1
min

Belladonna

Image de Monk

Monk

241 lectures

34

FINALISTE
Sélection Public

C'est au cours d'une promenade botanique que j'ai remarqué l'ancienne longère qui s'évanouissait sous la végétation. Dès lors, je n'ai eu plus qu'elle en tête. Une ruine que l'on rénove, c'est comme une maîtresse avide à la différence que sa superbe, au lieu de s'étioler, se révèle avec le temps. J'ai emménagé sur ce banc de sable. Au gré des marées, je me sentais l'âme d'un voyageur immobile.

Je travaillais constamment. Mes dernières parutions avaient été fort remarquées, ma réputation gagnait du terrain.
D'autres avant moi s'étaient aperçus des propriétés de l'atropine. Des sorcières du moyen-âge qui l'appliquaient en cataplasme toxique aux courtisanes de la Renaissance qui l'injectaient dans leur pupille pour rendre le regard envoutant. Mes élans allaient à l'Atropa Belladonna dont la teneur parfaite en alcaloïdes se situait dans les racines juste avant l'apparition du fruit.
C'est lors d'un colloque à l'international que j'ai secrètement testé ma formule. Le jour se levait à peine dans le vieux Phuket quand j'ai abandonné la dépouille de Sumalee. De triste mémoire, je comptabilise six prostituées asiatiques et une laborantine grecque au chômage.
Trop de morts et une formule instable, j'ai fini par rejoindre l'industrie cosmétique et ses leurres : l'impulsion d'achat ne jaillit-il pas du désir d'être tout autre sans jamais y parvenir ? Mes généreux émoluments m'ont néanmoins permis de rénover ma longère dans les règles de l'art.

J'aurais du me méfier de Marthe, petite femme laide et exagérément ronde. En bonne fonctionnaire des impôts, elle fouinait dans mes documents mis à sa disposition dans mon havre de paix.
Je ne la supportais plus ainsi suis-je devenu amical.
Ma serre surtout l'attirait. Convaincre cette gourmande d'ingérer les fruits jaunes n'a pas été ardu. Après quelques convulsions violentes, son corps s'est lourdement affaissé sur la terre battue. Je l'ai ointe avec le parfait dosage. Son visage s'est détendu, couleur et texture de peau se sont affinés. Puis la mydriase est apparue, dilatant sa pupille comme le font inconsciemment les individus qui se plaisent et se reconnaissent.

Cela fait deux ans que je revois sans cesse son visage. Au réfectoire, au cours des promenades surveillées ou lors de mes rares visites au parloir.
Sa douceur m'obsède.
Ma maison du bout du monde, toute cette beauté de fleurs, d'oiseaux et d'ondées...
Oui, j'aurais tant donné pour rester là au beau milieu des courants violents qui changent d'avis sans cesse.

PRIX

Image de 2014

Thème

Image de Les savants fous
34

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Herssé
Herssé · il y a
J'apprécie beaucoup la musique de vos mots !! Beau texte enivrant, bravo !!
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mon vote # 33 pour cette histoire intriguante et bien écrite! Je vous invite à venir voir mes potirons avant que le concours ne se termine! Merci d'avance de votre visite!
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Quand j'ai eu mon bac de justesse, le type qui m'a interrogé au rattrapage m'a dit :- Toi, tu devrais faire du cinéma !Vu l'absence tragique de mes perspectives d'avenir, j'ai ...