiers, épisode qui fit l’objet d’un pamphlet : « La pelle du 18 juin ».
Cette journée, restée banale, priva le groupe Abba d’une carrière prodigieuse qui aurait pu être amorcée par un tube au retentissement planétaire : Waterloo !

5
5

Un petit mot pour l'auteur ? 5 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
L'histoire revue et corrigée ! Encore heureux que Ney n'ait pas été fourré partout, et que Cambronne n'ait pas poussé son cri quand il a vu Wellington se carapater en Angleterre ! Bravo, Poupoutch ! Vous avez mon vote.
J'ai un fauteuil qui aurait bien plu à l'empereur pour digérer son chateaubriant : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/le-fauteuil-rimbaldise

Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
De très belles images dans cette nostalgie de l'histoire! Bravo! Mon vote n0 4! Mes haïku, FROIDEUR et PREMIERS FROIDS, sont en compétition pour le Grand Prix Haïku Hiver 2016! Je vous invite à venir les lire et les soutenir si le cœur vous en dit. Merci!
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/premiers-froids-1
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/froideur

Image de Frédéric Bernard
Frédéric Bernard · il y a
Une uchronie qui débouche sur un rapport inattendu et très bien pensé entre Histoire et musique. Napoléon a sauvé Abba, on en apprend tous les jours :-) Mon vote !
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Je double le score ! L'histoire ne tient qu'à de petits détails qui ont des conséquences inattendues, la pire priver Abba de son destin ! Si vous avez quelques instants : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/verbes-et-proverbes A bientôt !
Image de Rok
Rok · il y a
L'Histoire revisitée avec humour.Bravo. ROK