16 lectures

0

PANG ! PAF!
Après m’être mangée deux crochets à la mâchoire, j’arrive à prendre suffisamment de recul pour attraper la table en bois derrière moi et la lui lancer à la figure! BIM! Touchée!
Elle va pas la ramener longtemps avec un œil au beurre noir la pinup au brushing de Playmobil!

Elle a cru quoi, elle! Qu’elle allait m’envoyer au tapis avec deux coups de ses pauvres petits poings manucurés?
Ahahaha! La pauvre! Si elle savait que moi, c’est à coup de fer à repasser que ma mère me battait quand j’étais petite! Elle se rendrait bien compte que ses mains toutes douces et fragiles font pas le poids dans la bagarre.

Oula! Ben pour le coup, on dirait qu’elle a compris! Où est ce qu’elle est allée me chercher ce tuyau en fonte là? OK! Ça rigole plus! On est passé à la vitesse supérieure on dirait! Je me baisse rapidement pour éviter de me prendre un revers de tuyau assez bien balancé. Elle a fait du tennis, dis donc, la bourgeoise!

Je suis désarmée. Et je n’ai plus de meubles à lui lancer pour l’assommer. On a réduit mon salon en miettes. J’hésite à lui balancer une décharge électrique mais ce serait trop risqué. J’esquive un autre swing de plomberie et je m’élance vers la cuisine. Je réussis à lui claquer la porte au nez. Et je me tiens arc boutée contre la porte pour qu’elle ne puisse pas l’ouvrir. Elle donne une poussée qui entrouvre légèrement la porte. J’entends son souffle saccadé par l’embrasure. Je donne un coup d’épaule et je parviens à refermer la porte. Notre bras de fer interposé s’est stabilisé. De force égale, nous nous immobilisons comme deux serre-livres particulièrement disgracieux dans une bibliothèque à la Pivot.
On a l’air fin, tiens! Échevelées, transpirantes, rouges comme des tomates, c’est sûr qu’on est très glamour en ce moment. Elle, en tailleur en désordre, moi en robe de chambre pleine de peluches. Sans parler de mes joues qui enflent et de son coquard.
J’engage les pourparlers.

“Hé! Elasticwoman! Attends deux secondes!”
“Quoi?”
“A ce rythme là, il va plus rien rester de mon appart' ce soir!”
“Ouais? Et alors?”

Oh purée! Ces bourges! Ça a toujours réponse à tout! Et aucun respect pour le matériel!

“Ben alors, on est des héroïnes, oui ou non?”
“Ouais, et alors?”
“Ben on est censée combattre le crime et défendre la veuve et l’orphelin, oui ou non?”
“Et alors? C’est exactement ce que je suis en train de faire.”
“Arrête! Je suis pas une criminelle. Qu’est ce que j’ai bien pu faire pour te mettre si en colère contre moi?”
“Joue pas à l’innocente! Tu m’as décrédibilisée aux yeux du monde entier! Il y avait des caméras quand tu as sorti ta blague à deux balles pour faire rire les copains, idiote! Et la clause de confidentialité, t’en fais quoi!”
“Oh! Ça va! J’ai pas révélé ton identité secrète non plus! Alors arrête de faire tout un plat pour rien!”
“C’est tout comme! C’est ma vie privée! Et ça ne regarde personne! Surtout pas les médias!”
“Oh ben, excuse moi de t’avoir rendu encore plus populaire qu’avant, Madame la Personnalité préférée des Américains 2015!”
“Non, mais attends une minute! Je rêve là! Ça veut dire que tu l’as fait exprès! Tout ça parce que tu es jalouse! Oh mon Dieu! Dis moi que ce n’est pas vrai Electra!”

“Mais non, je l’ai pas fait exprès! J’ai la langue bien pendue, c’est tout! J’y ai pensé qu’après que j’avais peut être fait une boulette. Et puis, j’avais encore l’espoir que personne ne m’avait entendu... Vu qu’on fait pas trop attention à ce que je dis d’habitude...”

“Tu plaisantes j’espère! Un scoop pareil! Je me fais harceler depuis ce matin à cause de toi! “Elasticwoman! Une déclaration?” “Un commentaire! S’il vous plait! C’est pour Super-fans!” Et vas-y que je te photographie! Et que je te mets le flash dans les yeux!
Tu m’as vraiment mise dans la panade là, espèce de demeurée!”

“Sans compter que les super-vilains sont au courant aussi maintenant! Ils savent que je suis affaiblie, vulnérable... Tu m’as mise en danger! Tu NOUS as mis en danger avec ton problème de reconnaissance de gamine de 5 ans!”

“Je suis désolée! OK! Je l’ai pas fait exprès!”
“Mais qu’est ce que je peux faire ! Je peux pas remonter le temps, moi! Tout ce que je peux faire maintenant, c’est d’aller voir les journalistes et leur dire que c’était juste une blague idiote! Voilà! Demain, à la première heure, je rappelle le gars de Scoop et la nana de Super-fans et je leur dis! Je peux même leur dire que j’étais bourrée! Voilà! Je disais n’importe quoi, j’étais soule!”

“C’est trop tard. Personne ne t’écoutera...”
Sa voix descend le long de la porte. Elle s’est assise par terre on dirait.
Elle renifle un coup.
Oh merde! Elle va quand même pas se mettre à pleurer!

Je suis dans mes petits souliers. Je préférais nettement quand elle était en colère et qu’elle cassait tout. La culpabilité est bien plus douloureuse que n’importe quel coup.
Je ne sais pas quoi dire.
Je reste silencieuse en me tordant les mains, à la recherche d’une solution qui n’existe pas. Si seulement je savais fermer ma grande gueule de temps en temps!

Elle pleure tout doucement, avec des petits gémissements désespérés de l’autre côté de la porte. Je l’imagine, toute seule, recroquevillée dans mon salon ravagé. Et j’aimerais pouvoir la réconforter, mais on n’était déjà pas très copines avant, alors maintenant...

Elle a beau ne jamais m’avoir été sympathique, je ne peux pas m’empêcher de me détester de la faire souffrir. Tout ça pour me faire remarquer. Mais quelle conne! Elle était même pas drôle cette vanne!
“Et oui! Elasticwoman n’est pas la seule à mettre des gens aux placards. Son mec aussi est plutôt doué, mais lui, il préfère les tiroirs...”
Naze! Et vulgaire en plus! J’étais tellement sure que les journaliste capteraient rien à mon allusion. Ils sont tellement lourdingues et lents à la comprenette d’habitude!
Ben pas tant que ça, au final. Voilà ce que c’est que de se croire plus maligne que tout le monde...

Après un temps, ses pleurs se calment et s’arrêtent. Je l’entends se moucher. Je suis un peu ankylosée par ma station verticale prolongée. Je déplace mon poids sur mon autre jambe. Je n’avais plus osé bouger. Peur de faire du bruit.
Elle inspire un grand coup. Et se relève.

Elle dit : “Bah de toutes façons, il aurait bien fallu que je me retire de la Ligue pendant un moment alors bon,... Au moins, ils sauront pourquoi et ça évitera des rumeurs encore plus débiles que ta remarque.”

Elle époussette ses vêtements, remet de l’ordre dans sa tenue, et s’éloigne en direction de la porte d’entrée. Les débris de mon plateau-télé et de mon mobilier crissent sous ses pas.

“Tiens toi hors de ma vue. C’est tout ce que je te demande maintenant.”

Et elle claque la porte de mon appartement.

Miss Popularité 2016, c’est moi. C’est clair!

Thèmes

Image de Très très courts
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,