1
min

Belle au bois dormant

Image de K57

K57

5 lectures

0

Prise en charge en urgence de belles au bois dormant.
A propos d’un cas de surmédicalisation.

11h12 :
Un individu de sexe féminin est découvert par deux coureurs à pieds au milieu du bois d’Arcy.
Elle gît étendue sur un banc dans une robe de princesse. Sans papiers.
Les deux sportifs devant l’absence de réactions aux stimulis sonores et douloureux, estiment qu’il s’agit d’une jeune fille ayant abusé de drogues ou d’alcool, sortant probablement d’un bal costumé, et forment alors sur leur portable le numéro des urgences médicales.
11h47 :
Une équipe du S.M.U.R parvient sur les lieux :
Age estimé : 23- Score de Glasgow : 3- Tension artérielle ; 120/80 – Pulsations calmes et régulières ; 42 –Respiration ample et spontanée régulière, pas d’encombrement bronchique- Température corporelle ; 33° - Dextro : 1g/l. -Pas de blessures ni fractures apparentes – Pupilles égales et réactives – Réflexes ostéotendineux perçus et symétriques. Pas de mouvements anormaux. Pas de morsure de langue ni de perte d’urine. Signe de Babinski négatif.
12h27 :
Melle X est acheminée par un V.S.A.B arrivé sur l’entre fait, aux urgences du centre hospitalier le plus proche, d’où l’infirmière d’accueil l’oriente en salle de déchoquage.
12h 38 :
Prise en charge par un médecin urgentiste : deux voies veineuses ; sérum glucosé « d’attente ».Une ampoule de Narcan ; pas de réponse. Couverture chauffante. Oxygène nasal à 6 l/mn. Biologie, gaz du sang, scanner cérébral, ponction lombaire, s’avèrent sans particularité.
14h :
Un étudiant en médecine de troisième année, remarquant qu’il manque à l’examen clinique colligé par l’équipe, l’éventuel caractère fruité de l’haleine caractéristique d’une imprégnation éthylique, se penche doucement vers le visage de Melle X ; instantanément le pouls de la patiente passe à 90, sa respiration s’accélère, son corps est la proie de trémulations...Il se retire de quelques centimètres...Melle X se rendort...puis reproduit sa manœuvre qui donne les mêmes effets...il en conclut qu’il est en présence d’un syndrome de la belle au bois dormant...comme il est laid comme un pou et couvert d’acné il préfère ne pas infliger à Melle X un réveil traumatisant en poursuivant jusqu’au baiser sa démarche thérapeutique.

Conduite à tenir devant un syndrome de la belle au bois dormant :

a) s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une vielle sorcière grimée en mal de sensations.
b) Si c’est le cas lui faire le coup de l’injection de la pomme empoisonnée.
c) S’il s’agit d’un authentique syndrome de la belle au bois dormant ; laisser sur place ! afin de ne pas perturber l’écosystème*

* penser entre autre à la note de frais de la prise en charge pour le prince charmant qui va avoir bien d’autres choses à gérer par la suite.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,